Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 152 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 413 436
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


FIRKINS, Michael Lee - Blacklight Sonatas
/ paru le 13-10-2007 /

Né dans le Nebraska en 1967, Michael Lee Firkins apparaît tel un de ces guitaristes virtuoses comme on en voit beaucoup. Pourtant il a aussi ses particularités comme celle de ne pas employer le picking mais de tout faire exclusivement avec ses doigts, une technique qu'il a apprise des guitaristes country.

Pour cet album solo, il s'est entouré des batteurs Thomas Pridgen (The Mars Volta) et Michael Bland (Prince, Paul Westerberg) ainsi que du bassiste Kai Eckhardt (John McLaughlin). Sur certains titres on trouve aussi les claviéristes Chuck Leavell et Danny Alvarez. Cet opus est entièrement dédié à sa technique de guitariste ce qui il faut bien l'avouer peut aussi lasser.

Parmi les neuf titres de cet album, deux reprises. Il y a ce "Black Betty" de Leadbelly, seul titre "chanté", dont la reprise n'apporte pas grand-chose et le très jazz-rock et funky "Theme From Sanford And Son (The Streetbeater)" de Quincy Jones. Les sept autres morceaux, tous instrumentaux, sont signés Michael Lee Firkins.

Il est indéniable que le guitariste a de la technique. Il a aussi un excellent feeling qui transpire de ses notes. Il n'a pas son pareil non plus pour faire croire qu'il joue de la slide guitar. Pourtant il fait tout avec sa seule guitare. Il s'aventure aussi dans le jazz-rock, la fusion, le funk et le blues-rock. C'est qu'il a aussi de l'admiration pour les gars de Lynyrd Skynyrd.

Le meilleur morceau, ou plutôt celui qui nous transcende le plus, dans cet opus est sans aucun doute "Blacklight Sonata" qui clôture l'album sous la forme d'une ballade lente et irrésistible, imprégnée d'un terrible feeling. C'est un véritable crescendo vers la fin le l'opus.

Voilà un album qui loin d'être indispensable permet de découvrir un excellent guitariste aux talents multiples et qui doit valoir la peine d'être vu en live. Pourtant il faudra aimer les albums de guitar heroes instrumentaux pour s'y sentir bien car sinon on se lasse.

JPL
Pays: US
Magnatude MT-2306-2
Sortie: 2007/10/23


Lu: 1452
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 152
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium