Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 197 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 463 740
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


GALLOWS - Grey Britain
/ paru le 08-06-2009 /

Cela faisait très longtemps que l'Angleterre ne nous avait plus craché à la face un glaviot punk de si belle facture. Gallows nous offre avec "Grey Britain" ni plus, ni moins que le "Operation Mindcrime" du Punk.

Loin de moi l'idée de comparer musicalement la pépite punk qu'est "Grey Britain" au chef d'œuvre Prog Metal de Queensrÿche, car on ne joue pas vraiment dans la même catégorie, mais, sur le fond et la forme, les deux albums ne sont pas vraiment éloignés. Disons que si Queensrÿche pratique une délicate trépanation au bistouri de la société américaine, Gallows, lui, défonce le crane de la société anglaise à coup de clé à molette.

Gallows est un groupe punk, originaire des faubourgs de Londres. Après un album autoproduit en 2006, "Orchestra of wolves", le combo défraye la chronique en Angleterre en se faisant courtiser par la major Warner Bros qui lui offre un contrat d'un million de Livres Sterling, ce que Frank Carter, le frontman du combo décrit avec beaucoup de cynisme comme : 'la plus grosse erreur du Music Business Britannique'.

Cependant, la major a eu beaucoup de flair, "Grey Britain" est, à ma connaissance, l'un des seuls albums-concept punk de l'histoire. Et pour un coup d'essai, c'est un coup de maître. Le concept est simple : l'Angleterre est à l'agonie. Ses leaders la conduisent à la destruction. Tant mieux.

Après une courte introduction, l'album débute comme une pure décharge d'adrénaline. "London is the reason", "Leeches", "Black eyes", "I dread the night", 4 titres purement punk. Pas ici de punk acidulé comme en font Green Day, Good Charlotte ou Youmeatsix mais un punk furieux, à l'anglaise, comme le pratiquaient The Exploited, Discharge, Black Flag ou encore Charged GBH. L'accent cockney issu des bas-fonds de Londres de Frank Carter et les refrains, hurlés en chœur, par tout le groupe rehaussent d'ailleurs cette impression d'authenticité.

Avec "Death voices", le morceau suivant, on comprend que l'on n'a pas affaire à n'importe quel album punk. Débutant comme un hymne typé "No Future", la chanson se termine par une partie instrumentale au piano et violon qui si elle est tout à fait inattendue, permet l'enchaînement avec l'incroyable "The vulture part I & II" où, accompagné d'une guitare acoustique, Carter chante son mal-être avec une voix étonnamment belle. Bien sûr, cette accalmie est de courte durée et la chanson se termine en un trash/hardcore distordu et torturé.

Au fil du disque, la musique se fait de plus en plus violente et torturée, au point de devenir plus hardcore que punk. Tantôt les guitares et la basse se font plus pesantes "The riverbed", "The great forgiver", ou les rythmiques s'accélèrent "Graves", "Queensberry Rules" pour en arriver au sublime final "Misery" / "Crucifucks" : punk, violent, aux lyriques dérangeants à souhait :

'There ain’t no glory and there ain’t no hope
We will hang ourselves- just show us the rope
There ain’t no scapegoats left to blame
We brought this on ourselves, and we’re gonna bring the change
Grey Britain is fucking dead
So get our votes in our lives
Let’s fucking start again'


Tout est dit, l'album se termine en apothéose avec une outro où piano et violon peignent une ambiance pesante de fin du monde. Terrifiant.

Michel Serry
Pays: GB
Warner Bros
Sortie: 2009/05/15


Lu: 2411
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 15
• Semaines de présence au Top 30: 11
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium