Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 382
7 derniers jours:
News en vrac : volume 380
30 derniers jours:
News en vrac : volume 371

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • David Ruffin (1941)
  • David Greenslade (1943)
  • Mark Collie (1956)
  • Tom Bailey (1957)
  • Jeremy Healey (1962)
  • Dan Spitz (1963)
  • Jonathan Davis (1971)
  • Crispian Mills (1973)
  • †Kate McGarrigle (2009)
  • †Dallas Taylor (2015)
  • †Glenn Frey (2016)
  • †Mike Killie (2017)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6820 membres.
- En ligne, nous sommes 192 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 661 778
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ELBOW - Cast Of Thousands
/ paru le 05-11-2003 /

Line-up : Guy Garvey (chant, guitare), Mark Potter (guitare), Peter Turner (basse), Craig Potter (claviers) et Richard Jupp (batterie).

Elbow a déjà produit « Asleep In The Back ». Pour un groupe, le deuxième album est parfois une pierre d’achoppement mais celui-ci représente sans conteste un pas en avant. C’est un album expérimental qui produit ses effets en douceur et demande plusieurs écoutes pour en retirer la quintessence ; les effets sont lents et souvent envoûtants et il doit se mériter, tant au niveau des textes que de la musique.

Tout en profondeur, en richesse mélodique et en variété, il vous promène de manière presque spasmodique à travers toutes les plages émotionnelles, de la mélancolie profonde à la joie simple d’aimer et d’être aimé. Ensuite, il vous imprègne pour longtemps et ne vous lâche plus, rendant insipides la plupart des autres productions. Ce CD fait partie des meilleurs de l’année avec « Hail To The Thief » de Radiohead, dont il emprunte la voie difficile.

Pour entamer le set, « Ribcage » se décline sur un son très personnel, même si l’atmosphère rend l’influence de Joy Division perceptible. Chaque note est bien en place et chaque son semble couler de source, tandis que Richard Jupp martèle le rythme tout en nuances. Le London Community Gospel Choir enrichit le son de manière péremptoire. Les paroles sont tout aussi poétiques et dignes d’intérêt. Un exemple parmi d’autres : « Pull my ribs apart, and let the sun inside »

« Fallen Angel » sonne très Brian Eno, évoque un climat beaucoup plus tourné vers la joie et les émotions positives et est soutenu de manière insistante par un beat hypnotique et fascinant.

« Fugitive Motel » évoque sans conteste Peter Gabriel. Ben Hillier, également producteur du dernier Blur, a trouvé que la voix de Guy Garvey était plus spéciale avec un micro plat collé au larynx. Vous pouvez juger du résultat ! L’apport des violons et du violoncelle et les brillantes harmonies vocales en font un des meilleurs titres du CD. Les paroles tristes, qui décrivent la vie en tournée loin de l’être aimé, sont appuyées par la mélodie à dominante éminemment nostalgique. Les quarante dernières secondes sont très surprenantes et en rupture totale avec le reste du morceau !

Mais le CD prend une autre dimension avec « Snooks (Progress Report) ». Quatre minutes de génie total ! L’atmosphère évoque les mélodies indiennes hypnotiques et oniriques, soulignées par le rythme tribal de la batterie et les rafales discordantes de la guitare. Les breaks, le premier après 1 minute 13 secondes, le deuxième après 2 minutes 49 secondes, transcendent le morceau et sont saisissants à plus d’un titre : on entre sans résistance dans un autre univers. Quelle merveille de créativité ! Et toujours ce tempo lancinant ponctué par l’excellente section rythmique.

« Switching Off » évoque tout en douceur le grand Peter Gabriel, que l’on croirait entendre tout au long du morceau mais les ambiances feutrées à la Mark Hollis ne sont pas loin non plus ! Un brouillard de mélancolie envahit l’ensemble et se cristallise sur des paroles remarquables, comme par exemple : « You, the only sense this world has ever made »

« Not A Job » n’a rien de conventionnel malgré les apparences et la mélodie, délicate et sensible, est irrésistible et se laisse appréhender sans heurt. L’orgue est mis en valeur au milieu des riffs étouffés de la guitare et du jeu subtil de la basse. Par son style jazzy très marqué, avec la voix caractéristique de Garvey, la contrebasse et le tempo brossé des percussions, « I’ve Got Your Number » semble se dérouler dans une atmosphère d’arrière-salle enfumée et est encore nettement plus d’avant-garde que les titres précédents. Sur le plan de l’atmosphère, on passe sans transition du désespoir à la tendresse. Les parties vocales très soignées conjuguées aux effets spéciaux sont réellement surprenants.

Sur « Buttons And Zips », les percussions et le beat paresseux accompagnent l’aspect morose de la mélodie et des paroles et procurent une force de persuasion rare. « Crawling With Idiot » se déroule sur un tempo très lent, appuyé par la batterie subtile de Jupp. Les violons et le violoncelle, conjugués à la voix de Garvey, confèrent à ce titre une atmosphère où règne une mélancolie à la limite du désespoir.

« Grace Under Pressure » est aussi une pièce maîtresse grâce à l’ajout du public du festival de Glastonbury en 2002. Le tempo rapide apporte du nerf et le London Community Gospel Choir, puis les voix de Jimi Goodwin (Doves), Alfie et la famille Garvey presque au complet, au milieu des beats très lourds et des percussions hypnotiques, génèrent un tonus bienvenu pour marquer le changement de cap et il y a de nouvelles trouvailles techniques pour couronner l’ensemble. Pas grand chose à dire par contre de « Flying Dream 143 » qui termine ce CD sur une ambiance de fête foraine.

En résumé, c’est un très bon album, un des meilleurs de l’année. Il pourrait faire de Elbow un des groupes majeurs sur la rock scene britannique. Sa créativité, ses trouvailles techniques, la qualité de ses musiciens et surtout de son chanteur / compositeur, ses arrangements rigoureux et très soignés sont les ingrédients qui vont les faire reconnaître et apprécier par leurs pairs.

MM
Pays: GB
V2
Sortie: 2003/08/18


Lu: 2235
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium