Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Mails en vrac
7 derniers jours:
Lacuna Coil au Moonlight Music Hall
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 184 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 480 022
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CENTRICA - Centrica
/ paru le 11-05-2009 /

Centrica est un groupe italien de progressive metal dans la mouvance de Dream Theater, Liquid Tension Experiment, Symphony X, Porcupine Tree, Planet X, avec la particularité d’être instrumental. Quatuor de formule rock classique (claviers, guitare, basse, batterie) fondé en 2006 par le claviériste Andrea Pavanello et le guitariste Giorgio Rovati, Centrica livre ici son premier album sobrement intitulé « Centrica ». Tous les musiciens de ce groupe sont de fameuses pointures, Rovati et Pavanello ayant commencé relativement jeunes des études musicales académiques classiques, le bassiste Alberto De Bartoli et le batteur Dario Ciccioni ayant entamé leur formation musicale tout aussi tôt, respectivement à 8 et 5 ans.

L’exercice d’un album instrumental relève toujours d’une gageure plus difficile que pour un album chanté: en effet, capter, puis retenir l’attention de l’auditeur tout au long d’une telle oeuvre doit puiser son efficience dans la force de chacune des compositions et d’un arrangement sans faille, tant il est vrai qu’on se détourne plus facilement d’un instrumental et qu’on pénalise ainsi parfois trop rapidement les efforts des musiciens, qui ont donc ici moins le droit à l’erreur. Centrica pratique un rock instrumental dynamique et nerveux, avec superbe et maestria, sans aucune démonstration gratuite, et le sentiment domine que tous les instruments sont au service des compositions et non pas à celui d’un égocentrisme mégalomaniaque comme c’est régulièrement le cas.

7 titres se partagent les quelques 52 minutes du CD, et la plupart tournent autour des 7 ou 8 minutes, ce qui accentue encore la difficulté d’attention pour ces instrumentaux. Mais chacun d’entre eux est construit avec intelligence, dans une progression naturelle et diversifiée. Les rythmes puissants sont majoritaires mais côtoient d’autres ambiances, telles l’intro de « DNA Part 1 » qui doit en partie à Tangerine Dream ou le jazz rock, joué dans une belle séquence de « Secret Vision », un des top morceaux de cet album, qui n’en compte pourtant aucun faible. « Dulcedo », le plus court titre avec près de 4 minutes, est le plus calme aussi, rencontre des plus réussies entre un piano délicat et un solo à la guitare électrique.

Tout au long de « Centrica », Pavanello et Rovati sont excellents. Pavanello propose une palette très variée dans les colorations « claviéristiques », et toujours avec une justesse éclairée. Rovati quant à lui est bluffant de dextérité et de feeling, notamment dans le solo acoustique du deuxième mouvement de «  DNA Part 1 ». L’autre moitié du groupe n’a rien à envier aux deux premiers, la section rythmique de Centrica dégageant une énergie et une mise en place d’une précision digne des horlogers helvètes. La structure des morceaux s’échelonne par paliers successifs et les mouvements se confondent les uns dans les autres avec un bonheur jamais démenti, comme le démontre par exemple parfaitement « Reality and illusion ». Pas de longueurs inutiles, mais une réelle intensité. Et jamais ne pointe l’impression d’avoir devant nous des copies des groupes référents cités plus haut.

J’ai rarement pris autant de plaisir à écouter un disque instrumental de rock et c’est par ailleurs le disque que je réécoute le plus souvent ces dernier temps, tous genres confondus. Les amateurs de metal progressif et de Dream Theater, Symphony X, Planet X, Sherinian, Rudess, Satriani ou de Vinnie Moore et consorts apprécieront sans l’ombre d’un doute. Ce n’est certes pas une révolution musicale, mais leur savoir faire est impressionnant et c’est tellement bien amené, avec une inspiration constante et un sens de l’arrangement irréprochable que l’on ne peut que savourer pleinement « Centrica ».

Aux dernières nouvelles, Centrica recherche un chanteur pour l’avenir. Sans doute ont-ils le sentiment d’avoir tout dit au niveau instrumental et veulent-ils éviter le piège du clonage, en se lançant maintenant dans le metal progressif avec chant, là où la concurrence est autrement ardue. Mais ils ont entre leurs mains tous les talents nécessaires pour que l’on espère la prochaine fois un album de la même qualité.

Musiciens :

  • Andrea Pavanello - claviers
  • Gorgio Rovati - guitare
  • Alberto De Bortoli - basse
  • Dario Ciccioni - batterie
Liste des morceaux :
  1. Centrica Experience 8:32
  2. Secret Vision 7:37
  3. DNA part 6:21
  4. DNA part 8:22
  5. Reality and Illusion 9:26
  6. Dulcedo 3:56
  7. Eternal Dimension 8:21

Eric Piettre
Pays: IT
Musea Records MP3081
Sortie: 2008/11/25


Lu: 2246
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 9
• Semaines de présence au Top 30: 12
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium