Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Gene Kelly (1912)
  • Rudy Lewis (1936)
  • Mick Burt (1938)
  • Keith Moon (1947)
  • Rick Springfield (1949)
  • Jimi Jamison (1951)
  • Edwyn Collins (1959)
  • Dean DeLeo (1961)
  • Shaun Ryder (1962)
  • †Dwayne Goettel (1995)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6760 membres.
- En ligne, nous sommes 171 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
103 033 646
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


AQUAPLANAGE - Aquaplanage
/ paru le 01-04-2009 /

Aquaplanage est un groupe anglais de rock progressif composé de Robert Illesh (guitares, choeurs,claviers,flûte et arrangements), Steve Carney (chant), Max Hunt (claviers), Tom Dawe (guitare), John Bastable (basse, samples), Mitch Harwood (batterie, choeurs). Le groupe s’est offert les services d’un trio à cordes (violons et violoncelle) pour enjoliver certains titres.

Nous sommes en présence de leur premier album qui débute avec une grosse pièce de 15 minutes : "Ode To Grey Mornings". Très progressif, débutant sur des chants d’oiseaux, entrée guitare-flûte, belle voix, chœurs harmonieux, un peu comme si Crosby, Stills & Nash accompagnaient Jethro Tull, un passage plus sombre façon King Crimson, puis le calme après la tempête avec un passage un peu bateau où les chœurs reprennent mot pour mot le texte du chanteur (on a l’impression que les Gauff’ Au Suc’ déconnent à l’arrière-plan), une partie de piano rappelant "Awaken" faisant place à un final chamarré surtout au point de vue des jeux de guitares évoquant tour à tour Robert Fripp, Steve Hackett, mais surtout Steve Howe. Par moments, la voix évoque Jon Anderson. Un morceau de rock progressif classique, peut-être pas très original, mais peu importe, c’est très bon.

Jon Anderson, Steve Howe, Awaken ? Tout s’explique si je vous dis qu’Aquaplanage est un projet musical issu de Fragile, tous les musiciens (à l’exception de la section rythmique) sont issus de ce "Tribute Band" de Yes qui a eu récemment l’honneur de tourner en compagnie de Steve Howe (tournée étant passée par le Spirit of 66). Je l’ignorais à la première écoute et tant mieux, cela me permet de livrer des impressions plus neutres. Les musiciens de Fragile ont eu l’idée de créer et enregistrer leur propre musique lors d’un voyage en… Belgique ! (d’où peut-être le titre de la première chanson !).

Cessons cette digression quelque peu longuette, mais il fallait bien compléter les présentations, et revenons à l’œuvre. "The Sands Of Time" poursuit de façon plus originale, avec des instruments égyptiens (la chanson parle de l’Egypte), une belle ligne de basse rappelant les grands albums des débuts de Marillion et guitares à la Howe d’un côté et Hackett de l’autre, une suite au projet GTR des années 80, en quelque sorte. La partie orientale donne un petit côté Robert Plant qui est loin d’être désagréable, ça swingue d’ailleurs très bien, vraiment plaisant. A ce stade, et en tenant compte de l’appartenance des musiciens à Fragile, on peut déjà noter que le groupe a le bon goût d’éviter le plagiat de Yes (Steve chantant avec sa voix à lui sans imiter Jon Anderson), cela n’a pas dû être simple, bravo les gars !

"Nature’s Sunday" débute un peu plus dans la lignée andersonienne (Howe Yes !), arpèges de guitare ponctuées par des harmoniques façon "And You And I" mais en un peu plus mou, on se réveille en entrant dans le cœur du morceau, beaucoup plus proche de Deep Purple que du rock progressif, et on termine comme on a commencé.

Deux instrumentaux pour suivre, "Solara" d’abord, dominé par les claviers (normal, c’est Max Hunt qui l’a écrit), virtuosité au piano en entrée, orgue et emphase (toute wakemanienne), pour revenir à la simplicité subtile du piano à la Erik Satie, joli ! "Aquaplanage" ensuite, guitare acoustique en avant (compo de Robert Illesh, donc normal également), ambiance asiatique, rappelant certaines plages de Steve Hackett ou du California Guitar Trio, relaxant, mélodieux, vraiment agréable !

Nous voici dans la partie plus quelconque de l’album, "Heaven’s Gate", ballade style Genesis des années 80 (ce Genesis qui ne l’était plus), Steve Carney chantant comme Jon Anderson, dispensable. "A Song To Stand Above Them All" flirte avec le style FM façon Asia ou Foreigner, bien joué, mais pas enthousiasmant.

Revenons à un instrumental acoustique avec "Theme", aussi joli qu’"Aquaplanage" et on termine avec "One Star" une ballade de noël pop pas mal foutue, mais sans plus, dommage de terminer sur ce titre-là.

Un album très intéressant, malgré trois plages de niveau inférieur, mais qui, si on compte en temps d’écoute, ne représentent qu’une petite partie du disque. Pourquoi pas une tournée, en incluant quelques reprises de Yes, il y a de la matière. Le projet Aquaplanage tient la route, on attend le prochain opus !

Pascal Laurent
Pays: GB
Cheeky Features
Sortie: 2008


Lu: 3602
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 4
• Semaines de présence au Top 30: 11
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium