Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Spencer Davis (1941)
  • Wolfgang Flur (1947)
  • Ron Asheton (1948)
  • Geezer Butler (1949)
  • Mick Tucker (1949)
  • John Wetton (1949)
  • Chet McCracken (1952)
  • Bruce Crump (1957)
  • †Billie Holiday (1959)
  • Lou Barlow (1966)
  • †John Coltrane (1967)
  • †Chas Chandler (1996)
  • †Gordon Waller (2009)
  • †Johnny Winter (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 153 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 961 150
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


EQUILIBRIO VITAL - Tributo a Marcos Chacón
/ paru le 07-12-2003 /

Ce cd est la réédition d’un album de 1983. A l’époque, Equilibrio Vital, combo vénézuélien, était composé de Marcos Chacón, lead guitar, vocals, (décédé en 2001), Guillermo González, bass guitar, flute, vocals, Carlos Serga, rhythmic guitar, backing vocals, Laureano Rangel, drums, Arnoldo Serga, bass guitar, percussion, et Elena Prieto, vocals, backing vocals. Ils jouent un hard progressive rock principalement axé sur la guitare. C’est un concept album ambitieux, basé sur la recherche de la vérité. Rien que ça !

« Guerra » donne d’emblée le ton : le rock progressif d’Equilibrio Vital a des accents hard prononcés. Ce mélange étonnant et détonant de musique rock à la sauce vénézuélienne, teintée au début et à la fin d’une musique inspirée de Pink Floyd, donne un piment supplémentaire, surtout quand le côté hard émerge après quatre minutes d’observation. La guitare de Chacón réalise de véritables prouesses techniques, mais les autres instruments donnent parfaitement le change et la fin plus douce démontre la capacité des musiciens à varier leur jeu. Message : on cherche l’absolu dans le ciel et on n’y découvre que des avions de guerre. Pas rose !

« El Emigrante », dont le thème est la recherche de la liberté, a une double base vocale avec Elena Prieto et Marcos Chacón, sur un tempo hard rock. Cela n’exclut pas que l’on se trouve en face d’une très belle ligne mélodique magnifiquement dirigée par la guitare, aux arrangements complexes, et que la langue espagnole apporte une chaleur peu courante dans le hard. Excellent titre !

Excellente ligne mélodique aussi pour « Aliento Y Esperanza », beaucoup plus doux au début, avec une guitare toujours là, nerveuse, prête à démarrer au quart de tour. La flûte, très bien jouée par Guillermo González, donne un accent bucolique bienvenu et la voix convient bien à ce morceau. Mais ça s’emballe à mi-chemin et ça ressemble à Jethro Tull dans sa période « Stand Up », en moins mélodieux. Ian Anderson avait l’art de dégotter des mélodies irrésistibles et ce n’est pas donné à tout le monde. Néanmoins, c’est un bon titre. Thème : l’homme préfère détruire et se détruire que regarder et écouter la nature, symbolisée par l’emploi de la flûte, qui lui donne des solutions bien plus séduisantes. Mais l’homme est stupide et têtu …

« A Mi Padre » est nettement plus grandiloquent, tonitruant et la partie vocale manque un peu de nuance. Je ne veux pas te voir pleurer quand je m’en vais : je cherche ma voie et je dois partir. Tel est le message véhiculé par ce morceau. Pas besoin d’être expert de la langue espagnole pour comprendre à qui ça s’adresse. « Armonias Con El Infinito » permet d’admirer le savoir-faire de la section rythmique littéralement déchaînée pendant toute la durée de cette plage. « Madre » est beaucoup plus doux et on devine toute la tendresse qui s’en dégage et le regard maternel fatigué et lourd en raison des expériences de la vie.

« Momentos » renoue avec le côté hard mais l’aspect latin du groupe en atténue les effets et c’est très perceptible ici. Les riffs de guitare sont dignes d’un mix de Brian May et de Jimmy Page. C’est une réflexion sur la nécessité de prendre du recul par rapport à soi-même, de fuir pour un moment les occasions de stress. « A Mis Amigos » est le fameux tribute to Marcos Chacón, guitariste hors pair décédé trop tôt. Par moments, cela ressemble un peu à Toto mais le style est franchement hard et la guitare omniprésente et tonitruante. Pour lui, la musique n’était pas seulement celle de la définition officielle, une façon de combiner les sons de façon harmonieuse, mais c’est aussi un langage universel et une vibration interne de tout l’être.

Ce groupe qui recherche LA vérité finira-t-il par la trouver ? En tout cas, il a trouvé SA vérité. Sans Marcos Chacón !

Les titres :

  1. « Guerra »
  2. « El Emigrante »
  3. « Aliento Y Esperanza »
  4. « A Mi Padre »
  5. « Armonias Con El Infinito »
  6. « Madre »
  7. « Momentos »
  8. « A Mis Amigos »

MM
Pays: VE
Musea Records FGBG 4457.AR
Sortie: 2003/10 (réédition, original 1983)


Lu: 1889
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium