Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 13-12-2017
› K's CHOICE + HELSINKI (Bruxelles)
› CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Leuven)
› TINARIWEN (Sint-Niklaas)
› DUO A L'ENCRE + CHASING PENGUINS + Frederic LEROUX (Bruxelles)
› BRNS + WHITE WINE (Liège)
› The PICTUREBOOKS + The LORANES (Borgerhout)
› Constanza GUZMAN (Liège)
› SLOVENIANS + The BLACK BELTS + WAGONMAN (Bruxelles)

Les 7 prochains jours:
14-12 FIVE FINGER DEATH PUNCH + IN FLAMES + OF MICE and MEN (Merksem)
14-12 TJENS MATIC + PJDS (Kortrijk)
14-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Liège)
14-12 DAAU (Hasselt)
14-12 SON LITTLE (Bruxelles)
14-12 ISOLDE (Sint-Niklaas)
14-12 BERAADGESLAGEN + COMPRO ORO + SCHNTZL (Bruxelles)
14-12 Trudy LINN featuring Steve KRASE and The ÖZDEMIRS (Hasselt)
14-12 The PROSPECTS (Borgerhout)
14-12 NAZARETH (Verviers)
14-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
15-12 DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
15-12 Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
15-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
15-12 IDYL (Bruxelles)
15-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 TJENS MATIC + PJDS (Leuven)
15-12 LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 TRICKY (Leuven)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
20-12 TRICKY (Liège)
20-12 KAPITAN KORSAKOV + BRUTUS + COCAINE PISS (Gent)
20-12 Marie FIKRY ORIENTAL JAZZ PROJECT (Liège)
20-12 OATHBREAKER + UNIVERSE + NEWMOON (Bruxelles)

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • Tony Gomez (1940)
  • Ted Nugent (1948)
  • Jeff Baxter (1948)
  • David O'List (1948)
  • Tom Verlaine (1949)
  • Randy Owen (1949)
  • Tom Hamilton (1951)
  • Berton Averre (1952)
  • †Zaln Yanovsky (2002)
  • †Woolly Wolstenholme (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 188 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 318 136
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


EARLE, Steve - Just an American Boy
/ paru le 10-10-2003 /

Nouvel album live pour Steve Earle : Just an American Boy/The Audio Documentary »
(qui sera bientôt suivi par le film documentaire musical du même nom).

Les avis à propos du Hardcore Troubadour sont toujours tranchés. En général on adore ou on déteste. Personnellement, je fais partie de la première catégorie et je considère le Texan comme l’égal d’un Dylan ou d’un Neil Young. Son parcours, ses prises de position, les risques qu’il prend à contre-courant de l’idéologie dominante au pays des Yankees et la synthèse admirable des musiques rurales qu’il réalise me permettent de lui vouer une admiration sans bornes. Ce sudiste bon teint a même réussi à préserver un souffle celtique dans certaines de ses chansons, c’est dire s’il va (ou s’il vient de) loin...
Bien qu’admirateur passionné des armes à feu (uniquement pour la chasse dit-il), Steve Earle est incontestablement, dans le microcosme culturel US, une des dernières voix de résistance (avec Sean Penn, il faut le dire) de l’Amérique embourbée dans contradictions et ses excès. Opposé à la peine de mort, militant pour les droits civiques, dénonciateur infatigable des magouilles et autres crimes d’état, il aspire à la paix au moyen orient et stigmatise admirablement l’hypocrisie américaine dans son comportement sélectif vis-à-vis des extrémismes religieux. Son dernier album studio « Jerusalem » (Artemis/5094802) est un véritable brûlot en la matière.
Ceux qui ont eu la chance de le voir à l’Ancienne Belgique en avril 2003 (lire les commentaires lumineux de YANN à ce sujet dans les archives du MIB) ont vécu un très grand moment que ce dernier CD Live va inévitablement raviver dans toute sa splendeur.
La set list, de l’album, reprend largement les titres de l’AB. Un petit regret toutefois, l’absence de « My old friend the blues ». Caractéristique intéressante : les interventions parlées de Steve Earle (souvent très polémiques) ont été reproduites telles quelles. Son message est simple : « la guerre est une connerie et les peuples n’en ont rien à foutre, c’est une affaire de politiciens fous, il faut leur résister ». Il semble que l’album contienne des passages sélectionnés dans plusieurs concerts américains et remixés légèrement tout en conservant un son brut et dépouillé pas déplaisant qui correspond bien au bonhomme et à sa philosophie du live.
On trouvera les chansons engagées et musclées comme « Amerika v. 6.0 », « Ashes to ashes », « Conspiracy theory » (avec Garrison Starr au chant) , « Harlan man », « What’s so funny about peace.. de Nick Lowe», les plus subtiles mais tout aussi frappantes « Christmas in Washington » reprise par Joan Baez sur son dernier opus, la terrible « John Walker’s blues » donnée ici après une intro verbale géante et avec un son percutant et, enfin la pacifiste « Jerusalem ». Les références à la musique américaine abondent dans le trio d’entame de la seconde face : « South Nashville blues », « Rex’s blues » (de T. Van Zandt ), « Ft Worth blues » mais surtout dans les sublimes « Copperhead road », « Hometown blues » et « The Mountain » du premier Cd. Je note aussi « I remember you » avec Garrison Starr aussi convaincante qu’Emmylou Harris sur l’album studio, ce qui n’est pas peu dire...
J’ai laissé pour la fin les merveilleuses « Guitar town » (hymne emblématique du gaillard), « Over Yonder (Jonathan’s song) » belle à pleurer parce que sa voix y atteint des sommets de vibration et « Billy Austin » (contre la peine de mort) mais je ne pouvais faire autre chose que de mettre tout en haut de la colline, en lettres d’or, l’incroyable « Unrepentant » qui résume totalement Steve Earle. Un son énorme, des assonances « univerceltes » et ce thème récurrent de la résistance à tout prix. C’est une merveille, on peut acheter l’album rien que pour ce titre !
Petit cadeau ultime : « Time you waste » composée et chantée hors concert, avec une ressemblance vocale sidérante, par Justin Earle (le fils aîné de Steve) boucle la boucle en quelque sorte puisque c’est une adresse éloquente et magnifique au père qu’il accompagne désormais sur les routes.
GRAND ALBUM !

NB : la dédicace finale sur la jaquette est énorme. Pour expliquer que les apparences sont souvent trompeuses et avec un humour réellement destructeur, Steve Earle a cette sentence fabuleuse : « French fries aren’t French, They’re Belgian » !

DD



“My name is Billy Austin I'm Twenty-Nine years old I was born in Oklahoma Quarter Cherokee I'm told Don't remember Oklahoma Been so long since I left home Seems like I've always been in prison Like I've always been alone Didn't mean to hurt nobody Never thought I'd cross that line I held up a filling station Like I'd done a hundred times The kid done like I told him He lay face down on the floor guess I'll never know what made me Turn and walk back through that door The shot rang out like thunder My ears rang like a bell No one came runnin' So I called the cops myself Took their time to get there And I guess I could'a run I knew I should be feeling something But I never shed tear one I didn't even make the papers 'Cause I only killed one man but my trial was over quickly And then the long hard wait began Court appointed lawyer Couldn't look me in the eye He just stood up and closed his briefcase When they sentenced me to die Now my waitin's over As the final hour drags by I ain't about to tell you That I don't deserve to die But there's twenty-seven men here Mostly black, brown and poor Most of em are guilty Who are you to say for sure ? So when the preacher comes to get me And they shave off all my hair Could you take that long walk with me Knowing hell is waitin' there Could you pull that switch yourself sir With a sure and steady hand Could you still tell youself That you're better than I am My name is Billy Austin I'm twenty-nine years old I was born in Oklahoma Quarter Cherokee I'm told"

Didier Dirix
Pays: US
ARTEMIS/RYCODISC
Sortie: 2003/09/22


Lu: 2390
Partager sur :
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium