Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 23-01-2018
› SEPTICFLESH + INQUISITION + ODIOUS (Vosselaar)
› DEPEDRO (Leuven)
› Lina TULLGREN + WOODS OF YORE (Liège)
› Roland DACOS (Liège)

Les 7 prochains jours:
24-01 Mathilde RENAULT (Bruxelles)
24-01 Natalie PRASS + Nilüfer YANYA + Daniel BLUMBERG (Bruxelles)
24-01 STEREOPHONICS + Ales FRANCIS (Bruxelles)
24-01 ARCH ENEMY + WINTERSUN + TRIBULATION + JINJER (Borgerhout)
25-01 ALPHA WHALE + GALAKTICA (Bruxelles)
25-01 TANAE (Liège)
25-01 A. SAVAGE + Jack COOPER (Gent)
25-01 LE SINGE BLANC + DON VITO + The MARY HART ATTACK (Bruxelles)
25-01 36 CRAZYFISTS + 68 + ALL HAIL THE YETI (Bruxelles)
26-01 STARCRAWLER (Bruxelles)
26-01 The SONICS + The ERROR TEAM (Kortrijk)
26-01 BERTIER + Kouzy LARSEN (Ittre)
26-01 BARELY AUTUMN (Bruxelles)
26-01 GLORYHAMMER + CIVIL WAR + DENDERA (Vosselaar)
26-01 ZOMBIE ZOMBIE + CAMERA + CAPELO (Bruxelles)
27-01 Omar SOULEYMAN + Gan GAH (Bruxelles)
27-01 TRIO CISCO HERZHAFT (Liège)
27-01 BOMBERBATZ + KHOHD (Liège)
27-01 The SONICS + The GOON MAT and LORD BERNARDO (Liège)
27-01 NOTHING BUT THIEVES + The XCERTS + AIRWAYS (Borgerhout)
27-01 Romain HUMEAU (Ittre)
27-01 LIIMA + SHY DOG (Bruxelles)
28-01 Adrian CROWLEY + Nadine KHOURI (Bruxelles)
28-01 THE SOUND OF THE BELGIAN UNDERGROUND (Bruxelles)
29-01 IRON and WINE + HALF WAIF (Bruxelles)
30-01 JAWS OF LOVE + Daniel ALEXANDER (Gent)
30-01 The STRYPES + Max MESER (Bruxelles)
30-01 Shawn HOLT and The TEARDROPS (Liège)
30-01 PEACH PIT + Danny BLUE and The OLD SOCKS (Bruxelles)

Mois en cours:
Janvier 2018
 
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 


Anniversaires

  • Anita Pointer (1948)
  • Bill Cunningham (1950)
  • Pat Simmons (1950)
  • Robin Zander (1953)
  • Earl Falconer (1959)
  • †Terry Kath (1978)
  • †Allen Collins (1990)
  • †Billy MacKenzie (1997)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6824 membres.
- En ligne, nous sommes 152 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 850 188
- Sélectionnez la langue de l'interface:


ARTICLES

› dans les archives    › par catégories

Concerts: compte-rendu
Back to Front 242
/ paru le 09/12/2017 /
Articles connexes
Article le plus lu du trimestre à propos de: Concerts
Options
Malgré une actualité discographique réduite à sa plus simple expression depuis plusieurs années, Front 242 a rempli l'AB par deux fois le week-end dernier. Une aura intacte et des disciples inconditionnels ont transformé cette messe EBM en véritable triomphe.

Le simple fait d’avoir prévu dès le départ une formule combi pour les deux jours laissait présager des sets complémentaires ou tout au moins différents. Bingo, à l’instar des Pixies voici quelques années dans cette même salle, les spectateurs présents le vendredi et le samedi n’ont pas été grugés. Le groupe a même été un cran plus loin que la bande à Frank Black en proposant des avant-programmes propres à chaque soirée.

Si les projections tantôt colorées tantôt historico-architecturales de Metroland (pensez à Kraftwerk produit par les Chemical Brothers avec une obsession pour les transports en commun) vont faire mouche le premier soir, celles de Cruise [Ctrl], plutôt glaciales, n’auront pas le même impact le lendemain. En effet, à l’image de Blanck Mass en support de Slowdive au Bota en octobre dernier, leurs compositions electro sombres ont peiné à captiver l’auditoire.

Un auditoire d’âge mûr qui n’en était visiblement pas à son premier concert de Front 242. Rares étaient les spectateurs sans un t-shirt, un survêtement ou un brassard à l’effigie du groupe. Le stand merchandising, particulièrement bien achalandé, n’a d’ailleurs pas désempli alors que la dernière compilation du label Alfa Matrix (déjà millésimée 2018…) était distribuée gratuitement et que l’AB avait pressé une quantité limitée de jetons boissons arborant le logo le plus récent des stars de la soirée.

Pendant les soundchecks, ce même logo trône fièrement au milieu de l’énorme rideau devant la scène. Celui-ci s’ouvrira lentement au son de "Moldavia" (vendredi) et de "Happiness (More Angels)" (samedi). Deux titres certes différents mais à la mise en scène identique. Visages dissimulés derrière des masques noirs, ils fixent, immobiles, l’assemblée avant de se lancer dans des mouvements saccadés. Mis à part le batteur qui terminera torse nu, gilets pare-balles et lunettes noires sont de rigueur pour le trio Jean-Luc De Meyer, Richard 23 et Patrick Codenys. Des claviers derrière lesquels ils se relayeront tout au long du set forment la quasi-totalité des instruments en plus de la batterie (largement) électronique.

Toujours à la pointe de la technologie, ils ne vont pas se contenter de balancer les versions originales de leurs compositions (dont certaines, avouons-le, ont assez mal vieilli sur disque) mais vont au contraire leur donner une cure de jouvence via de judicieuses relectures flirtant par moments avec l’electro ("W.Y.H.I.W.Y.G.", "Commando Mix") ou la techno ("Punish Your Machine"). Et comme un concert de Front 242 s’apparente également à une expérience visuelle intense, les projections n’allaient pas décevoir même si une utilisation abusive des stroboscopes allait par moments ruiner certains passages.

Vu que leur dernier album en date ("Pulse") est sorti en 2003, on pouvait s’attendre à l’une ou l’autre nouveauté mais il n’en a rien été. Ceci dit, malgré un premier soir davantage en forme de best of (incluant "Quite Unusual" et "Body To Body" contre "Tragedy For You" le lendemain), ils vont dépoussiérer des titres plus obscurs à l’instar de "Lovely Day", d’"Until Death (Us Do Part)" chanté d’une voix digne d’un Tom Waits ou du vintage "Operating Tracks". À ce propos, on les a sentis davantage libérés le samedi, avec à la clé un show plus limpide et un volume moins destructeur de tympans.

Bien entendu, "Headhunter" et "Welcome To Paradise" laisseront des traces alors que "No Shuffle" et un extrême "Im Rythmus Bleiben" initieront des mouvements de foule pas toujours très fraternels (ce sera le seul point noir du week-end). Pour le reste, on a l’impression que, contrairement à Sisters Of Mercy, il leur reste encore des choses à accomplir. Et la vision d’un Jean-Luc De Meyer visiblement ému par les ovations du public à l’issue du concert nous conforte en ce sens.

Partager sur :



  
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer.



AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium