L'ascension de PORCUPINE TREE à l'Ancienne Belgique, 22 novembre 2007
Date: 24/11/2007 à 00:05
Catégorie: Concerts

En Belgique, Porcupine Tree avait plutôt l'habitude des petites salles comme le Spirit of 66 ou le Biebob. Cette fois ils se retrouvaient à l'AB et, si ce n'était pas complet, la salle était malgré tout bien remplie. Comme quoi la persévérance de ce groupe fondé à la fin des années 80 finit par payer.

C'est en 1987 que naît Porcupine Tree, il y a donc tout juste vingt ans. Son maître d'oeuvre Steven Wilson s'est inspiré des grands du rock progressif. Pink Floyd a été sans nul doute une grande influence. Le premier album est sorti en 1991, depuis le groupe a évolué et s'est affirmé en tant que tel avec une musique plus rude, plus heavy, sans pour autant renier ce fond très prog de leurs compositions. Alors le succès grandissant de Porcupine Tree en ce début de 21e siècle marque-t-il aussi un retour du rock progressif ? Seul l'avenir nous le dira. En tout cas le sujet ne semble plus être tabou puisque des groupes tels Linkin Park ou The Subways s'en réclament alors que le dernier Biffy Clyro en avait un peu dans les veines.

Bref en cette soirée d'automne, Porcupine Tree a donné deux heures d'un concert mémorable. La qualité du son, la précision de leur jeu (le batteur Gavin Harrison se montrant d'une efficacité redoutable depuis son estrade surélevée qui permettait de l'apprécier où que l'on soit), les projections en fond de scène, tout cela démontrait une grande préparation et un soin particulier apporté au show. Il faut dire que Wilson est aussi producteur et ingénieur du son. Il est donc normal qu'il ne laisse rien au hasard. Le light-show était d'ailleurs aussi un des points forts. Aux côtés des quatre musiciens du groupe, il y avait aussi le guitariste John Wesley. Sur leur dernier album "Fear of a Blank Planet", il n'assurait que des backing vocals. En concert Wesley les accompagne aussi à la guitare avec une rare efficacité ce qui permet une grande puissance des six cordes mais aussi une variété. En effet, tant Steven Wilson que John Wesley font des solos mais leur style différent apporte beaucoup au groupe. Les arrangements claviers de Richard Barbieri complètent parfaitement leur musique. Le plus discret était en fait le bassiste Colin Edwin. Il faut aussi dire que dans cette section rythmique Gavin Harrison est si impressionnant que la basse disparaît quelque peu.

Il faut aussi relever la présence scénique de Steven qui en tant que leader assure autant vocalement qu'avec sa guitare, et parfois même un peu de claviers. Le contact avec le public est franc. Steven est à l'aise et nous aussi. Les morceaux du dernier album font fureur que ce soit le long "Anesthetize" ou la paire "Way Out Of Here" et "Sleep Together" qui termine le concert (avant les rappels). Cet album qui se penche sur les problèmes de notre société est parfaitement souligné par des films dont l'issue est parfois dramatique. La tension musicale tissée par les guitares est parfaite pour souligner tout cela.

Le public a bien ressenti qu'il assistait à un des grands concerts de l'année et ne voulait pas laisser partir Porcupine Tree si facilement. Le groupe en a été chaleureusement remercié et nul doute qu'on les reverra encore à Bruxelles après cet accueil.

La première partie du concert était assurée par Anathema. Ils nous proposèrent une prestation valable mais pas transcendante. En fait c'était parfait pour annoncer Porcupine Tree car leur musique se place dans un style relativement proche. Et puis ils avaient juste ce qu'il fallait mais pas trop histoire de ne pas empiéter sur la vedette du jour. Un groupe à revoir sans doute dans les conditions d'un concert rien que pour eux.

Le Rédac'Chef
Les autres photos de
Anathema - Porcupine Tree
Photos © 2007 Ingrid Ballieu


Cet article provient de Music in Belgium
http://www.musicinbelgium.net/pl

L'URL de cet article est:
http://www.musicinbelgium.net/pl/modules.php?name=News&file=article&sid=8256