Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 148 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 433 366
- Sélectionnez la langue de l'interface:


ARTICLES

› dans les archives    › par catégories

Concerts: compte-rendu
ASIA au Spirit of 66, ce 15.02.2004
/ paru le 22/02/2005 /
Salle comble au Spirit pour voir et écouter Asia dans le cadre de la longue tournée organisée à la suite de la sortie de son dernier album, « Silent Nation », chroniqué sur ce site.

Asia fut fondé en 1981 par quatre artistes issus de formations prestigieuses.

Le claviériste Geoff Downes, également ex-Buggles, et le guitariste Steve Howe venaient de quitter Yes après l’album « Drama ». Le bassiste et chanteur John Wetton sortait de Wishbone Ash après avoir participé, entre autres, à Family, King Crimson, Roxy Music, Uriah Heep et U.K.. Le percussionniste Carl Palmer venait de Emerson/Lake & Palmer.

Un premier album, « Asia », superbe, rencontrera un succès phénoménal avec son croisement très réussi entre Rock, Progressif et F.M.. Ce succès ne sera jamais égalé et s’atténuera progressivement malgré de bonnes ventes. Des tensions entre membres du groupe et d’autres projets de ces mêmes membres amèneront de courtes mais régulières mises en veilleuse. Steve Howe quittera le groupe en 1984, après le deuxième album « Astra » paru en 1983. Il ne rejoindra le groupe, en tant qu’invité, qu’après le départ de John Wetton, et pour de très courtes périodes. Le toujours versatile et instable John Wetton fera de même en 1990, définitivement. Par après, il ne parviendra plus à réintégrer le groupe, malgré de régulières tentatives, parfois gênantes. Il restera malgré tout toujours en contact avec Geoff Downes ; ils viennent d’ailleurs, tout récemment, de retravailler ensemble. Carl Palmer restera jusqu'à l’album « Aqua » paru en 1992. Il gardera également toujours un contact avec Downes et fondera Qango avec Wetton.

Donc, des musiciens présents, seul le claviériste Geoff Downes a participé à la fondation de ce groupe mythique. En fait, il en est le véritable pilier, car 95% de la totalité du répertoire du groupe depuis le départ en 1981, a été composé par lui, conjointement avec John Wetton jusqu’à son départ en 1990 et, ensuite avec John Payne jusqu’aujourd’hui. Derrière ses trois piles de claviers, il symbolise exactement le claviériste des années 1970, positionné au milieu de ses claviers placés en U, et passant allègrement, tout au long du concert, de l’un à l’autre. Un indiscutable technicien même s’il n’a jamais été aussi démonstratif qu’un Rick Wakeman ou qu’un Keith Emerson. Type très sympathique, très British. Comme depuis toujours avec lui, il a interprété seul aux claviers une version de son méga-tube « Video Killed the Radio Star » qu’il avait composé avec Trevor Horn avant leur passage dans Yes.

La seconde âme du groupe est le bassiste et chanteur John Payne dont le plus gros péché pour beaucoup est d’avoir succédé à John Wetton. Si personnellement, j’ai beaucoup d’admiration pour les deux et que chaque nouvel album de ou avec John Wetton rentre dans mes rayonnages, j’estime que John Payne n’a jamais démérité ni dénaturé le groupe. Il regroupe les mêmes potentiels que son prédécesseur : bon bassiste, bon chanteur, bon compositeur, bon frontman et, … même côté un peu diva. Dans tous les cas, il n’a aucun problème avec le répertoire composé, joué et chanté à l’époque par Wetton, qu’il interprète avec la même fougue et la même chaleur que son prédécesseur. Mon rêve, assez fou, serait de le voir, toujours dans Asia, et avec Wetton. Tous les deux pouvant joués plusieurs instruments, ils pourraient donc s’y relayer et, également, se compléter aux vocaux. Imaginez ce que pourrait donner deux artistes de ce calibre dans ce groupe. Toute la soirée, il a réellement joué le rôle de chef d’orchestre et présentait tant les morceaux que les musiciens, avec, parfois, une petite pointe d’humour d’ailleurs.

La grande révélation de la soirée fut quand même le jeune guitariste Guthrie Govan, découvert avec l’album « Aura ». Sa longue tignasse bouclée et sa barbiche, à la Martin Barre dans les premières années de Jethro Tull, lui donnent un petit cachet « seventies ». Un guitariste époustouflant ! Ses longs doigts minces constamment en gymnastique sur le manche de sa guitare impressionnent. Malgré cela, une netteté et une précision incroyable. Il apporte indiscutablement un côté plus dur ; un parfait mélange entre Steve Howe et Al Pitrelli. Le côté plus Jazzy de Elliott Randall n’existe donc plus vraiment et cela ne choque pas. Lors du petit set acoustique, il prendra un moment la basse lorsque John Payne passera à la guitare. Eh bien, franchement, j’aimerais bien le voir tout un concert à la basse également.

A 59 ans, le batteur Chris Slade a déjà tout vu : Manfred Mann, Frankie Miller Band, Uriah Heep, The Firm, AC/DC, pour ne parler que des principaux. Il a rejoint Asia en 2001 en même temps que Guthrie Govan et confirme ce côté plus Hard, plus percutant et agressif. Complètement rasé, plutôt petit, mais affichant une bonne carrure, il fait quinze ans de moins. La batterie, cela conserve.

Le répertoire joué reprenait quelques très belles pièces du dernier album « Silent Nation », dont les excellents « What about Love » et « Gone too Far », et plusieurs standards du premier album « Asia », dont « Sole survivor » et « Heat of the Moment », qui servit de clôture au concert. Le reste était puisé dans le répertoire de tous les autres albums. Inévitablement, une espèce de fantastique « Best of ».

A noter, une période acoustique d’une bonne vingtaine de minutes, exceptionnelle, avec John Payne et Guthrie Govan, assis à la guitare et à la basse simultanément. Etonnant de voir les gros doigts de Payne et les fins doigts de Govan naviguer sur leurs instruments, Geoff Downes appuyant à l’arrière. Une période plus reposante pour un Chris Slade, ici peu participatif mais souriant. Tout cela donnera une envie de les revoir en acoustique.

En définitive, la seule remarque pour ce concert sera le son, parfois inutilement trop fort.

Setlist du concert :
  • Wildest Dreams
  • Here Comes The Feeling
  • Ghost In The Mirror
  • Time Again
  • Cutting It Fine
  • Geoff Solo (Video Kill The Radio Star)
  • Silent Nation
  • Long Way From Home
  • Sole Survivor
  • Guthrie Solo
  • The Heat Goes On
  • Open Your Eyes
  • Don't Cry
  • Voice Of America
  • Don't Call Me
  • Who Will Stop The Rain
  • Military Man
  • The Longest Night
  • What About Love
  • Only Time Will Tell
  • Go
  • Heat Of The Moment
A la fin du concert, les quatre musiciens, sympathiquement, très souriant, rejoindront le fond de la salle à la vente de leurs CDs, DVD et autres Tea Shirt, … à la signature de dédicaces, à la prise de photos avec des spectateurs, toujours en discutant avec un peu tout le monde. On voit cela rarement chez des gens de cette notoriété.

Ce concert avait débuté vers 20h45 et finira vers 22h30 après un unique rappel. Directement après, les lumières s’allumaient, c’était clairement fini.

Après un petit verre pour clôturer, l’achat d’un album solo de Geoff Downes, « Shadows and Reflections » de 2003, l’échange de quelques paroles avec lui, montrant bien d’ailleurs son caractère enjoué, il était temps de rentrer en pensant déjà aux concerts suivants organisés à Verviers et au Spirit (par exemple, ce Festival de la Guitare prévu pour mars).

Excellente soirée.

JPS1er


N.B. : Les albums de Asia, avec ma cote personnelle :

« Asia » (1982) (****)
« Alpha » (1983) (**)
« Astra » (1985) (*)
« Then & Now » (1990) (**)
« Aqua » (1992) (***)
« Aria » (1994) (***)
« Arena » (1997) (***)
« Aura » (2000) (***)
« Silent Nation » (2004) (***)

« Archiva I » (**) et « Archiva II » (**) reprennent des morceaux ou des versions non publiées précédemment. Du « déchet » de toute grande qualité.

A ces albums en studio, de nombreux albums en Live ont été publiés dont, à mon sens, le meilleur est « Live in Moscow » en 1990 (***) avec Downes/Wetton/Palmer/Thrall.

A noter également, l’album «Anthology » (***), publié en 1997, avec Downes/Payne et tous les membres ayant participés après le départ de Wetton.

Partager sur :



  
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer.



AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium