Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Johnny Preston (1930)
  • Carl Wayne (1944)
  • Sarah Dash (1945)
  • Nigel Griggs (1949)
  • Dennis Elliott (1950)
  • Marvin Isley (1953)
  • Ron Strykert (1957)
  • Tracy Tracy (1967)
  • Erik Schrody (1969)
  • Richard James (1971)
  • †Scott McKenzie (2012)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 184 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 606 478
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


FRATELLIS (The) - Here We Stand
/ paru le 26-07-2008 /

Le trio écossais The Fratellis ne s’embarrasse pas de fioritures et préfère les sorties et les beuveries à la prise de tête. Tout ce qu’il cherche, c’est de faire en sorte que les gens s’amusent à ses concerts en utilisant des recettes éprouvées par ses prédécesseurs. A la première écoute, on aurait la tentation de le comparer aux Guillemots mais cette comparaison tourne court : ses membres sont beaucoup moins exubérants et leur musique est beaucoup plus immédiate. Question « philosophie » et rock festif, c’est plutôt du côté de Franz Ferdinand qu’il faut se tourner mais il ne dédaigne pas les belles mélodies avec une tendance sixties très prononcée.

Ces joyeux drilles ne sont pas plus frères que vous et moi et ils font un peu comme les Ramones : ils s’inventent un lien familial bidon pour brouiller les pistes et exprimer leur mépris des conventions mais avec un grand clin d’œil et un sourire ironique pour bien démontrer que tout ça n’a guère d’importance. C’est un trait majeur de leur personnalité et même si cet album n’atteint pas le niveau du précédent notamment par l’absence d’un hit comme « Chelsea Dagger », « Mistress Mabel », qui évoque The Libertines, ne demande qu’à cartonner.

L’album est un ensemble cohérent de morceaux pop rock avec juste ce qu’il faut d’énergie pour ne pas sombrer dans la monotonie. Les textes n’ont aucune prétention et ne sont pas de nature à provoquer de révolution d’aucune sorte. Après une sortie bien arrosée où il s’est beaucoup amusé, John Fratelli déclare sur « My Friend John » : « And if I'm feeling old and desperate, I'll be back some day ». C’est un peu sa philosophie : on est là pour s’amuser. Pourquoi résister ?

Avec le piano en point de mire, « A Heady Tale » est un autre morceau pop joué sur un tempo rapide et soutenu par une solide rythmique. « Shameless » est un morceau différent qui fait penser aux Beatles d’avant leur période psychédélique avec une voix proche de celle de Paul McCartney. Sur « Look Out Sunshine! » apparaît une phrase clé de l’album : « I'm a cynical cunt, and I'm much too lazy to change ». Voilà une affirmation qui éclaire sur Jon Fratelli, l’auteur des paroles.

« Stragglers Moon » est un autre titre pop qui ne restera pas dans les mémoires tandis que « Mistress Mabel » est le premier single de l’album et fait penser aux Libertines. C’est dire si le groupe bâtit beaucoup d’espoir mais il paraît peu probable qu’il ait un impact comparable à celui de « Chelsea Dagger » qu’on n’attendait pas au moment de sa sortie. Pour celui-ci, c’est différent, l’effet de surprise est passé. Cela reste pourtant un très bon single et il devrait porter l’album qui a déjà atteint la 80e place du Billboard 200. Pas mal pour un album pop rock sans prétention.

« Babydoll » est un autre morceau pop très tonique qui rappelle les sixties mais qui dispose en plus des moyens techniques actuels. Sa mélodie impeccable en fait un hit potentiel même si les paroles sont un peu débiles. « Tell Me a Lie » est un autre morceau qui ne risque pas de faire l’unanimité. Son rythme soutenu est intéressant mais le refrain gnan gnan éloignera les amateurs d’innovation. Il comporte néanmoins des aspects positifs comme le punch affiché par le power trio.

Toujours pop, « Acid Jazz Singer » est plus doux au début et rappelle un morceau de Herman’s Hermits qui nous ramène aux années 60. C’est gentil, ça ne fait de mal à personne mais ce n’est pas le haut du panier. Toujours très sixties, « Lupe Brown » est nettement plus nerveux et intéressant par sa mélodie agréable et son énergie pour un morceau pop. La guitare y est omniprésente et les riffs sont incisifs. Finalement, « Milk and Money » est le seul morceau plus sérieux de l’album. Sur un rythme plus lent et avec des instruments acoustiques, dont le piano mis en évidence, sans être un chef-d’œuvre, cette ballade donne un peu de relief à ce bon album.

Album pop rock qui atteint la bonne moyenne mais ne sort pas exagérément de l’ordinaire et n’atteindra certainement pas les sommets. Il convient pourtant pour les soirées entre amis si on veut être certain de s’amuser. Il est fait pour ça. Ce n’est déjà pas mal.

MM
Pays: GB
Island / Universal 1773134
Sortie: 2008/06/09


Lu: 1599
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 63
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium