Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Johnny Preston (1930)
  • Carl Wayne (1944)
  • Sarah Dash (1945)
  • Nigel Griggs (1949)
  • Dennis Elliott (1950)
  • Marvin Isley (1953)
  • Ron Strykert (1957)
  • Tracy Tracy (1967)
  • Erik Schrody (1969)
  • Richard James (1971)
  • †Scott McKenzie (2012)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6756 membres.
- En ligne, nous sommes 182 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
102 867 387
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


PRYMARY - The Tragedy of Innocence
/ paru le 24-09-2006 /

Originaire du sud de la Californie et fondé en 2000, Prymary a sorti un premier album éponyme en 2003. Il était auto-produit et auto-financé. La tâche fut donc rude mais cela a permis de faire connaître le groupe. C'est ainsi qu'ils ont pu assurer les premières parties de Fates Warning, King's X, Spock's Beard et Enchant.

Prymary, ce sont cinq musiciens amateurs de métal progressif. On y trouve Mike Di Sarro au chant, Sean Entrikin aux guitares, James Sherwood à la basse, Smiley Sean aux claviers et Chris Quirarte à la batterie. Tous assurent des backing vocals. Et puis il y a les voix de Cynthia Ezakovich et Valerie Quirarte qui viennent compléter le tableau.

L'album est bâti sur un concept basé sur une histoire vraie. Nous pénétrons dans le monde très sombre d'une jeune fille abusée ce qui la conduit vers une vie chaotique et confuse. C'est l'espoir qui lui maintient la tête hors de l'eau et lui permet de ne pas sombrer. En fait, c'est l'histoire de l'épouse du batteur. C'est aussi un message d'espoir qui montre qu'il y a une lumière au bout du tunnel.

Sur des rythmes souvent complexes, le rock progressif de Prymary se montre malgré tout mélodique avec des guitares agressives et prenantes. Le travail vocal est également important et bienvenu face au concept. Outre le chanteur qui fournit déjà un travail bien varié, des voix diverses viennent compléter le tableau de manière narrative liant les différents passages de la vie de la jeune fille et de son agresseur.

Un des titres les plus poignants de cet opus est "What Little Girls Are For". Près de dix minutes pour nous faire ressentir une émotion intense avec un chant diversifié et mélodique et une ambiance musicale empreinte d'une grande mélancolie. C'est un point culminant dont les paroles ont été écrites par Valerie Quirarte elle-même.

Cet album de Prymary s'écoute comme un ensemble. La sauce ne prendra peut-être pas de suite mais si vous persistez vous serez récompensé car l'album vaut la peine et dégage un fort potentiel émotionnel. Leur musique est somme toute assez proche de Fates Warning avec un peu de Pain Of Salvation et un zeste de Dream Theater par moments.

JPL
Pays: US
ProgRock Records PRR350
Sortie: 2006/08


Lu: 4024
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 28
• Semaines de présence au Top 30: 1
Auditorium
Prymary
The Tragedy of Innocence
In My Shell (audio)--high
Soul Deceiver (audio)--high
What Little Girls Are For (audio)--high
Choices (audio)--high
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium