Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 381
7 derniers jours:
Interview de Leo Leoni
30 derniers jours:
News en vrac : volume 371

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Eartha Kitt (1927)
  • Grady Martin (1929)
  • John Perrone (1935)
  • Chris Montez (1944)
  • William Hart (1945)
  • Dominic Troiano (1946)
  • Mick Taylor (1948)
  • Sheila Hutchinson (1953)
  • Steve Earle (1955)
  • Paul Young (1956)
  • Susannah Hoffs (1957)
  • Simone Simons (1985)
  • †Dale Griffin (2016)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6820 membres.
- En ligne, nous sommes 187 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 613 610
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


EX.VAGUS - Dream object 5
/ paru le 06-11-2009 /

Ex.Vagus réalise avec « Dream object 5 » son 5e album. Fondé en 1996 et bercé dans leurs influences Marillion, Yes, Dream Theater, Genesis, Atoll, Ange, etc, Ex.Vagus propose un rock mélodique, symphonique et lyrique de grande qualité. Très introduit dans le circuit prog français, Ex.Vagus a déjà assuré les premières parties de groupes tels que Barclay James Harvest, Focus, Ars Nova, The Watch et Ange, et a notamment joué à la Convention Prog-résiste en 2005, en laissant d’ailleurs une trace de leur passage sur le DVD de cette Convention, aux côtés de Riverside et Focus.

« Dream object 5 » est chanté en anglais, ce qui constitue une première dans la discographie de ce groupe français grenoblois. Ce choix leur a été dicté parce que, malgré l’excellent accueil dans la presse et les concerts en première partie de groupes internationaux renommés, il leur devenait difficile, selon les propres termes du claviériste, d’une part de tourner en « intra-hexagone », d’autre part « d'aller fouler les scènes à l'étranger (hors francophonie) à cause justement du français ». Du coup, le côté « Ange » qui oblitérait leurs précédents albums (et notamment « Ames Vagabondes ») disparaît un peu pour faire place à une coloration plus néo-prog, ainsi que l’atteste le premier titre de l’album « Trash Vortex », avec le chant très habité de Eric Vedovati, dont le thème porte sur la pollution maritime.

Les musiques sont signées par les 4 musiciens tandis que les textes le sont par Vedovati et concernent des thèmes actuels tels que l’industrialisation outrancière et la pollution ou le pouvoir, tous tournants autour de ce qui pourrait être une sorte de photographie instantanée et actuelle du destin humain, avec ses possibles pessimistes et/ou plus optimistes. « Lostaway » aborde la déshumanisation industrielle et sociétale sur une structure en plusieurs mouvements démarrant avec un riff acoustique très réussi, plus tard un moment assez imagé dans lequel on décèle le rythme de machines productives industrielles ou encore un passage chanté a capella en chœur. « The conqueror’s weapons » raconte les mémoires d’un mercenaire et s’articule en deux parties, la première assez enlevée, la deuxième sur une ambiance plus calme qui va en crescendo vers une finale plus symphonique.

7 titres déclinent ainsi sur plus de 60 minutes des ambiances et des musiques fouillées sur le mode néo-prog. « Some fallen dust » traite du pouvoir corrompu, le splendide « Stravinsky’s gondola » narre de façon plus originale l’histoire de sa vie par un fantôme et débute avec une superbe intro tout en retenue. « Once upon a time » parodie de manière assez acerbe un conte de Grimm et « The Clay spirits » revient sur la découverte du Nouveau Monde et du génocide indien sur plus de 12 minutes et sur la même architecture musicale que dans le reste de l’album, qui privilégie les changements de rythme et d’ambiance sans jamais de démonstration gratuite, proposant des claviers nappants et une guitare incisive, avec la voix toujours assez théâtralisée de Vedovati, dans un registre proche de celles de Christian Décamps et de Fish époque Marillion.

« Dream object 5 » s’adresse à qui apprécie Marillion, Ange, The Watch et le néo- prog. La production est claire et le chant particulier d’Eric Vedovati donne une touche personnelle au paysage sonore d’Ex.Vagus. Son accent anglais interpelle parfois, mais sans déranger, saluons plutôt la décision de chanter en anglais et la volonté de s’ouvrir au marché international. Assurément une très belle réalisation française prog.

Musiciens :

  • Xavier Le Loupp - guitares
  • Thierry Lesaffre - batterie
  • Loic Consolin - basse
  • Dominique Barboyon - claviers
  • Eric Vedovati - chant
Liste des morceaux :
  1. Trash Vortex 6:04
  2. Lostaway 11:28
  3. The Conqueror's Weapons 9:19
  4. Some Fallen Dust 6:58
  5. Stravinsky's Gondola 13:03
  6. Once Upon a Dime 6:26
  7. The Clay Spirits 12:43

Eric Piettre
Pays: FR
REV PROG RPEV200909/2
Sortie: 2009/09/15


Lu: 1748
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 42
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium