Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Heinz Burt (1942)
  • Jim Armstrong (1944)
  • Alan Whitehead (1947)
  • Chris Townson (1950)
  • Lynval Golding (1951)
  • Robbie Grey (1957)
  • Larry Gott (1957)
  • Mick Karn (1958)
  • Paul Geary (1961)
  • †Bobby Ramirez (1972)
  • †Charlie Rich (1995)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6741 membres.
- En ligne, nous sommes 168 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
102 274 039
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DEVIANTS - Ptooff!
/ paru le 22-07-2009 /

Les Deviants se forment en 1966, d’abord sous le nom de Social Deviants, autour de Mick Farren (né Michael Anthony Farren), sorte de beatnik underground et hirsute, acid-freak en diable, qui monte avec ses copains ce groupe délirant qui sera considéré par beaucoup comme l'ancêtre du punk anglais. Le combo se constitue d'abord de Pete Munro (basse) et Clive Muldoon (guitare), vite remplacés par Sid Bishop (guitare), Cord Rees (basse) et Russell Hunter (batterie). Entre 1967 et 1969, les Deviants vont commettre trois albums qui auront peu d'impact commercial mais une grande influence sur la scène underground anglaise.

Depuis 1967, l'œuvre des Deviants a été réévaluée et on ne peut que se réjouir d'une nouvelle édition de leurs trois albums par la maison Esoteric Recordings. Ceci aidera les jeunes générations à retrouver l'âme d'un rock qui n'avait aucun complexe à être fou et irrévérencieux.

Le premier album "Ptooff!" est un happening déconcertant à lui tout seul. En plein Flower Power, Mick Farren et sa bande distillent un poison lysergique monté sur des aiguilles de guitares acides (l’inquiétant "I’m coming home"), commettent des larcins soniques à base de blues abruti ("Charlie") ou élucubrent sans désemparer avec des montages sonores déroutants ("Nothing man"). La palme revient à "Garbage", crasseux et magnifiquement grotesque, et à "Deviation street", longue corrida hendrixienne trempée dans l’acide et le délire zappaïen. Au milieu de ce cafouillis ésotérico-électrique, Mick Farren vient nous dire qu’il a enfin compris qu’il est un être humain en parfaite adéquation avec l’univers. Ce premier opus est financé grâce à un fils à papa de 21 ans qui investit 700 £ dans sa production sur le label Undeground Impressarios, propriété des Deviants. Le disque se distribue d'abord via la presse underground, jusqu'à ce que le label Decca ne le commercialise sous une forme un peu plus accessible. C'est le légendaire DJ John Peel lui-même qui en écrit les notes de couverture et déclare qu'"il y a peu de choses qui ne soient pas bonnes, beaucoup qui sont excellentes et aussi l'éclair occasionnel de génie". Ces lauriers n'empêcheront pas ce premier disque des Deviants de passer inaperçu.

François Becquart
Pays: GB
Esoteric Recordings ECLEC 2118
Sortie: 2009/04/27 (réédition, original 1967)


Lu: 1811
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium