Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Kim Fowley (1939)
  • Barry Whitham (1946)
  • Cat Stevens (1947)
  • Howie Epstein (1955)
  • Henry Priestman (1958)
  • Jim Martin (1961)
  • Terry Caldwell (1974)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 161 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 032 695
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


FLAT 122 - The Waves
/ paru le 15-12-2005 /

Le Japon apparaît comme une pépinière de talents dans le vaste univers du « Jazz-Rock » et du « Rock Progressif ». Le label Musea, décidément toujours à la pointe, le répercute sur le continent avec une grande régularité. Rien que sur une année, Bandvivil, Lu7, Cinema, et, tout récemment, KBB et Interpose+, ont mérité une attention particulière. Le trio Flat 122, qui publie ici son premier album, confirme ce dynamisme.

Malheureusement, les informations sur ce groupe et ses trois membres sont quasiment nulles.

Le groupe se compose des musiciens ci-dessous :

  • Satoshi Hirata : Guitare
  • Takao Kawasaki : Piano, Synthétiseurs & Sampling Machine
  • Kiyotake Tanabe : Batterie & Percussions
    +
  • Akane Kobinata : Vocaux (1, 5, 10)
Flat 122 mêle agréablement « Jazz-Rock » et « Classique », dans la veine d’Erik Satie surtout et dans l’esprit du « Groupe des Six », complété par une larme de «Progressif ». Il est à noter que Dani, habituellement bassiste de KBB, évolue aux manettes et que les interventions de Akane Kobinata ne sont que brèves et donc symboliques.

Voici les titres (63’28) :
  1. « Movement from Silence op.1 » (Kobinata) (1’26)
  2. « The Waves » (Kawasaki) (15’40)
  3. « Neo Classic Dance » (Kawasaki) (6’04)
  4. « Satie #1 » (Hirata) (3’52)
  5. « Movement from Silence op.2 » (Kobinata) (0’51)
  6. « The Summer » (Hirata) (3’38)
  7. « PANORAMA » (Kawasaki) (3’18)
  8. « Dizziness » (Hirata) (5’45)
  9. « The Winter Song » (Hirata) (7’56)
  10. « Movement from Silence op.3 » (Kobinata) (0’47)
  11. « Spiral » (Kawasaki) (13’48)
Après le bidouillage « Avant-Gardiste » « Movement from Silence », brièvement poursuivi par la suite, « The Waves » alterne et superpose différents genres musicaux, mais sans jamais franchement les fusionner. Cet étonnant melting-pot se fonde autant sur le rythme que le climat, autant sur la guitare que sur les claviers. Les passages au piano donnent l’accent « Classique », ceux à la guitare et aux claviers électriques donnent la couleur « Jazz-Rock ». Le trio évoluant sans bassiste, le rôle du percussionniste devenait encore plus important. En fait, ses interventions sont magistrales et détonantes. Une belle pièce !

« Neo Classic Dance » reste plaisant et conserve un rythme sautillant du début à la fin en affichant un caractère incongru et légèrement désuet, hors des sentiers battus actuels ; comme si Erik Satie rencontrait le guitariste Jan Akkerman et le batteur Carl Palmer ou Pierre van der Linden.

« Satie #1 » n’est pas bien différent, même s’il intègre une première partie au piano qu’aurait pu écrire Erik Satie à l’époque. Le rythme va crescendo par la suite.

Bien que plus marqué par le « Jazz-Rock », « The Summer », « PANORAMA » et « Dizziness » poursuivent dans une voie similaire. Cette dernière plage comprend également un long solo de batterie et la guitare rappelle beaucoup Allan Holdsworth, décidément bien apprécié au Japon.

Sans la moindre percussion, « The Winter Song » évolue langoureusement sur de sublimes parties de piano et de guitares, dans une ambiance aérienne plus typique au catalogue E.C.M. (Pat Metheny, John Abercrombie, Chick Corea, …).

En général, la structure et la construction de « Spiral » rappellent « The Waves ». Longue, évolutive, toujours variée et surprenante, parfois sautillante, parfois lyrique, à l’occasion « Avant-Gardiste » et proche de la « Musique Moderne », souvent « Jazz », doucement « Progressive », elle permet également quelques belles interventions des trois instrumentistes.

En résumé, cette nouvelle formation nipponne s’avère originale et mérite le détour même si son approche musicale très personnelle et déconcertante ne la positionne pas dans un créneau directement évident et porteur.

JPS1er
Pays: JP
Musea FGBG 4608.AR / Poseidon PRF-027
Sortie: 2005/10


Lu: 1673
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 45
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium