Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • William "Count" Basie (1904)
  • Kenny Rogers (1937)
  • James Burton (1939)
  • Harold Reid (1939)
  • Tom Coster (1941)
  • Jackie DeShannon (1944)
  • Carl Giammarese (1947)
  • Joe Strummer (1952)
  • Glenn Hughes (1952)
  • Nick Kane (1954)
  • Steve Smith (1954)
  • Budgie (1957)
  • Liam Howlett (1971)
  • †Robert Moog (2005)
  • †Dean Turner (2009)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 162 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 687 841
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DEPRESSED MODE - Ghosts Of Devotion
/ paru le 19-08-2007 /

Originaire de Finlande, Depressed Mode (à ne pas confondre avec Depeche Mode) nous plonge en pleine dépression doom metal. Formé en 2005, le groupe nous propose avec ce "Ghosts Of Devotion" leur tout premier album.

Au programme, voix caverneuse provenant d'outre-tombe ou de l'enfer, à vous de choisir. Ils sont deux à chanter. Il y a Ossy Salonen qui s'occupe aussi des synthés et Natalie Koskinen qui apporte une touche féminine. Enfin, il y a le guitariste et bassiste Tomppa Turpeinen. Depressed Mode, c'est eux trois.

Et pour éviter de se perdre dans ce triangle dépressionnaire, nos trois lascars se sont adjoints des musiciens de studio dont le batteur Marko Tommila, le bassiste Jani Lamminpää, le violoncelliste Jori Haukio (qui s'est aussi occupé du mixage et de la production) et la choriste Marissa Marjamäki.

La musique du groupe est profonde, joue sur l'intrigue et la répétitivité. De là à faire un rapprochement avec Depeche Mode... Leur son est malgré tout bien lourd et bien métal, donc bien différent de DM. Le chant meuglant de Ossy n'invite pas vraiment l'auditeur à prendre son pied mais la voix féminine de Natalie y apporte un peu de fraîcheur, bien trop rarement et trop en retrait cependant. Le résultat est que si la voix d'Ossy convient bien à l'ensemble, son côté diable ténébreux juste sorti de l'enfer fini par lasser. Heureusement la musique est plus attirante. L'ennui est qu'elle est poursuivie par ce diable. Le côté heavy façon Sabbath de l'ensemble tend l'atmosphère et nous plonge en plein mystère et l'on regrette alors qu'il n'y ait pas un véritable chanteur dans l'affaire.

Parmi les moments forts, il y a ce "Suffer In Darkness" qui est un véritable bijou. Tiens, mais là c'est justement Natalie qui prend le dessus. Peut-être devrait-elle le faire plus souvent ? Ossy pourrait alors se consacrer pleinement à ses synthés comme il le fait si bien sur "Fallen Angel". Et puis même, il montre aussi qu'il sait user correctement de sa voix sur "The Sun Is Dead". Comme quoi, un petit remède et tout ira mieux. Une pilule pour lui dégager les cordes vocales peut-être ? N'empêche qu'on peut bien critiquer cette voix mais elle se montre absolument fabuleuse sur le dernier morceau "Cold". Comme quoi faut pas juger trop vite non plus.

Bien sûr il s'agit de doom metal me direz-vous. D'accord, mais cela ne peut empêcher un peu plus de variétés vocales qui ainsi nous éviterait la lassitude. Leurs ambiances dépressionnaires très bien fichues valent bien cela.

JPL
Pays: FI
Firebox Fdoom016
Sortie: 2007/09/17


Lu: 1716
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 91
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

fabu
le 01/09/2007
excellent ,un album oppressant, lugubre
depressed mode pratique un "funeral doom"( le titre ghosts of devotion rappelle étrangement le titre " black sabbath de qui vous savez) très inspiré ou la voix féminine aére les compos d'une manière différente de tout ces groupes à chanteuse qui sévissent actuellement. les claviers omniprésent donne à l'ensemble une cohésion symphonique digne d'un film d'horreur.on peut toujours améliorer des petites choses mais franchement pour un premier album c'est réussi

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium