Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 187 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 494 844
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DARK THE SUNS - In Darkness Comes Beauty
/ paru le 23-11-2007 /

Dès les premières notes de "Reflections" on est attiré par ce qu'on entend. Une petite mélodie au piano et ensuite c'est une avalanche de gros son, mais toujours avec ce piano qui conduit la chanson.

C'est un peu ce qui caractérise cette formation issue de Finlande et menée par Mikko Ojala qui se charge des voix et des guitares. Dark The Suns, fondé en 2005, était à la base son projet solo mais a ensuite évolué vers un groupe complet.

"In Darkness Comes Beauty" est donc le premier album du groupe et il vaut franchement le détour. Ceux qui aiment les ambiances à la fois sombres et romantiques, sensibles, un peu à la Him, ne seront pas déçus. La voix passe du chuchotement au guttural. Les chansons sont carrées et bien menées, sans esbrouffe technique, juste de l'efficacité.

Sur "Black Sun", le piano égrène quelques notes dans les aïgus sur un riff de guitare bien musclé, c'est du plus bel effet. La chanson respire, laissant par moments juste les claviers et la batterie s'exprimer avant de laisser place à un solo de guitare très mélodique. Point d'orchestration à la Nightwish avec une kyrielle de musiciens. Le son de Dark The Suns est très bon sans avoir recours à des artifices.

Le ton général de l'album est mélancolique et l'auditeur se laissera prendre facilement. Mikko Ojala a un sens rare de l'esthétique musicale. La voix gutturale passe sans problème à côté du piano classique, le contraste est bluffant.

Par moments certains samples viennent s'intercaler, c'est le cas dans "Ghost Bridges". Le seul petit reproche que je trouverais à cet album et qu'on aimerait entendre plus de variation dans les voix, un peu à l'instar des premiers titres. Les alternances entre voix claires, chuchotements et guttural devraient être plus nombreuses.

Voici un album qui dégage une certaine fraîcheur et apporte une touche d'originalité, cela se fait plutôt rare ces temps-ci. A conseiller donc!!

Xavier Rossey
Pays: FI
Firebox FIRECD045
Sortie: 2007/11/19


Lu: 2089
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 38
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium