Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Spencer Davis (1941)
  • Wolfgang Flur (1947)
  • Ron Asheton (1948)
  • Geezer Butler (1949)
  • Mick Tucker (1949)
  • John Wetton (1949)
  • Chet McCracken (1952)
  • Bruce Crump (1957)
  • †Billie Holiday (1959)
  • Lou Barlow (1966)
  • †John Coltrane (1967)
  • †Chas Chandler (1996)
  • †Gordon Waller (2009)
  • †Johnny Winter (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 142 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 950 133
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


EAST WIND POT - East Wind Pot
/ paru le 04-06-2006 /

Cette formation japonaise menée par la claviériste Yuko Tsuchiya s’est constituée en 1997. Ses quatre membres ont tous été actifs dans d’autres formations, dont Theta et Makoto Kitayama with Shingetsu Project. Les voici :

  • Yuko Tsuchiya : Claviers & Compositions
  • Daisuke Yamasaki : Saxophones, Flûtes & Clarinette
  • Yoshiyuki Sakurai : Basse
  • Eiichi Tsuchiya : Batterie
Leur musique, totalement instrumentale, évolue dans un « Jazz-Rock » teinté de « Progressif », frais et limpide, bien mis en place, principalement axé sur les échanges entre claviers et instruments à vent, rejoints à l’occasion par la basse. La rythmique est solide avec un batteur puissant et débordant, s’appuyant beaucoup sur les cymbales. L’ensemble évoque Chick Corea, Gong, le Pierre Moerlen’s Gong, Brian Auger, Brand X.

Ces enregistrements ont été réalisés entre 2002 et 2004. En voici les titres (48’42) :
  1. « Dr. Bloodmoney » (7’00)
  2. « An Argument with Ilya Kuryakin Whom I loved in my Childhood » (12’06)
  3. « Minotaurus » (6’48)
  4. « Blue Monday » (5’04)
  5. « L’Aiguille Creuse » (9’08)
  6. « April Dancer » (8’34)
Toutes ces pièces apparaissent d’une égale qualité et s’écoutent avec plaisir, sans la moindre lassitude. Elles se fondent sur la dynamique créée par la succession des interventions des instrumentistes en vedette.

« Dr. Bloodmoney » navigue dans l’univers « Jazz-Rock » plus proche de Brian Auger. Les duels successifs entre Yuko Tsuchiya à l’orgue et Daisuke Yamasaki sont impressionnants. La basse les enrichit en douceur. Seul le déchaînement du batteur sur ses cymbales paraît parfois excessif.

La première partie de la longue pièce « An Argument with Ilya Kuryakin Whom I loved in my Childhood » n’aurait pas choqué dans le répertoire de Chick Corea et de son premier album « Return to Forever ». La confrontation piano/basse y est admirable et majestueuse, jusqu’à ce que l’apparition des deux autres instrumentistes provoque une accélération. Les claviers utilisent alors toute une gamme de nouvelles sonorités, dont celles des xylophones et des vibraphones, qui rappellent beaucoup les frères Moerlen. L’alternance des claviers et des instruments à vent devient alors palpitante. Toujours bien marquée, la basse se déplace en souplesse. La batterie, quant à elle, s’échappe dans tous les sens, toujours avec beaucoup de cymbales, mais sans surcharge gênante. Excellent !

Bien construit, « Minotaurus » comprend quelques solos déjantés du saxophoniste, dans l’ombre de Didier Malherbe (Gong) et de Elton Dean (Soft Machine). Le batteur n’a aucun effort à faire pour rester dans ce registre voltigeant. Claviers et basses sont tout aussi remarquables, mais plus sages.

Belles compositions également, « Blue Monday » et « L’Aiguille Creuse » consacrent la dynamique positive montée entre les claviers et les instruments à vent, à l’occasion débordants. Elles voient également une forte participation de la basse, dans la riche tradition de Jack Bruce. La rythmique répétitive de la seconde pièce permet toutes les constructions en solo.

« April Dancer » respire à plein nez l’air du Gong de « Shamal ». Le bassiste Mike Howlett, le saxophoniste Didier Malherbe, ainsi que le compositeur, batteur et vibraphoniste Pierre Moerlen en sont les pères nourriciers et en fournissent une multitude d’ingrédients. Il n’empêche, le résultat ne saurait leur faire honte.

En définitive, on savoure ici un excellent produit, à nouveau issu de cette immense pépinière japonaise. Si les influences extérieures restent constamment très marquées, elles n'en dénaturent jamais le résultat final.

JPS1er
Pays: JP
Musea FGBG 4636.AR / Poseidon PRF-032
Sortie: 2006/04


Lu: 1662
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 47
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium