Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Channel Zero au Zik-Zak
7 derniers jours:
News en vrac : volume 365
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 14-12-2017
› TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
› Trudy LINN featuring Steve KRASE and The ÖZDEMIRS (Hasselt)
› BERAADGESLAGEN + COMPRO ORO + SCHNTZL (Bruxelles)
› ISOLDE (Sint-Niklaas)
› TJENS MATIC + PJDS (Kortrijk)
› FIVE FINGER DEATH PUNCH + IN FLAMES + OF MICE and MEN (Merksem)
› CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Liège)
› DAAU (Hasselt)
› SON LITTLE (Bruxelles)
› NAZARETH (Verviers)
› The PROSPECTS (Borgerhout)

Les 7 prochains jours:
15-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
15-12 Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
15-12 Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
15-12 IDYL (Bruxelles)
15-12 DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
15-12 LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
15-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 TJENS MATIC + PJDS (Leuven)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 TRICKY (Leuven)
20-12 TRICKY (Liège)
20-12 OATHBREAKER + UNIVERSE + NEWMOON (Bruxelles)
20-12 KAPITAN KORSAKOV + BRUTUS + COCAINE PISS (Gent)
20-12 Marie FIKRY ORIENTAL JAZZ PROJECT (Liège)
21-12 The VAN JETS + EQUAL IDIOTS (Bruxelles)
21-12 Scott GILMORE + Cate KENNAN (Bruxelles)
21-12 AKA MOON + De BEREN GIEREN (Sint-Niklaas)
21-12 The IMAGINARY SUITCASE (Bruxelles)
21-12 DIO RETURNS (Borgerhout)
21-12 TRIGGERFINGER (Charleroi)

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • Charlie Rich (1932)
  • Frank Allen (1943)
  • Jackie Mcauley (1946)
  • Joyce Vincent Wilson (1946)
  • Cliff Williams (1949)
  • Mike Scott (1958)
  • Peter Stacy (1958)
  • †Dinah Washington (1963)
  • †Ahmet Ertegun (2006)
  • †Chris Feinstein (2009)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 162 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 332 264
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


SMITH, Patti - Trampin'
/ paru le 16-05-2004 /

Avant de se lancer dans une carrière de chanteuse rock, Patti Smith, amie de Tom Verlaine, fréquente assidûment le CBGB’s et le Max’s Kansas City, hauts lieux du punk à New York. Elle y déclame des poésies, seule d’abord, accompagnée à la guitare par son complice de toujours Lenny Kaye ensuite. Intellectuelle cultivée (pour ne donner que quelques exemples, elle a étudié les poèmes de Rimbaud et apprécie la peinture de Brancusi), elle écrit beaucoup et ses textes sont très denses et profonds. Comme Lizzy Mercier-Descloux, qui vient de mourir à l’âge de 47 ans, elle est à la recherche d’authenticité et refuse les compromissions dans lesquelles s’enferme le rock.

Critique de rock au magazine Rolling Stone, elle décide alors de se lancer. Pas facile pour une femme, à l’époque. Elle réunit quelques musiciens et se produit au CBGB’s en première partie de Television, le groupe de son ami Tom Verlaine. Le succès est immédiat ! La carrière de Patti Smith prend vraiment tournure en 1975 avec l’excellent album produit par John Cale, « Horses », un des premiers albums punk new yorkais avec celui des Ramones. Y figure Ivan Krall, un guitariste tchèque tombé dans l’oubli.

Dans la foulée de « Horses », elle sort successivement « Radio Ethiopia » (1976), « Easter » (1978) et « Wave » (1979). Quand elle épouse Fred « Sonic » Smith en 1980, elle se consacre à l’éducation de leurs enfants sans cesser d’écrire. En 1988, elle enregistre « Dream Of Life », dont les titres ont été composés avec son mari.

Puis elle est de nouveau absente de la « rock scene » pendant plusieurs années. C’est la mort de plusieurs êtres chers qui la ramène finalement à la musique : Robert Mapplethorpe (1989), un ami de longue date, Richard Sohl (1990), son claviériste, puis Fred Smith (1994), son mari, et son frère Todd (1994), morts à un mois d’intervalle.

En guise de thérapie, elle réunit ses musiciens et donne des concerts. Elle sort l’émouvant « Gone Again » (1996), longue complainte chantée où elle transcende sa douleur, puis « Peace And Noise », plus poétique, dont quelques titres ont été écrits avec son mari. Enfin, elle écrit et sort « Gung Ho » (2000), son dernier opus avant « Trampin’ », enregistré et mixé à New York.

Patti Smith, voix, clarinette, est accompagnée par Lenny Kaye, guitare, pedal steel, Jay Dee Daugherty, batterie, percussions, Oliver Ray, guitare, orgue Farfisa, Tony Shanahan, basse, claviers, orgue Hammond B3, choeurs. Le line-up n’a pratiquement pas changé depuis « Gone Again » (1996).

Premier titre de cet album à forte coloration politique, même si elle reste discrète et doit être décryptée, « Jubilee » est une longue incantation mi-chantée, mi-parlée, bien dans le style inimitable des chansons de Patti Smith, avec Rebecca Wiener au violon. Elle a bien écouté les Stones du temps où elle était critique de rock chez « Rolling Stone ». La fin de la chanson est conforme à la fin de beaucoup de chansons de ses idoles : elle se termine dans une profusion d’instruments qui s’entrecroisent et s’entrechoquent dans une sorte de cacophonie savamment organisée. La ballade « Mother Rose », qui lui succède, est plus dans la tradition poétique de Patti Smith et la mélodie est très belle.

« Stride Of The Mind » est bien plus rythmé et rappelle sa période punk, beaucoup trop sous-estimée, sous la pression des clichés répandus par des simplifications excessives de ses détracteurs. Sur ce titre aussi, son sens du rythme, sans avoir l’air d’y toucher, crève les oreilles.

« Cartwheels » débute sur un mode intimiste pour déboucher ensuite sur une mélodie très personnelle ponctuée par des intonations nasillardes dont elle joue comme à plaisir. Cela reste une de ses marques de fabrique. C’est curieux comme les très grands (Kevin Coyne, John Cale, Bob Dylan, Tom Waits, …) cultivent leurs défauts et en jouent comme s’ils étaient des qualités.

« Gandhi » prend des accents indiens pour s’imposer à notre subconscient. On retrouve ici une autre caractéristique de Patti Smith. Elle ressasse ses phrases incantatoires hypnotiques jusqu’à la saturation pour mieux persuader de la justesse de son propos, comme si elle l’imposait par un message subliminal. Loin d’être un procédé, c’est sa façon à elle de s’exprimer. Tout cela fait de ce titre un des meilleurs de l’album.

Jay Dee Daugherty tient la râpe sur « Trespasses », qui est une réminiscence de sa période noire exprimée sous forme de plainte chantée qui dure cinq minutes et qu’elle module de ses intonations drivées par ses états d’âme. « My Blakean Year » voit réapparaître l’excellente Rebecca Wiener au violon et briller Tony Shanahan à la basse. On peut appliquer ici le même commentaire que pour « Jubilee », en ajoutant que son thème répétitif le rend totalement hypnotique.

« Cash » est une nouvelle très belle ballade, bien soulignée par la voix de Patti la talentueuse. Sur ce titre, il n’y a pas une note, pas un accord, pas un arrangement de trop. C’est le dépouillement dans toute sa splendeur. L’air de rien, elle va à l’essentiel et a un sens inné du rythme qui sort drôlement de l’ordinaire. La ballade suivante, « Peaceable Kingdom », est encore plus émouvante et offre les mêmes arguments que le morceau précédent. Que c’est beau !

A forte connotation world, « Radio Baghdad » se décline en plus de douze minutes, alternant les parties lentes et les parties rapides, où elle assène des vérités d’une violence inouïe aux tenants de la guerre, dans une tension qui va crescendo jusqu’au paroxysme final, pour redescendre tout à la fin dans un tempo paisible. Un vrai chef-d’œuvre qui mérite à lui seul l’achat de l’album. Attention génie !

Mais « Radio Baghdad » n’est pas une revendication politique, c’est seulement le cri d’une mère qui voit ses enfants menacés de l’horreur créée de toute pièce par la bêtise de ceux qui, par pur profit ou par goût du pouvoir, mettent en danger la planète entière. C’est aussi le signal d’alarme tiré par une femme cultivée qui voit mourir une civilisation évoluée. Une fois de plus, les barbares ont frappé.

Le dialogue entre la voix adoucie de Patti et le jeu de piano tout en finesse de sa fille Jesse Lee sur « Trampin’ » est poignant et fait retomber la tension extrême produite par le titre précédent. C’est un autre grand moment de cet album indispensable à tout amateur de rock digne de ce nom mais aussi à tout amateur de beauté subtile et nuancée.

Les titres :

  1. « Jubilee »
  2. « Mother Rose »
  3. « Stride Of The Mind »
  4. « Cartwheels »
  5. « Gandhi »
  6. « Trespasses »
  7. « My Blakean Year »
  8. « Cash »
  9. « Peaceable Kingdom »
  10. « Radio Baghdad »
  11. « Trampin’ »

MM
Pays: US
Columbia / Sony Music 515215 2
Sortie: 2004/04/27


Lu: 3441
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

ROCKEZBELLESOREILLES
le 17/05/2004 | mon évaluation:
"Gloria" for you Madame
Merci pour cet album
Anonyme
le 26/05/2004 | mon évaluation:
Bonjour cher ami,
j'ai lu ton article avec beaucoup d'interet et j'ai beaucoup aimé la justesse de tes propos...je releve un petit detail sur la nationnalité de Yvan Kral,n'etait-il donc pas tcheque ?
MM
le 27/05/2004 | mon évaluation:
Vérification faite, il est bien tchèque. Pourtant, interviewé par la RTBF il y a quelques années, on en parlait comme d’un belge vivant à l’époque à Anvers. Naturellement, si la radio belge de service public induit ses auditeurs en erreur …
tonileno
le 08/06/2004 | mon évaluation:
Bonjour,
je crois que le lien que vous faites pour le site de Patti est quelque peu "vieux " le site actuel ( avec les dates de la tournée de cette annee ) est www.pattismith.net !
bien a vous
Toni

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium