Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 24-09-2017
› BONG + 11 PARANOIAS + GHOLD (Bruxelles)
› EMA + DUBAIS (Bruxelles)
› SWMRS + The REGRETTES (Bruxelles)
› MATTHEW and The ATLAS (Bruxelles)
› Jen CLOHER + CABLE TIES (Gent)

Les 7 prochains jours:
25-09 JACK OF HEARTS + MALE GAZE (Bruxelles)
25-09 WINTERFYLLETH + FEN + NECRONAUTICAL (Kortrijk)
25-09 The DISTRICTS + A BOY WITH A BEARD (Bruxelles)
25-09 MONKEY 3 + The NECROMANCERS (Bruxelles)
26-09 PALM (Liège)
26-09 Christina GOH (Liège)
26-09 MOE + DEAD + GOLDORAK (Bruxelles)
26-09 Siv JAKOBSEN (Bruxelles)
26-09 DIET CIG + The SPOOK SCHOOL (Borgerhout)
27-09 CAT CAT CANARY (Liège)
27-09 Piet VERBIST QUARTET (Liège)
27-09 MAUNO + ANNABEL LEE (Bruxelles)
27-09 YO NO SE (Hannut)
28-09 SLEEPER'S REIGN (Gent)
28-09 Will SAMSON (Bruxelles)
28-09 SEX SWING + PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS (Bruxelles)
28-09 ONSLAUGHT + ARTILLERY (Diest)
28-09 Trevor SENSOR (Bruxelles)
28-09 ACID BABY JESUS + MOAR (Bruxelles)
28-09 ULYSSE + VITA and The WOOLF (Bruxelles)
28-09 Neil DIAMOND (Antwerpen)
28-09 GIRLS IN HAWAII (Bruxelles)
29-09 The DRUMS + BROADCAST ISLAND (Bruxelles)
29-09 AIR TRAFFIC + JAKL (Leuven)
29-09 EVERGREY + NEED (Kortrijk)
29-09 SONNFJORD + OTON + ESINAM (Bruxelles)
29-09 LONEY DEAR (Bruxelles)
29-09 Ed HARCOURT (Zwevegem)
29-09 FAIRE + PEPITE (Bruxelles) **ANNULÉ**
29-09 SIMO + RHEA (Bruxelles)
30-09 Johann JOHANNSSON (Bruxelles)
30-09 ULYSSE + Theo CLARK (Namur)
30-09 RRAOUHHH + COCAINE PISS + VANDAL X + GUILI GUILI GOULAG + SHNOK (Bruxelles)
30-09 DRAKKAR + ADX + FIREFORCE + OCTANE (Lens)
30-09 BUSH + RAVENEYE (Borgerhout)
30-09 Michael NAU (Gent)
30-09 EVERGREY (Diest)
30-09 EVIL INVADERS (Aarschot)
30-09 AIR TRAFFIC + JAKL (Leuven)
30-09 BROADCAST ISLAND (Bruxelles)
01-10 PAPA ROACH + Frank CARTER and The RATTLESNAKES (Borgerhout)
01-10 AIR TRAFFIC + JAKL (Leuven)
01-10 SIGUR ROS (Bruxelles)
01-10 The ROSENBERG TRIO (Antwerpen)

Mois en cours:
Septembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 


Anniversaires

  • Wayne Henderson (1939)
  • Linda McCartney (1942)
  • Gerry Marsden (1942)
  • Jerry Donahue (1946)
  • Kjell Asperud (1946)
  • Peter Salisbury (1971)
  • Marty Cintron (1971)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6780 membres.
- En ligne, nous sommes 166 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
103 850 086
- Sélectionnez la langue de l'interface:


ARTICLES

› dans les archives    › par catégories

Concerts
Cabaret Vert 2017
/ paru le 06/09/2017 /
Le festival écolo tient toujours bien son pari: une programmation éclectique, des tarifs démocratiques et des efforts incessants pour réduire les déchets.


Le Cabaret Vert, qui se tient chaque année fin août à Charleville-Mézières, dans les Ardennes françaises, est selon nous l’un des meilleurs festivals à différents points de vue: prix bas, affiche variée et service optimal sur le site. Le pass 4 jours du Cabaret Vert n’est qu’à 89 euros, un plat y est en moyenne à 5 euros et la bière à 2,50 euros. Des tarifs plutôt démocratiques donc!

L’affiche, elle, est toujours composée d’artistes rock garage, rock indie ou pop rock, metal parfois, hip hop et aussi électro. Enfin, le Cabaret Vert se veut être écoresponsable et travaille beaucoup sur le tri des déchets, l’économie d’énergie, tout en garantissant du confort et des facilités pour les festivaliers.

Par exemple: le Cabaret Vert met en place des toilettes sèches. Pas de chasse d’eau et pas de jets d’eau mélangée à des produits nettoyants. Ici, on utilise de la sciure de bois pour recouvrir les "dépôts" solides et liquides et pour prévenir les odeurs. Les fosses sont vidées chaque jour, des bénévoles vérifient l’état des différentes cabines en permanence et fournissent aux utilisateurs de quoi se laver les mains après le passage au petit coin. Résultat: c’est plus écologique bien sûr, mais c’est aussi plus propre que les cabines de toilettes habituelles et donc plus agréable pour les festivaliers.

Autre exemple encore: la nourriture proposée est locale. Les stands sont tenus par des petits commerçants de la région qui proposent une cuisine ardennaise pour la plupart, faite à base de produits issus d’artisans locaux. C’est bien entendu là aussi plus écolo mais c’est meilleur aussi! Précisons encore que le Cabaret Vert utilise de la vaisselle compostable, favorise le tri des mégots et possède son propre centre de tri des déchets sur le site. 97% des gobelets collectés sont recyclés. Voilà pourquoi le Cabaret Vert préfère encore et toujours les gobelets en plastique léger aux gobelets réutilisables qui nécessitent énormément plus d’énergie à la fabrication et qui ne pourront de toute façon pas être réutilisés indéfiniment. Chaque année, le festival, à l’aide d’associations, d’écoles, d’experts… étudie de nouvelles pistes pour trier encore mieux et pour économiser l’énergie de manière encore plus efficace, en prenant en compte tous les critères, non seulement le produit en lui-même mais aussi son coût de fabrication et la provenance des matériaux qui le composent. Toute une recherche, toute une réflexion qu’on admire et qu’on estime importante! Il était impossible de parler du Cabaret Vert sans évoquer cet aspect écolo, mais parlons à présent de sa raison d’être: les concerts!

Jeudi 24 août 2017 - La prestation intense de London Grammar

Le trio anglais London Grammar a livré un concert excellent sur la grande scène du Cabaret Vert, vendredi sur les coups de 21h. Le style mélancolique du groupe, la voix de Hannah Reid, les images diffusées sur l’écran au fond de la scène, etc. ont suscité beaucoup d’émotions.

Le groupe a livré un show simple mais efficace, avec beaucoup de concentration, de charisme et de classe, accompagné d’une diffusion d’images très en phase avec les différents morceaux joués, évoluant avec la musique. Le large spectre vocal de la chanteuse donne encore plus au style musical du groupe quelque-chose d’aérien, de planant… Le public était comme suspendu à ses lèvres! Les trois membres de London Grammar sont aussi des multi-instrumentalistes talentueux qu’on prend plaisir à voir jouer!

Mais peu avant, sur cette même scène, c’est bien The Noface, qui n’était pas au programme à la base, qui a véritablement chauffé le public arrivant tout doucement sur le site du Cabaret Vert. Le groupe, composé des quatre anciens musiciens de Skip The Use et de la chanteuse Oma Jali, avait la pêche sur scène! Il nous a fait un peu penser à un groupe comme Shunk Anansie et rappelle aussi beaucoup Skip The Use dans les sonorités et la présence sur scène. Oma Jali a superbement bien communiqué avec un public encore un peu timide, sans trop en faire.

Enfin, plus tard dans la soirée, c’est Cypress Hill qui a mis le feu! Ces pionniers du hip-hop, venus tout droit de Californie, étaient fort attendus. Les deux chanteurs, Sen Dog et B-Real, ont eux aussi bien joué avec le public et développé une belle énergie sur scène. Le groupe a balancé un son lourd et puissant qui le caractérise, en rejouant ses grands titres, comme «Insane in the brain» que le public connaissait par cœur, avec une belle complémentarité entre les percussions et les platines. B-Real n’a pas manqué non plus de s’allumer un énorme joint sur scène. Le groupe avait été l’un des premiers à parler ouvertement dans ses textes de la légalisation de la marijuana.

Vendredi 25 août 2017 - Soulwax, un des meilleurs concerts!

La journée du vendredi au Cabaret Vert était selon nous la meilleure, avec des artistes tels que The Kills, Ty Segall, Band of Horses, Korn, Soulwax et Jain.

The Kills nous a marqué par la complicité, la complémentarité sur scène entre les deux membres du groupe, la chanteuse américaine au style grunge, cheveux gras et chemise à carreaux, Alison Mosshart, et le guitariste anglais Jamie Hince. Le duo de rock garage bien connu vit sa musique, interprète ses titres avec conviction… Génial!

Ensuite, Ty Segall, sur la petite scène lui, était accompagné par son « band », comme chaque fois qu’il joue en live. Le Californien multi-instrumentaliste et ses potes ont techniquement impeccablement joué. Mais on déplore un manque de symbiose avec le public. Ty Segall a joué pratiquement tout le concert dos tourné aux festivaliers, privilégiant la complicité avec ses musiciens. Comme on le pensait, ils ont joué de longs morceaux, dans un style très instrumental, mais finalement moins «psyché» que ce que l’on a pu écouter sur les albums.

Nous n’avons ensuite eu qu’un aperçu du concert de Jain sur la grande scène où, pendant que nous écoutions Ty Segall, le public du festival s’était pressé en masse. Ce concert pop a - c’était prévisible - ameuté tout le public. Avec des titres entraînants, originaux, la jeune artiste française, pleine de fraîcheur, a ravi ses spectateurs, jusqu’à sa balade dans une boule géante en plastique transparent qui a rebondi sur les milliers de mains en l’air.

Nous n’avons également eu qu’un aperçu de Band of Horses sur la petite scène pour ne pas rater Korn ensuite sur l’autre. Des morceaux avec des envolées plus rock, d’autres plus lents, plus «atmosphériques», le groupe américain emmené par Ben Bridwell nous a plu dans cet avant-goût.

Nous étions donc ensuite en place devant la grande scène pour voir entrer en piste Jonathan Davis, Brian Welch, Reginald Arvizu et Ray Luzier. Korn a fait une belle prestation, à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre. Seul bémol, les deux grosses caisses de la batterie très complexe de Ray Luzier couvraient beaucoup la voix de Jonathan Davis. A un moment, on n’entend plus que le batteur, par ailleurs excellent! Mais d’autres groupes, comme The Kills, ont aussi eu tendance à avoir quelques problèmes d’égalisation…

Enfin, apothéose avec le groupe belge Soulwax! Trois batteries sur scène et les frères Dewaele aux platines. Ça claque! La combinaison de percussions et de la musique électro est plutôt originale. Il y a du spectacle, il y a de la performance et il y a du rythme…

Soulwax, c’est excellent à voir en live! Il nous en a mis plein la vue et a fait danser tous les spectateurs, notamment avec «Do you want get into trouble ?», l’un de ses derniers morceaux. Une belle ambiance! Le meilleur concert de notre festival, assurément!

Samedi 26 aôut 2017 - Franz Ferdinand et Justice en rois du show

Le samedi a encore laissé place à quelques grands noms et d’intéressantes découvertes parmi lesquelles Yassassin, un groupe de cinq Londoniennes qui ont balancé un rock garage digne de ce nom, très énergique! On a aussi découvert le groupe Allah-Las, un quatuor californien qui livre de la pop rock vintage. Très plaisant à écouter! C’est une pop psyché qui rappelle celle de leurs compatriotes les Beach-Boys. La musique d’Allah-Las a baigné la foule du Cabaret Vert dans une ambiance sixties. Par contre, le groupe The Lemon Twigs, présenté par les organisateurs comme un de ses coups de cœur, ne nous a pas convaincus. Les deux frères d’origine américaine, très jeunes, ont proposé des morceaux selon nous très décousus, trop! Et du coup peu agréables à écouter.

Enfin, les mecs de Franz Ferdinand ont ravi les festivaliers. Le groupe écossais a mené son concert avec un bel équilibre entre des morceaux plus lents et d’autres plus rythmés, plus énergiques. Du rock moderne simple et efficace, comme on l’attendait, avec des morceaux incontournables comme «Take me out» , «Do you want to» et «Matinee» qui ont rendu le groupe populaire. Des titres sur lesquels toute la foule a sauté pieds joints, en miroir avec le chanteur Alexander Kapranos, grisonnant mais qui n’a pas perdu son énergie et son timbre de voix unique.

Quant à Justice, le groupe d’électro français était la plus grosse tête d’affiche du festival, autant dire qu’il était très attendu. Le duo a effectivement livré un très bon show musical, avec des titres comme «Randy», tiré de leur dernier album, en combinaison avec des effets de lumières. Impressionnant! Xavier de Rosnay s’est même offert un petit bain de foule à la fin du concert, visiblement heureux de l’accueil que le public du Cabaret Vert avait réservé à son groupe!

Dimanche 27 août 2017 - The Yokel, du folk qui met l’ambiance!

Pour la dernière journée du festival, c’est le groupe français The Yokel, originaire de Metz, qui a su mettre le public dans de bonnes conditions avec sa musique blues et folk. Un vrai bon son country-folk, très enjoué! Nous avons ensuite encore assisté au concert de Kate Tempest. On est là dans un style de musique rap. La jeune rouquine anglaise se lance notamment de longues séquences a capella façon slam avec son accent «so British», une belle performance! Peut-être un peu lassante sur la fin… Nous avons encore écouté un peu FKJ, avant de devoir déjà quitter le festival et reprendre la route. Le Français nous a bien plu avec sa musique électro «chill». Seul sur scène, il jongle entre les platines et le saxo ou la guitare, pour proposer un électro soul et groove, très original et apaisant.

98.000 festivaliers cette année ! Peut-être un peu trop à notre goût ! On s’est senti un peu serré vendredi et samedi sur la plaine du square Bayard, le site du Cabaret Vert. Dommage pour une organisation qui a vocation de garder un festival « à taille humaine ». Mais pas de panique quand même, cette édition du Cabaret Vert est à nouveau un succès de manière générale, sur des plans tels que le confort, le service, l’accueil, la communication aux festivaliers, les prix et la programmation, tout en agissant sur l’environnement, comme on le précisait déjà en intro ! Tous ces efforts de l’organisation depuis des années, cette empreinte idéologique du festival et son identité régionale forte ont, nous le pensons, un impact positif sur l’état d’esprit des festivaliers et des bénévoles. Et sur l’ambiance générale qu’on qualifierait tout simplement de chaleureuse et super sympa !
Les autres photos de
Franz Ferdinand | Korn

Article et photos © 2017 Gaëlle Ponselet

Partager sur :



  
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer.



AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium