Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 158 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 413 495
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CAMPBELL, Isobel & LANEGAN, Mark - Sunday At Devil Dirt
/ paru le 02-06-2008 /

Isobel Campbell est en grande partie responsable de presque toutes les compositions, des arrangements, de l’enregistrement, du mixage et de la production. Bref, elle fait presque tout. On n’ose pas trop dire qu’elle chante car on ne l’entend presque pas, par moments. On ne peut pas dire qu’elle tire la couverture à elle. C’est la voix caverneuse de Mark Lanegan (Screaming Trees, QOTSA) qu’on entend surtout, si on peut dire, Isobel Campbell, la native de Glasgow, se chargeant de la deuxième voix et des choeurs.

Si l’on s’en tient aux compositions, l’album est réussi mais c’est du côté des voix justement que le bât blesse, même si le but avoué est de jouer sur le contraste entre les deux. Encore faut-il que la production suive. Il est bien difficile d’allier la voix haut perchée de la belle Isobel et celle venant des catacombes de Mark Lanegan. Cela rend cette oeuvre en grande partie peu audible et par conséquent, assez monotone.

L’album est un recueil de chansons tristes qui tournent autour du thème de la solitude. C’est l’habitude avec Isobel Campbell. De ce point de vue, Mark Lanegan se fond bien dans le paysage musical et sentimental décrit par la belle écossaise. Rappelant les ambiances chères à Tom Waits ou Lee Hazlewood, « Seafaring Song » est une chanson triste qui parle de l’éloignement. « The Raven » se déroule à peu près de la même façon et son climat baigne totalement dans le spleen. Composé par Jim McCulloch (Soup Dragons, BMX Bandits, Sweeney Todd, Green Peppers), un guitariste également natif de Glasgow, « Salvation » évoque pourtant aussi une atmosphère introspective déprimante.

Très belle composition de Isobel Campbell et Jim McCulloch, « Who Built The Road » permet à Mark Lanegan et à la blonde talentueuse de se faire pour une fois entendre dans de meilleures conditions, lui par sa voix un peu rustre, elle par sa voix qui respire la séduction. Sur « Come On Over (Turn Me On) » au contraire, les paroles sont largement couvertes par la musique, soutenue par des cordes un peu envahissantes. Cela nuit au caractère intimiste de l’histoire racontée.

Sur « Back Burner », qui se déroule sur un rythme répétitif un peu monotone, les voix semblent sortir de nulle part et sont difficilement compréhensibles. On notera quand même la belle mélodie jouée au synthé et la surprenante fin instrumentale jazzy. « The Flame That Burns » est joué sur un rythme plus guilleret qui contraste avec le reste de l’album. « Shotgun Blues » est forcément un blues où Isobel Campbell prouve à suffisance et sur le mode confidentiel ses limites vocales criantes. Mais quelle douceur aguichante !

« Keep Me In Mind, Sweetheart » est un beau morceau folk acoustique où les voix sont mieux accordées et méritent cette fois une mention spéciale. « Something To Believe » est également un morceau acoustique chanté avec nuances puis sifflé par Lanegan, dont la voix est ponctuée par des interventions sporadiques de la voix féminine. « Trouble » est un morceau très doux joué à la guitare acoustique et chanté cette fois en véritable duo. C’est le meilleur morceau de l’album. « Sally, Don’t You Cry? » est un chant intimiste destiné à consoler. On ne s’étonnera donc pas qu’il soit confidentiel, même s’il est en principe fait pour être joué en public. De nouveau, les voix s’accordent mieux, histoire de terminer en beauté.

Vous l’avez compris depuis longtemps, la musique est très belle et méritait un accompagnement vocal plus adéquat. Dommage.

MM
Pays: GB
V2 VVR1050622
Sortie: 2008/05/05


Lu: 1581
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 98
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium