Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 24-05-2018
› ROSETTA + MAUDLIN + QUIETUS (Bruxelles)
› Selda BAGCAN and BOOM PAM + Derya YILDIRIM and GRUP SIMSEK + Gaye SU AKYOL (Bruxelles)
› Kyle CRAFT (Bruxelles)
› FRANKIE COSMOS + The GOON SAX (Gent)
› WIEGEDOOD (Kortrijk)
› PJDS + FALLING MAN (Borgerhout)
› Sean KOCH + SEAGULLS (Leffinge)

Les 7 prochains jours:
25-05 AUREL (Bruxelles)
25-05 REVEREND BEAT-MAN and Nicole Izobel GARCIA + DEADLINE + JENKINSES (Bruxelles)
25-05 GLASS MUSEUM + RARI + NAPSIS (Bruxelles)
25-05 COLOUR HAZE + HIDDEN TRAILS (Hasselt)
25-05 FUTURE OLD PEOPLE ARE WIZARDS + RUN SOFA (Gent)
25-05 SOULS OF DIOTIMA + SOLITUDE WITHIN (Lens)
25-05 BODEGA (Leffinge)
25-05 LITTLE BIG (Bruxelles)
25-05 LOMA + Adam TORRES (Kortrijk)
25-05 CAR SEAT HEADREST + NAKED GIANTS (Bruxelles)
25-05 Jacques STOTZEM (Liège)
25-05 JEAN JEAN + BILLIONS OF COMRADES (Braine-le-Comte)
26-05 BOGGAMASTA + GLÜ (Bruxelles)
26-05 Ty SEGALL and The FREEDOM BAND + The OBLIVIANS (Borgerhout)
26-05 SOULS OF DIOTIMA + FOOL'S PARADISE + SOLITUDE WITHIN (Eernegem)
26-05 Josh T. PEARSON + Erika WENNERSTROM (Bruxelles)
26-05 Mr YAZ (Liège)
26-05 BORN RUFFIANS (Bruxelles)
27-05 MOANING + BODEGA (Bruxelles)
27-05 LOMA + Adam TORRES (Bruxelles)
27-05 SLEEP (Bruxelles)
28-05 Anna VON HAUSSWOLFF + MIAUX (Bruxelles)
28-05 MONSTER MAGNET + PENDEJO + TABLE SCRAPS (Leuven)
28-05 SUMAC + HEY COLOSSUS (Kortrijk)
28-05 UNKNOWN MORTAL ORCHESTRA (Bruxelles)
29-05 CHROMEO (Bruxelles)
29-05 Chad VANGAALEN (Bruxelles)
29-05 MONSTER MAGNET + PENDEJO + TABLE SCRAPS (Gent)
29-05 The BUTTERTONES (Leffinge)
29-05 SUMAC + HEY COLOSSUS + MOUNTAIN DUST (Liège)
30-05 Marina CEDRO (Liège)
30-05 Courtney BARNETT + LOOSE TOOTH (Bruxelles)
30-05 Laura VEIRS + AMAROUN (Bruxelles)
30-05 Gavin JAMES + SAARLOOS (Leuven)
31-05 AUTHOR AND PUNISHER + TREPANERINGSRITUALEN + ALL SHADOWS AND DELIVERANCE (Bruxelles)
31-05 ROLLING BLACKOUTS COASTAL FEVER + Stella DONNELLY (Bruxelles)
31-05 SHARKO (Liège)
31-05 Sue FOLEY (Hasselt)

Mois en cours:
Mai 2018
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 


Anniversaires

  • Bob Dylan (1941)
  • Derek Quinn (1942)
  • Patti Labelle (1944)
  • Dave Peacock (1945)
  • Steve Upton (1946)
  • Albert Bouchard (1947)
  • Rosanne Cash (1955)
  • †Elmore James (1963)
  • Rich Robinson (1969)
  • †Duke Ellington (1974)
  • †Gene Clark (1991)
  • †Paul Gray (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 146 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
110 851 254
- Sélectionnez la langue de l'interface:


ARTICLES

› dans les archives    › par catégories

Concerts
Airbourne: Tornade australienne à Louvain
/ paru le 18/10/2017 /
Articles connexes
Article le plus lu du trimestre à propos de: Concerts
Galerie
Options
À mon arrivée à Louvain, une longue file s'étire devant l'entrée de la salle Het Depot sur la Martelarenplein. Le temps de garer ma voiture, quand j'arrive à mon tour devant l'entrée de la salle, la file s'est résorbée. Les nombreux spectateurs présents ont pris place devant la scène pour une soirée musicale aux accents australiens.

Fondé à Melbourne en 2008, le groupe Desecrator est composé de Riley Strong au chant et à la guitare) Anthony J Finch à la guitare, Gerad Biesboer à la basse et Jared Roberts à la batterie. Avec un son proche de celui de groupes comme Testament, Death Angel and Sacred Reich, la formation du pays down under a la lourde tâche de chauffer la salle.

Dès les premiers riffs de guitare, on a affaire à une musique thrash plutôt bien fichue, menée de main de maître par une équipe de choc qui prend un plaisir non dissimulé à se produire en Belgique (au pays de la bière) avant les géants d’Airbourne. À plusieurs reprises, Riley Strong harangue le public et parvient, avec toute l’énergie qu’il dégage, à susciter un bel enthousiasme dans le public dont une bonne partie est encore en train de tester les pompes à bière au bar. Avec des morceaux comme Brainscan, Red Steel Nation, As I Die, Serpent’s Return ou encore «Thrash Is A Verb» (extrait de l’album «To The Gallows» de 2017) et une reprise déjantée de Born to Be Wild, les thasheurs australiens se révèlent d’une efficacité redoutable et me font prendre goût à leur style violent sans être agressif. Une bien agréable découverte pour votre serviteur!

Quand retentit la musique de Terminator 2 : Judgement Day de Brad Fiedel, on se doute que ce qui va suivre, c’est du lourd… Joel O'Keeffe (voix et lead guitar), David Roads (guitare), Justin Street (basse) et Ryan O'Keeffe (batterie), plus connus sous leur nom de groupe Airbourne sillonnent l’Europe avec leur tournée «Breakin’ Outta Hell» pour promouvoir leur dernier opus du même nom sorti en 2016. Chaque passage de la tornade australienne est un véritable événement, tant on est chaque fois impressionné par le torrent d’énergie qui déferle sur scène. Les rockeurs du pays des kangourous attaquent avec l’énergique «Ready to Rock» (extrait de l’album «Black Dog Barking» de 2013) qui s’avère être une excellente mise en jambes. Les Australiens sont chauffés à blanc et le public ne tarde pas à suivre. Dès les premiers riffs du second morceau «I'm Going to Hell for This» (2016), les premiers pogos se dessinent et bon nombre de spectateurs enthousiastes sont déjà torse nu comme Joel sur la scène.

Le quatuor est réglé comme du papier à musique. Les titres s’enchaînent avec une énergie rare. Entre les morceaux Joel titille son public, l’incitant à se donner toujours plus dans la fosse. Et il faut dire que ça bouge beaucoup. Entre les candidats au crowdsurfind, les pogos et les walls of death, votre serviteur doit quand même faire gaffe de planquer son matériel pour éviter qu’un moment de folie musicale ne vire à la tragédie financière…

Vient ensuite « Too Much, Too Young, Too Fast» (tiré de l’album «Runnin’ Wild» de 2007), suivi de «Down on You» (2016) et «Rivalry» (2016). Quel que soit le morceau qui commence, il est chaque fois salué par un public donc l’enthousiasme ne se dément pas un seul instant.

Joel O'Keeffe se démène comme un possédé, il est de tous les côtés de la scène à la fois. Le public est en délire. Tout le monde est trempé de sueur et dopé à l’adrénaline. «Girls in Black» (2007), «Bottom of the Well» (extrait de l’album «No Guts, No Glory» de 2010) et «Breakin' Outta Hell» (2016) forment une nouvelle salve qui fait encore monter la température d’un cran. L’ambiance est à son comble et pourtant l’incorrigible Australien va encore en rajouter une couche en montant sur les épaules d’un bodyguard qui va littéralement le promener dans toute la salle, tout en continuant bien entendu à égréner les notes et à aligne les riffs de guitare.

Sans laisser l’ambiance retomber, les quatre comparses relancent le débat avec deux titres très solides du back catalogue: «No Way but the Hard Way» (2010) et «Stand Up for Rock 'n' Roll» (2007). J’ai rarement vu un public aussi emballé et dopé par la musique jouée sur scène. Il faut dire que les compositions de la bande à Joel peuvent paraître communes sur CD (même si je connais beaucoup de fans qui vous feraient volontiers ravaler ces paroles impies), il est clair qu’en public, cette musique prend une dimension hors du commun et qu’elle ne laisse personne insensible. Les politiciens ne peuvent qu’envier un tel pouvoir de mobilisation du public…

Comme souvent chez les groupes internationaux qui tournent beaucoup aux States, la durée du concert dépasse rarement les 80-90 minutes. Vu l’énergie dégagée par les protagonistes, je peux le comprendre car il faut pouvoir tenir le rythme. Qu’à cela ne tienne, il reste deux titres pour s’en payer encore une bonne tranche. Le public ne se le fait pas dire et repart dans des pogos frénétiques, non sans avoir essayé de récupérer quelques bières lancées dans le public depuis la scène… C’est donc au son de «Live It Up» (2013) et de «Runnin' Wild» (2007) que cette soirée mémorable prend fin.

Airbourne a encore une fois fourni une prestation hors norme devant un public conquis.

Les autres photos de
Airbourne
Photos © 2017 Hugues Timmermans


Partager sur :



  
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer.



AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium