Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • John Lodge (1945)
  • Kim Carnes (1945)
  • Carlos Santana (1947)
  • Paul Cook (1956)
  • Michael MacNeil (1958)
  • Chris Cornell (1964)
  • Andrew Levy (1966)
  • †Roy Hamilton (1969)
  • †Artie Traum (2008)
  • †Chester Bennington (2017)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 210 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 023 484
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ENERGY - Invasions of the mind
/ paru le 16-10-2008 /

Energy est un groupe de Boston qui tente sa chance dans ce que sa maison de disques appelle du hardcore mélodique. Il y aurait comme une petite confusion dans les termes que ça ne m'étonnerait pas. Comment peut-on être hardcore et mélodique en même temps? Le punk hardcore, dans les temps anciens, à l'époque des groupes fondateurs comme Black Flag, Bad Religion ou les Circle Jerks, était justement l'antithèse de la mélodie, sinon on l'aurait appelé pop punk. Et du pop punk, c'est précisément le fond de commerce d'Energy, qui se complaît sans scrupules dans la continuation de la musique d'Offspring, Green Day ou Millencolin. Et quand on s'appelle Energy, on a intérêt à assurer. C'est ce qui manque un peu d'ailleurs à ce groupe qui a quand même eu la bonne idée de ne pas s'appeler Originality parce qu'alors là, on frisait le scandale.

Le premier album d'Energy, qui fait suite au EP "Punch the clock" de 2007, est une gentille collection de titres sautillants mais incapables de faire peur. Il n'y a plus que les adolescents pré-pubères de l'Arkansas qui sont encore susceptibles d'être impressionnés par ce genre de bubble punk déjà entendu des milliers de fois. Le batteur ressort le même drum beat à chaque morceau, le guitariste connaît deux accords et le chanteur devrait boire de la bière et fumer des Gauloises afin de rendre ses cordes vocales plus râpeuses. Pourtant, à la vue de la pochette, on aurait pu s'attendre à du vilain, de l'outre-tombe, du death metal dépressif ou du grindcore charcutier, mais il n'en est malheureusement rien.

Evidemment, on ne peut pas interdire l'écoute de cet album et imposer à la place un petit Sex Pistols ou un bon vieux Black Flag. Les volontaires y trouveront néanmoins de la bonne humeur et une fraîcheur toute collégienne à ces ébats sonores tout mignons à défaut d'être originaux.

François Becquart
Pays: USA
Bridge Nine B9R 101
Sortie: 2008/09/29


Lu: 1355
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 136
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium