Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Mails en vrac
7 derniers jours:
Lacuna Coil au Moonlight Music Hall
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 161 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 471 277
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DJAMRA - Kamihitoe
/ paru le 03-08-2006 /

La formation de Djamra par le bassiste Masaharu Nakakita remonte à 1994, à Osaka (Japon). « Kamihitoe » est leur troisième album publié, après « Transplantation » (voir chronique) et « Live at Fandango » en 2003.

Le groupe se compose des musiciens repris ci-dessous :

  • Masaharu Nakakita : Basse
  • Shinji Kitamura : Saxophone
  • Akihiro Enomoto : Batterie
  • Takehiko Fukuda : Claviers
  • Akira Ishikawa : Guitare
    +
  • Masaaki Minami : Trompette (3, 4, 8, 9)
Voici les titres, sans le nom des compositeurs précisé (64’36) :
  1. « Kamihitoe » (6’40)
  2. « New Bound » (5’43)
  3. « The Cave » (7’40)
  4. « Ogiruyasu » (3’55)
  5. « Alha-ha » (4’32)
  6. « 94K2 » (8’30)
  7. « Dying Sleepy » (5’41)
  8. « Ajinen » (6’03)
  9. « Dictator » (6’35)
  10. « Ahanoko » (9’14)
A l’écoute, il faut bien avouer que Djamra ratisse fort large. Si le socle de base reste indiscutablement le « Jazz », sa musique file dans toutes les directions, sans mesure ni retenue. C’est toujours aventureux et avant-gardiste, souvent déchaîné et absurde.

La basse et la batterie apparaissent comme les seuls garde-fous dans ce qui s’apparente trop souvent à un gros foutoir. Le saxophone domine les débats et disjoncte à volonté, bien aidé par la trompette sur quelques morceaux. La guitare et les claviers empruntent la même voie, à l’occasion. Il reste que tous maîtrisent leur instrument à la perfection.

Tout cela paraît produit simultanément sous acide et gaz hilarant. Le groupe ne saurait nier l’absorption de différentes parts de l’univers de Frank Zappa, de Daevid Allen et Gong, du Soft Machine des débuts et de la mouvance de « Canterbury », de King Crimson, de The Golden Palominos, de Satie et du bal musette.

La difficulté pour l’auditeur réside dans le peu de continuité de ces titres, qui pourraient tout aussi bien être subdivisés en cinquante ou soixante au lieu des dix annoncés. Leur description a vite relevé de l’impossible. En fait, il s’agit plutôt d’une succession de piécettes distinctes dont seul Triphon Tournesol pourrait peut-être essayer d’en expliquer le fil conducteur. Certaines se révèlent franchement excitantes, d’autres carrément éprouvantes et casse-pieds. En tout cas, la mécanique de l’ensemble s’en retrouve constamment brisée.

En définitive, un groupe qui a poussé le bouchon un peu loin. Qui trop embrasse, mal étreint !

JPS1er
Pays: JP
Musea FGBG 4654 AR / Poseidon PRF-035
Sortie: 2006/06


Lu: 1836
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 143
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium