Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 24-02-2018
› WACKEN OPEN AIR CONTEST: METAL BATTLE SEMI-FINAL (Hasselt)
› WAND (Hasselt)
› RHAPSODY + BEAST IN BLACK + SCARLET AURA (Borgerhout)
› JOON MOON (Bruxelles)
› ANVIL + TRANCE (Kortrijk)
› SHAKEY GRAVES + Cat CLYDE (Bruxelles)
› IAMX (Liège)
› BONE TEE and The SLUGHUNTERS (Liège)

Les 7 prochains jours:
25-02 The MOLOCHS + Danny BLUE and The OLD SOCKS (Leffinge)
25-02 CARNIFEX + OCEANO + AVERSIONS CROWN + DISENTOMB (Hasselt)
25-02 Ry X and BRUSSELS PHILARMONIC SOLOISTS + Hannah EPPERSON (Bruxelles)
25-02 IAMX (Liège)
27-02 Brian FALLON and The HOWLING WEATHER + Dave HAUSE (Antwerpen)
27-02 HERE LIES MAN (Bruxelles)
27-02 CINDY WILSON (Gent)
27-02 ELBOW (Merksem)
27-02 JAWHAR (Bruxelles)
28-02 Lee RANALDO BAND + Chris FORSYTH and The SOLAR MOTEL BAND (Gent)
28-02 FRANZ FERDINAND + The VACCINES (Bruxelles)
28-02 PUBLIC ACCESS TV (Hasselt)
28-02 KING GIZZARD and The LIZARD WIZARD + MILD HIGH CLUB (Gent)
28-02 REX ORANGE COUNTY (Bruxelles)
28-02 FUGU MANGO + ELBI (Bruxelles)
01-03 IAMX (Sint-Niklaas)
01-03 The GLORIOUS SONS (Bruxelles)
01-03 The LIGHTHOUSE (Leuven)
01-03 Alice BOMAN (Bruxelles)
01-03 CRADLE OF FILTH + MOONSPELL (Borgerhout)
01-03 IBEYI (Bruxelles)
01-03 DEATH FROM ABOVE + LE BUTCHERETTES (Bruxelles)
02-03 BACK OF SEADOGS (Liège)
02-03 TUBELIGHT (Leuven)
02-03 CUSTOMS (Leuven)
02-03 The IMAGINARY SUITCASE (Woluwé-St-Lambert)
02-03 Randy NEWMAN (Antwerpen) **ANNULÉ**
02-03 Phil CAMPBELL and The BASTARD SONS (Hasselt)
03-03 WACKEN OPEN AIR CONTEST: METAL BATTLE SEMI-FINAL (Roeselare)
03-03 Randy NEWMAN (Antwerpen) **ANNULÉ**
03-03 JD McPHERSON + Charley CROCKETT (Sint-Niklaas)
03-03 KING DALTON (Bruxelles)
03-03 DOOL + HARAKIRI FOR THE SKY (Vosselaar)
03-03 LA JUNGLE (Kortrijk)
03-03 DEREK and The DIRT (Gent)
03-03 MACHIAVEL (Bruxelles)

Mois en cours:
Février 2018
 
LuMaMeJeVeSaDi
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728 


Anniversaires

  • Paul Jones (1942)
  • Nicky Hopkins (1944)
  • Lonnie Turner (1947)
  • Colin Farley (1959)
  • Michelle Shocked (1962)
  • †Memphis Slim (1988)
  • †Johnnie Ray (1990)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 47 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
108 595 065
- Sélectionnez la langue de l'interface:


ARTICLES

› dans les archives    › par catégories

Concerts: compte-rendu
Therion magistral à Hasselt
/ paru le 17/01/2016 /
Article le plus lu du trimestre à propos de: Concerts
Liens connexes
Options
Après m'être bien rincé l'oreille avec Max Pie au Moonlight Music Hall de Diest la veille au soir, ma soif de musique est loin d'être étanchée ce dimanche 10 janvier. Fort heureusement pour moi, le Muziekodroom de Hasselt a prévu de quoi me rassasier amplement. J'embarque donc avec mon matériel et je mets le cap vers le chef-lieu de la province de Limbourg…

Après avoir gravi les marches menant à la salle, j’arrive alors que le premier groupe vient d’entamer son set. Il s’agit du groupe Imperial Age. Jamais entendu parler. Même sans connaître la nationalité du groupe, on distingue clairement dans sa musique des influences slaves et russes. De fait, il s’agit d’un groupe moscovite de métal symphonique composé d’Alexander "Aor" Osipov (claviers et voix), Jane "Corn" Odintsova (claviers et voix), Alexandra "Rys" Sidorova (chant) , Alexander Strelnikov (guitare), Maxim Novikov (guitare rythmique), Dmitry Kovalev (batterie) et Lex Romano (basse). Quand on sait que, pour son prochain album (intitulé «Warrior Race», qui sortira le 16 février 2016), le groupe a signé fin 2015 un deal avec Adulruna Records, qui est le label d’un certain Christofer Johnsson (Therion), on comprend mieux la présence des Moscovites ce soir. N’allez cependant pas croire qu’ils ne méritent pas leur place dans cette programmation. Ils ont déjà tourné avec Therion, Tarja, Epica, Paradise Lost, Oomph! , The 69 Eyes, Tristania, Arkona et Finntroll.

Sur scène, le groupe distille une musique désarmante, dense et complexe basée sur deux claviers, deux guitares, une basse et trois voix (deux féminines et une masculine). La palette musicale du groupe est impressionnante avec des chœurs et des orchestrations symphoniques. Les voix alternent entre le lyrique et le chant clair. Une découverte intéressante. Si le coeur vous en dit, vous pourrez d’ailleurs les retrouver au Grasspop 2016.

Après m’être éclairci la voix grâce à une boisson houblonnée, voici qu’arrive déjà le moment d’accueillir le deuxième groupe de la soirée. Quand les lumières s’éteignent, un musicien asiatique s’assied avec, à la main, un «morin khuur», instrument traditionnel qui se joue avec un archet. Il nous joue une mélodie asiatique très dépaysante en guise d’introduction. Déboule ensuite sur scène la formation Ego Fall au grand complet, c’est-à-dire Chao Yu (voix), Sunbori et Zhaoliang Li (guitares), Chaoluomeng (basse) et Wenbo Zhang (batterie). Renseignements pris, il s’agit d’un groupe chinois originaire de Mongolie qui propose une musique qualifiée de métal nomade mongol. De fait, les artistes asiatiques ont parfaitement intégré tous les stéréotypes du genre, en les mâtinant d’éléments de leur propre culture. Dépaysement garanti encore une fois. Le chanteur a une voix qui convient parfaitement pour le son thrash/metal core du groupe. Les musiciens sont d’un excellent niveau. Je m’étonne de la faculté des Chinois non pas à copier, mais à vraiment intégrer et s’approprier un genre très occidental à la base. Ici encore, une découverte intéressante et un groupe dont on entendra encore certainement beaucoup parler…

La salle est pleine aux trois quarts quand entre en scène le troisième groupe de la soirée: Luciferian Light Orchestra. Ce projet stoner doom né de l’imagination de Christofer Johnsson a vu le jour avec la sortie de l’album éponyme le 30 avril 2015. En réalité, Johnsson avait encore dans ses tiroirs des compositions au son trop seventies pour Therion, ce qui lui a donné l’envie de les sortir sous un autre nom. Les thèmes favoris du groupe sont l’occulte et les forces mystiques. Les musiciens jouent masqués (on peut reconnaître certains musiciens de Therion). Seule la chanteuse avance à visage découvert. Il s’agit de la charmante Mari Paul (Mari Karhunen). Celle-ci chante dans un registre inhabituel pour elle, ce qui peut donner l’impression qu’elle a une voix à la Liv Kristine. Cette voix douce et mélodieuse ondule gracieusement entre les riffs de guitare du rock psychédélico-occulte du groupe. La musique a un côté seventies très plaisant, agrémenté d’une touche plus moderne. Mari est nettement plus à l’aise sur scène que lors de son passage au FEMme Metal Event 2015 où le groupe se produisait pour la première fois. Au menu, de nombreux extraits de l’album : «Dr. Faust on Capri», «Church of Carme»l, «Eater of Souls», «Venus in Flames», «Taste the Blood of the Altar Wine», «A Black Mass in Paris», «Dante and Diabaulus». Mari nous gratifie aussi d’un inédit, «Where the Lilies Grow», qui figurera sur un EP dont la sortie devrait être annoncée prochainement. Mon impression est en tout cas nettement plus positive que lors de leur prestation précédente à Eindhoven à l’automne dernier.

Après un détour par le bar pour réhydrater ma grande carcasse, c’est à présent aux héros de la soirée d’entrer sur scène. Therion est le groupe cultissime fondé en 1987 par le légendaire Christofer Johnsson, au départ sous le nom Blitzkrieg. Après avoir changé de nom pour s’appeler Therion, sorti toute une quinzaine d’albums et connu plusieurs changements d’effectif, le combo de métal symphonique suédois nous revient pour une tournée 2016 de pur plaisir, libre de toute pression liée à la promotion d’un nouvel album. Il en profite donc pour offrir à ses fans un condensé de ses grands succès et de morceaux plus rarement interprétés.

Christofer Johnsson (guitare, claviers, programmation, Hammond, arrangements orchestraux) est toujours accompagné sur scène de Thomas Vikström (chant), Nalle "Grizzly" Påhlsson (basse), Johan Koleberg (batterie) et Christian Vidal (guitare). Les renforts vocaux féminins pour cette tournée sont Chiara Malvestiti (qui fête son anniversaire ce dimanche) et Linnea Vikstrom (la fille de Thomas, qui sortira de scène sur le dos de son papa).

Comme à son habitude, le groupe est très détendu sur scène, d’autant plus que cette tournée a pour seule vocation de permettre aux artistes de se faire plaisir en faisant plaisir à leurs fans. Autre bonne habitude, le groupe ne lésine pas sur la quantité. Il égrènera pas moins de 21 titres: «Ginnungagap» (de l’album «Secret of the Runes», 2001), «Schwarzalbenheim» (2001) , «Nifelheim» (2001), «Vanaheim» (2001), «Melek Taus» (de l’album «Sirius B», 2004), «The Beauty in Black» (1995), «Invocation of Naamah» (de l’album «Theli», 1996), «Cults of the Shadow» (1996), «The Siren of the Woods» (1996), «Wine of Aluqah» (de l’album «Vovin», 1998), «Morning Star»( 1998), «Black Diamond» (1998), «Black Fairy» (de l’album «A'arab Zaraq – Lucid Dreaming», 1997), «Mon amour, mon ami» (de l’album «Les Fleurs du Mal», 2012) , «Kings of Edom», «The Dreams of Swedenborg» (de l’album «Lemuria», 2004), «Lemuria» (2004), «The Invincible» (de l’album «Deggial», 2000), «Son of the Staves of Time» (de l’album «Gothic Kabbalah», 2007) et en rappel «The Rise of Sodom and Gomorrah» (1998) et «To Mega Therion» (1996).

Le groupe reste impérial dans sa spécialité de métal théâtral aux accents lyriques. La qualité est au rendez-vous et l’association père/fille au chant fait merveille. Un concert haut en couleurs et riche en émotions, avec un très beau moment quand Mari revient sur scène pour interpréter «Mon amour, mon ami» quasiment sans aucun accent étranger. Certains titres rares figurent également au programme, de quoi réjouir les fans les plus pointus.

Bref une soirée placée sous le signe de la diversité, avec le métal comme point commun et fil conducteur. Un programme diversifié et de haut niveau. De quoi régaler un public heureux qui ne regrette pas de s’être déplacé un dimanche soir plutôt que de rester planté devant son petit écran…

Les autres photos de
Therion| Luciferian Light Orchestra
Photos © 2016 Hugues Timmermans


Partager sur :



  
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer.



AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium