Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Pinkney (1925)
  • Bobby Helms (1933)
  • Floyd Ashton (1933)
  • Mike Seeger (1933)
  • Nesbert Hooper (1938)
  • Johnny Thunder (1941)
  • Pete York (1942)
  • Tommy Aldridge (1950)
  • Rick Price (1951)
  • Matt Johnson (1961)
  • Marcia Schofield (1962)
  • †Jackie Edwards (1992)
  • †Jerry Wexler (2008)
  • †Johnny Moore (2008)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 161 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 546 099
- Sélectionnez la langue de l'interface:


ARTICLES

› dans les archives    › par catégories

Concerts: compte-rendu
Starcrawler au Bota, Arrow and fury
/ paru le 30/01/2018 /
Le Witloof Bar du Botanique a accueilli ce vendredi 26 janvier sa première bombe de l'année. Une bombe en provenance de Los Angeles baptisée Starcrawler et larguée par Arrow de Wilde, une chanteuse rock ‘n' roll dans la pure tradition du terme.

We will kill you. Quatre mots qui en disent long sur le tempérament sanguin du groupe, ainsi introduit sur sa page Facebook. Quatre mots et une réputation sulfureuse qui ont drainé la toute grande foule dans la célèbre cave voûtée, prête à suinter la sueur et… le sang. Car Starcrawler, c’est du rock aux accords basiques, de l’énergie à revendre mais aussi une bonne dose de show.

Et à ce petit jeu-là, l’immense chanteuse à la taille de guêpe a des arguments à faire valoir malgré son très jeune âge. Une frontwoman comme on n’en voit plus depuis une éternité et dont le rôle principal ne se limite pas à des vocalises hystériques. Une attitude désinvolte, des poses saccadées et un regard absent ne sont que quelques facettes d'une personnalité ambiguë. Un look également, à l’instar de ses longs gants à paillette ou de sa chevelure rosâtre qui matche avec la chemise et la bandoulière à frou-frou d’Henri Cash, le guitariste à sa droite (et seconde voix), lui aussi particulièrement speedé, adepte des poses et des grimaces.

Ryan Adams, qui a produit le premier album du groupe sorti tout récemment chez Rough Trade, n’a sans doute pas eu la tâche facile pour canaliser leur fougue en studio. À moins qu’il ne se soit fait tuyauter par le batteur Austin Smith et le bassiste Timothy Franco, nettement plus réservés, pour arriver à ses fins. Ou peut-être s’agit-il simplement d’une question de dosage (et) de substances…

Sur scène, on assiste à un ouragan de décibels qui flirte avec la brutalité du punk ("Love’s Gone Again", "Ants"), les guitares crasseuses Nuggets ("Different Angles") et l’exubérance du glam ("Let Her Be", "Pussy Tower" et son texte olé-olé). Sans oublier l’aspect mélodique qui fait d’"I Love LA", par exemple, un hit en puissance (c’est le mot). En tout cas, dans le public, les pogos sont légion, ce qui accentue le ressenti bordélique de l’ensemble. Et lorsque la chanteuse commence à jouer avec du (faux ?) sang, cela part dans un délire carnavalesque qui verra le premier rang aussi peinturluré qu’elle…

Intenable, pendant le final musclé de "Chicken Woman", on la verra filer comme une flèche (pas étonnant avec un prénom pareil...) dans le public, y effectuer quelques pas de danse effréné et embrasser un spectateur avant de filer comme une furie (pas étonnant avec un nom pareil...) direction backstage alors que le guitariste enfilera son instrument au cou d’un bambin qui comprendra rapidement comment triturer les six cordes. Vous avez dit rock ‘n’ roll ?

Partager sur :



  
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer.



AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium