Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Arthur Brown (1942)
  • Jeff Beck (1944)
  • Colin Blunstone (1945)
  • Mick Fleetwood (1947)
  • Patrick Moraz (1948)
  • John Illsey (1949)
  • Derrick "Duckie" Simpson (1950)
  • Terence Wilson (1957)
  • Jeff Cease (1957)
  • Andy McCluskey (1959)
  • Curt Smith (1961)
  • Emppu Vuorinen (1978)
  • †Thomas Iain Smith (2007)
  • †Dave Carpenter (2008)
  • †Peter Quaife (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 155 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 549 658
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


FANTASMAGORIA - Day & Night
/ paru le 03-08-2009 /

Ce quintette japonais s’est constitué en 2003 à Tokyo. L’initiative en revient à la violoniste Miki Fujimoto, diplômée de différentes écoles de musiques aux Etats-Unis, en Espagne et au Japon. C’est dans une de ces écoles, au Japon, qu’elle a rencontré ses quatre compagnons. En 2004, le groupe sort un premier enregistrement d’une vingtaine de minutes, « Energic Live Demo ». Il se produit surtout au Japon, mais participe également à l’étranger à quelques festivals plus axés sur la Musique Progressive.

Avec « Day and Night », les amateurs de Fusions Jazz-Rock et de Rock Progressif seront ravis, surtout s'ils apprécient la musique instrumentale élégante, mélodieuse et techniquement solide.

La plupart du temps, la violoniste évolue à l’avant scène. Précision, technicité, et harmonie sont les mots qui caractérisent le mieux son jeu. Il résulte sans conteste d’une formation musicale poussée. Par moment, la volonté de bien faire et une certaine rigidité de forme auraient tendance à lisser son propos. C’est là que le rôle du guitariste est intéressant. Une de ses forces réside dans sa capacité à imposer l'ouverture et à diriger l’ensemble vers de nouvelles sonorités, plus radicales, qu’empruntent alors aussi sa patronne. Il peut radicalement hausser le ton, bousculer la mécanique et, en conséquence, modifier l’atmosphère. Il incarne tour à tour l’accompagnateur discret et fidèle, et l’instigateur du changement. Le claviériste ne se montre jamais envahissant, mais à chaque intervention, il parvient à amener une couleur particulière. Le bassiste est efficace, mais plutôt réservé, au contraire du batteur, très volubile.

Les compositions sont bien ficelées et impeccablement interprétées. Elles sont le fruit d’artistes possédant leur art. Comme déjà souligné, le talent de la violoniste sans la fougue du guitariste n’aurait probablement pas apporté un résultat aussi convainquant.

Au départ, la fibre classique est très présente dans « Crusader » avec le violon et les sonorités de clavecin. Rapidement, le guitariste met le feu aux poudres avec l’aide du percussionniste. Le tempo s’accélère et le violon reprend son leadership. (6.5/10)

Lancé par une guitare bien carrée, « Blue Rice » est repris en main par un violon moins agressif. En fin de partie pourtant, tout explose sous l’impulsion de la guitare et on retrouve alors les saveurs du Mahavishnu Orchestra, à l’époque de Jean-Luc Ponty. (7/10)

« Into the Sea » rappelle plutôt le travail de Jean-Luc Ponty en solo, au travers d’un album comme « Enigmatic Ocean ». Le violon domine nettement. (7.5/10)

Une autre catégorie de Fusion apparaît avec « MNK ». Musclée, elle rappelle plutôt l’approche d’un Derek Sherinian. La guitare tranche et file en solo, les claviers sont vifs, le violon tire la mécanique. (8/10)

« The Sparrow » ramène la sérénité. Le violon progresse en solo, tout en finesse, avec un appui discret de la guitare et des claviers. La fin s’anime pour retrouver une ligne Jazz-Rock plus classique. (7.5/10)

L'introduction d'« Anticlimax » à la guitare pèse des tonnes. Le violon accélère alors nettement le rythme et fluidifie l’ensemble. Le claviériste se contente de mettre la couverture appropriée. (7.5/10)

« Omoplatta » déboule à toute vitesse. Le Mahavishnu Orchestra n’est à nouveau pas bien loin. Le jeu de guitare rappelle plus Steve Lukather que John McLaughlin. (8/10)

« Traveling Space » est une réussite sur tous les plans : structure complexe, mélange des genres et des instruments, solo de violon, enrobage des claviers, rythmique d’enfer. (8/10)

« Joanni » débute comme une ballade classique avant de muter vers un Rock Progressif plus flamboyant situé entre Curved Air, Styx et Saga. (8/10)

Seule composition du guitariste, « Lights that Fall Down the Hill » n’impressionne pas outre mesure. Elle paraît totalement écrite pour la mise en valeur du violon. (6/10)

« Epic » constitue le pic absolu de l’album. C’est une Fusion Jazz-Rock de grande classe où la violoniste s'exprime au maximum de ses possibilités. Derrière, les quatre autres font tout ce qu’ils peuvent pour encore donner une ampleur supplémentaire à ce moment exceptionnel. (9/10)

Une fois de plus, on ne peut qu'admettre que le Japon recèle de nombreux artistes de calibre. D'ailleurs, l’organisation d’une rencontre entre Fantasmagoria et KBB (voir chroniques), avec leur violoniste respectif, Miki Fujimoto et Akihisa Tsuboy, mériterait d’être étudiée, pour le bonheur de tous.

En conclusion, voici un album à ne pas manquer ! Et qu'on ne s'y trompe pas, Fantasmagoria peut encore faire mieux.

Les titres (59’31) :

  1. « Crusader » (Fujimoto)(4’06)
  2. « Blue Rice » (Nakashima)(3’40)
  3. « Into the Sea » (Fujimoto)(5’11)
  4. « MNK » (Yoshida)(5’36)
  5. « The Sparrow » (Nakashima)(6’07)
  6. « Anticlimax » (Nakashima)(6’56)
  7. « Omoplatta » (Yoshida)(4’29)
  8. « Traveling Space » (Fujimoto)(5’18)
  9. « Joanni » (Fujimoto)(7’23)
  10. « Lights that Fall Down the Hill » (Ozaki)(5’33)
  11. « Epic » (Fujimoto)(5’09)
Le groupe :
  • Miki Fujimoto : Violon
  • Junpei Ozaki : Guitare
  • Ryuichi Odani : Claviers
  • Naoki Kitao : Basse
  • Masataka Suwa : Batterie

JPS1er
Pays: JP
Musea Records FGBG 4808.AR / Poseidon PRF-051
Sortie: 2009/03


Lu: 1459
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 76
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium