Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Channel Zero au Zik-Zak
7 derniers jours:
News en vrac : volume 365
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 14-12-2017
› TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
› Trudy LINN featuring Steve KRASE and The ÖZDEMIRS (Hasselt)
› BERAADGESLAGEN + COMPRO ORO + SCHNTZL (Bruxelles)
› ISOLDE (Sint-Niklaas)
› TJENS MATIC + PJDS (Kortrijk)
› FIVE FINGER DEATH PUNCH + IN FLAMES + OF MICE and MEN (Merksem)
› CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Liège)
› DAAU (Hasselt)
› SON LITTLE (Bruxelles)
› NAZARETH (Verviers)
› The PROSPECTS (Borgerhout)

Les 7 prochains jours:
15-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
15-12 Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
15-12 Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
15-12 IDYL (Bruxelles)
15-12 DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
15-12 LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
15-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 TJENS MATIC + PJDS (Leuven)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 TRICKY (Leuven)
20-12 TRICKY (Liège)
20-12 OATHBREAKER + UNIVERSE + NEWMOON (Bruxelles)
20-12 KAPITAN KORSAKOV + BRUTUS + COCAINE PISS (Gent)
20-12 Marie FIKRY ORIENTAL JAZZ PROJECT (Liège)
21-12 The VAN JETS + EQUAL IDIOTS (Bruxelles)
21-12 Scott GILMORE + Cate KENNAN (Bruxelles)
21-12 AKA MOON + De BEREN GIEREN (Sint-Niklaas)
21-12 The IMAGINARY SUITCASE (Bruxelles)
21-12 DIO RETURNS (Borgerhout)
21-12 TRIGGERFINGER (Charleroi)

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • Charlie Rich (1932)
  • Frank Allen (1943)
  • Jackie Mcauley (1946)
  • Joyce Vincent Wilson (1946)
  • Cliff Williams (1949)
  • Mike Scott (1958)
  • Peter Stacy (1958)
  • †Dinah Washington (1963)
  • †Ahmet Ertegun (2006)
  • †Chris Feinstein (2009)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 185 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 341 248
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DIRTY PRETTY THINGS - Waterloo To Anywhere
/ paru le 14-06-2006 /

Après leurs frasques et leurs démêlés, la séparation entre Pete Doherty et Carl Barât était inévitable. Le premier, avec Babyshambles, a emporté avec lui le côté mélodique et un peu mélancolique des Libertines tandis que Barât, qui semble s’être amendé, a privilégié l’énergie et les guitares « sales ». Mais la comparaison de leur style musical est anecdotique : leurs groupes respectifs sont très différents et ne couvrent pas le même scope. Qu’on le veuille ou non, les Libertines, c’est le passé.

A l’origine, Dirty Pretty Things (2002) est le titre d’un film de Stephen Frears. Il nous parle de la précarité et de l’immigration clandestine. Dirty Pretty Things, le groupe, comprend Carl Barât, chant, guitare, Anthony Rossomando (Damn Personals), guitare, chœurs, Didz Hammond (Cooper Temple Clause), basse, chœurs, et Gary Powell (The Libertines), batterie. Anthony Rossomando a remplacé Pete Doherty lors de la dernière tournée européenne des Libertines avant dissolution. La production de cet album, excellente, a été confiée à Dave Sardy et Tony Doogan.

La musique à la fois très classe et très énergique des Dirty Pretty Things est marquée par l’influence de Ray Davies. Leur façon de brosser sans concession le portrait de la société urbaine anglaise rappelle le leader des Kinks. On y trouve aussi un zeste de l’attitude punk de Paul Weller à ses débuts, quand il était le leader de The Jam, lui aussi très critique envers l’establishment, et un fifrelin du style mordant du Clash, qui cherchait des solutions à la situation politique en Angleterre, avant sa récupération par une « major », contrairement aux Sex Pistols, un groupe très surfait, volontairement provocant et créé de toute pièce par le manager Malcolm McLaren, qui voulait se faire un maximum de fric en un minimum de temps. Ces derniers se contentaient d’identifier les problèmes sans proposer de solutions.

Comme on a pu le voir récemment lors de l’émission « Later … with Jools Holland » à la BBC2, où ils ont interprété « Bang Bang You’re Dead », « Deadwood » et « The Gentry Cove », trois des titres les plus percutants de l’album, tout ce petit monde met le feu là où il passe.

Sur « Doctors And Dealers », Carl Barât règle ses comptes avec l’inénarrable Pete Doherty. De plus, il brosse un tableau très critique et peu flatteur d’une jeunesse sans idéal (sur « Gin & Milk », on relève notamment : « Give me something to die for ») et de son exploitation à son profit par des gens dépourvus de scrupules (sur « Blood Thirsty Bastards », il dit aussi : « Blood thirsty bastards making plans for no one but their own »). A en juger par ce qui se passe en Angleterre et sur le plan international, cette situation n’est pas prête de changer. Il y a encore « The Enemy », avec « Just try to live respectfully / The enemy as I know it is right inside my head ». Le choc des cultures, bien réel, occupe toutes les énergies (voir les paroles de « The Gentry Cove » sur le thème de la guerre) et la crétinisation des masses par les media est entamée depuis longtemps, et pas seulement en Angleterre.

Mais après cette petite digression, respirons un peu d’air frais et revenons à la musique. Avec ce premier album des Dirty Pretty Things, que l’on pourrait par certains côtés assimiler à un brûlot politique si la fin était moins optimiste et s’il n’y avait un message d’espoir contenu dans deux ou trois chansons d’amour, on peut être rassuré : le rock britannique, contrairement à son premier ministre Tony Blair, se porte bien et a encore de beaux jours devant lui. A recommander.

Rappel des titres:

  1. « Deadwood »
  2. « Doctors And Dealers »
  3. « Bang Bang You’re Dead »
  4. « Blood Thirsty Bastards »
  5. « The Gentry Cove »
  6. « Gin & Milk »
  7. « The Enemy »
  8. « If You Love A Woman »
  9. « You Fucking Love It »
  10. « Wondering »
  11. « Last Of The Small Town Playboys »

MM
Pays: GB
Mercury Records / Vertigo / Universal 9878858
Sortie: 2006/05/08


Lu: 2421
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 4
• Semaines de présence au Top 30: 11
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

kevin
le 20/06/2006 | mon évaluation:
Même si il n'égale pas un album des Libertines, j'y retrouve enfin ce qui m'avait plu chez eux, alors que l'album de Babyshambles m'avait profondément fait chier (mis à part les 2 ou 3 singles)...

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium