Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bruce Johnston (1944)
  • Gilson Lavis (1951)
  • Margo Timmins (1961)
  • Michael Ball (1962)
  • Laurence Colbert (1970)
  • †John Entwistle (2002)
  • †Robert Dwayne Womack (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6732 membres.
- En ligne, nous sommes 137 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
101 673 865
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


VARIOUS ARTISTS - The Spaghetti Epic 3 - The great silence
/ paru le 25-05-2009 /

Troisième volet de la série « The Spaghetti Epic », concoctée par les dynamiques magazine finlandais Colossus et label français Musea, « The Great Silence » est ici mijoté par trois groupes de nationalité différente. Bien entendu, et comme à chaque fois, le concept du disque est basé sur un film spaghetti western qui est un classique du genre, en l’occurrence « The Great Silence » de Serge Corbucci, paru en 1968 avec Jean-Louis Trintignant et Klaus Kinski, plus culte que la trilogie de Sergio Leone, et donc moins notoire parce que plus atypique. Un somptueux livret, richement documenté, présente le film et les morceaux qui l’illustrent ici. Les dessins sont de Stefano Scagni, assez proches de ceux de Yves Swolfs, père de la série « Durango » (entre autres) et amateur de rock.

Trois longues suites épiques d’une vingtaine de minutes chacune, exécutées par trois groupes, le premier russe, le second roumain et hongrois, le troisième italien, voici le menu proposé par ce « Spaghetti Epic 3 ». Les trois groupes sont tous composés de musiciens maîtrisant totalement leurs instruments, ce qui est généralement le cas en prog.

Le premier titre, « The voice of Silence » est livré par le groupe russe Little Tragedies et est très directement influencé par Emerson Lake & Palmer, il contient d’ailleurs un bref passage qui reprend un thème de « Pictures at an exhibition ». Les cinq musiciens de Little Tragedies réussissent avec brio ce premier titre, tant par le lyrisme que par une progression sans faute tout au long des 19 minutes 30. Assez symphonique et chanté en russe, les claviers y sont à l’honneur et la guitare assure un support rythmique, donc clairement pas de référence au metal ici, on se situe bien dans du prog classique et « emersonien », joué avec un son actuel, qui ne renie pourtant pas les sonorités des early seventies.

Le deuxième titre, « Suite Pauline » est composé et joué par le groupe Yesterdays, basé en Roumanie mais constitué de musiciens hongrois. Chanté en hongrois, « Suite Pauline » revendique plusieurs filiations dont celle de Yes et de Van der Graaf Generator. Les vingt minutes pauliniennes permettent à Yesterdays de faire montre de leur savoir faire en matière de prog classieux: des vocaux superbes et plusieurs mouvements variés allant du passage acoustique avec flûte jusqu’aux grandes orgues, des soli de guitare jazzy ou aux accents « hackettiens » jusqu’à un superbe solo de sax ou un autre de batterie sur fond jazzy. Moins symphonique que son prédécesseur, il varie plus les ambiances et les styles.

Le troisième et dernier titre, « Epilogue », revient au groupe italien N.O.T. (Noise Overtones Therapy) qui présente avec succès sa suite en quatre mouvements. Directement inspiré par le mouvement prog italien des années 70 (Le Orme, etc) et le Genesis première mouture mais plus torturé aussi que ses congénères russe et roumain dans la forme, N.O.T se laisse aller dans les changements de rythme et breaks propres au genre et varie les climats. Le jeu de basse tient de celui de Chris Squire. Les quatre musiciens de N.O.T. bénéficient ici de la participation de Marco Esposito au chant.

En finale, The Spaghetti Epic 3 présente un album de haute qualité, estampillé du sceau prog des early seventies, avec trois compositions solides, jouées par des musiciens qui le sont tout autant. Les amateurs du genre et des deux premiers Spaghetti Epic 1 et 2 apprécieront sans réserve ce troisième volet, fort bien produit. Le chant dans chacune des langues maternelles des trois groupes impliqués dans ce disque ajoute un côté exotique, mais pas forcément cohérent pour une œuvre se déroulant dans le Grand Ouest. Mais ceci excepté, Colossus et Musea nous proposent ici un des fleurons de leurs séries communes. Traditionnel dans l’achitecture et moderne au niveau du son, voici sans conteste une réussite prog permettant de découvrir des groupes pas trop connus, venant d’horizons moins habituels.

Groupes :

  • Little Tragedies (RU)
  • Yesterdays (RO-HU)
  • N.O.T. (IT)
Liste des morceaux :
  1. The Voice Of Silence (Little Tragedies) 19:30
  2. Suite Pauline (Yesterdays) 20:00
  3. Epilogo (N.O.T.) 23:28

Eric Piettre
Pays: FI
Musea Records FCGB 4731
Sortie: 2009/03/28


Lu: 2157
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 51
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium