Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 195 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 494 820
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


EAGLES OF DEATH METAL - Peace Love Death Metal
/ paru le 26-04-2004 /

Le projet parallèle de Jesse Hughes, voix, guitare, Tim Van Hamel (Millionaire), guitare, et « Carlo Von Sexron », ou si vous préférez Josh Homme (Queens Of The Stone Age), batterie, s’appelle Eagles Of Death Metal.

Manifestement, les trois compères prennent beaucoup de plaisir à jouer du garage rock ensemble. Tous les titres sont composés par Jesse Hughes sauf « Stuck In The Metal », titre pseudo pour « Stuck In The Middle With You » des Stealers Wheel et composé par Joe Egan et Gerry Rafferty (oui, celui des singles à succès « Baker Street » - 1978 - et « Night Owl » - 1979).

« I Only Want You » est le prototype du rock primesautier qui a fait les délices des teenagers des années 70. Le son rappelle celui de Jonathan Richman and The Modern Lovers. « Speaking In Tongues » est de la même veine. Le son est « raw as hell » et cela fait tout son charme. Parfois, cela donne un raté et on recommence ; les Beatles ont fait ça bien avant eux. Les musiciens se sont efforcés de ne faire qu’une prise chaque fois que c’était possible pour conserver au son toute sa spontanéité et de ce côté-là, c’est très réussi.

« So Easy » est tout aussi spontané mais le tempo rapide n’arrive pas à masquer une certaine monotonie. Il est entrecoupé de plusieurs breaks qui font croire à un défaut technique mais il n’en est rien, c’est pour faire plus vrai. Par son rythme répétitif, « Flames Go Higher » est un morceau hypnotique, bien soutenu par la batterie de Josh Homme. Son absence de technique ajoute encore au côté spontané de l’album.

« Bad Dream Mama » semble sorti tout droit des années septante, tant cela rappelle le punk de l’époque. « English Girl » est aussi entrecoupé de breaks très courts sur fond de rythme martelé par une batterie sobre mais efficace, avec des riffs de guitare parcimonieux. « Stacks O’ Money » a un côté naïf et est limite question qualité. C’est loin d’être le meilleur titre de cet album qui ne manque pourtant pas de charme par sa fraîcheur.

« Midnight Creeper » est un excellent blues dépouillé qui varie un peu le propos. C’est de loin le meilleur du lot. On se demande si le précédent n’a pas été mis là à dessein pour mettre celui-ci en valeur. « Stuck In The Metal », un ancien titre des Stealers Wheel remis au goût du jour, est tout aussi bon. Quand les Eagles Of Death Metal se mettent au rock classique, ils sont imparables et très loin de la sophistication technique de certains groupes actuels ou passés.

« Already Died » est un rock très simple et très appuyé qui ramène aux sources, loin des prises de tête et du rock intellectuel et raffiné. C’est presque le bal des rhétos enregistré en prise directe ! Le rythme irrésistible de « Who’ll Love The Devil » et les paroles un peu débiles font bon ménage pour donner un côté bal de campagne du samedi soir.

« Whorehoppin’ (Shit, Goddamn) » est aussi un titre répétitif assez naïf et complètement kitsch. La partie de guitare est complètement déjantée et les paroles toujours aussi désuètes. « San Berdoo Sunburn », dont la voix rappelle celle de Norman Greenbaum dans « Spirit In The Sky » (1969), est joué à la façon des groupes amateurs et « Wastin’ My Time » lui emboîte le pas. On sent que les musiciens s’amusent comme des fous. De death metal, il n’est nullement question. Cela ressemble plutôt à une fête foraine. Mais le meilleur est pour la fin : « Miss Alissa » termine le set dans la joie totale.

Bref, ce CD sera apprécié par ceux qui détestent la routine et sera vilipendé par les fans des Queens Of The Stone Age. Il prouve en tout cas que Josh Homme a plus d’un tour dans son sac et sait s’amuser. Pour « notre » Tim Van Hamel, c’est un honneur d’être là et c’est sans doute une expérience fructueuse qui va sûrement influencer sa musique et peut-être sa carrière.

Les titres :

  1. « I Only Want You »
  2. « Speaking In Tongues »
  3. « So Easy »
  4. « Flames Go Higher »
  5. « Bad Dream Mama »
  6. « English Girl »
  7. « Stacks O’ Money »
  8. « Midnight Creeper »
  9. « Stuck In The Metal »
  10. « Already Died »
  11. « Who’ll Love The Devil »
  12. « Whorehoppin’ (Shit, Goddamn) »
  13. « San Berdoo Sunburn »
  14. « Wastin’ My Time »
  15. « Miss Alissa »

MM
Pays: US
Bang! 0689230099925
Sortie: 2004/03/23


Lu: 2084
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

kevin
le 04/05/2004 | mon évaluation:
Excellent album... I Only Want You et Midnight Creeper sont deux petites perles que je classe assez haut dans mes "all time favorites"

Pour les fans du genre, et qui ont aussi connu les EofDM par QOTSA, je conseille fortement le dernier album de Fatso Jetson, "Cruel & Delicious", où cette fois, Josh Homme sévit à la guitare...

(Au fait, où as-tu trouvé le CD? Personnellement, je n'ai absolument pas été capable de le trouver en magasin -qui ne trouvaient en général rien de mieux que les Eagles..., internet a été la seule solution...)
Anonyme
le 08/05/2004 | mon évaluation:
C'est de fait un album excellent qui plaira à toutes les générations, que vous soyez fan des Canned Heat ou des Strokes, cet opus vous fera vibrer ! Sérieux s'abstenir

L'album est trouvable chez tous les disquaires qui méritent de s'appeler disquaire...

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium