Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Tommy Hunt (1933)
  • Don "Sugarcane" Harris (1938)
  • Paul McCartney (1942)
  • Jerome Smith (1953)
  • Tom Bailey (1957)
  • Alison Moyet (1961)
  • Simon Rowbottom (1969)
  • Nathan Morris (1971)
  • †Clarence Clemons (2011)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 172 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 453 831
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BOLLOCK BROTHERS (The) - Last will and testament
/ paru le 08-11-2009 /

Ils reviennent d’outre-tombe. Mais étaient-ils seulement morts, les Bollock Brothers? Pas du tout! Enfin, peut-être à l’exception de Mark Humphries, le gros claviériste qui avait rejoint le groupe en 1996 et qui est décédé en 2008. Le nouvel album des Bollock Brothers lui est d’ailleurs dédié. Alors, comment se porte ce groupe culte anglais qui affiche maintenant au compteur une trentaine d’années d’existence? Pas trop mal, toujours en promenade dans son punk imbibé de new wave décalée et qui a fait passer les Bollock Brothers pour des Stranglers ayant cultivé le sens de la dérision.

Dans les années 80, les Bollock Brothers se sont fait remarquer avec un premier album qui n’était autre qu’un disque de reprises électroniques du "Never mind the bollocks" des Sex Pistols. On trouvait déjà le nonchalant Jock McDonald, qui commença ses méfaits dans l’existence en tant que DJ. L’autre moment de gloire dans les années 80 a été la reprise de "Harley David son of a bitch" de Serge Gainsbourg. On peut citer deux excellents albums dans les années 80, "The four horsemen of Apocalypse" (1985) et "The prophecies of Nostradamus" (1987). Puis, ce fut un long cheminement dans l’underground, avec quelques rares disques passés presque inaperçus ("The dead sea scrolls" en 1991 et "Blood sweat and beers" en 1996). Les Frères Couilles semblaient avoir disparu de la circulation après leur dernier disque "Jesus lives" de 2001 mais ils ont retrouvé les moyens de rebondir en Belgique grâce au petit label Rockaway Beat qui sort ici son premier disque. Lorsqu’on voit sur YouTube cette vidéo des Bollock Brothers improvisant un petit concert à Bruxelles sur le pas-de-porte du magasin de disques Rockaway Beat, il semble évident que c’est cette excellente échoppe qui a pris l’initiative de relancer la carrière des Bollock Brothers en terre belge.

On se retrouve donc avec un "Last will and testament", dont on espère que ce n’est pas un titre à prendre à la lettre, les Bollock Brothers donnant au contraire l’impression d’avoir encore de la ressource et de n’être pas encore mûrs pour le tombeau. Ce disque comprend de nouvelles compositions, quelques titres en live et des reprises, notamment du "Search and destroy" des Stooges et du "Harley Davidson" de Serge Gainsbourg (mais cette fois la version chantée par Brigitte Bardot). Les Bollock, c’est un groupe tout en originalité, un rien décalé, qui a ses aficionados et qui laissera les autres indifférents. C’est un monde à prendre où à laisser. Mais que ceux qui ne les connaissent pas leur laissent donc une chance de les envoûter, ils feront peut-être une excellente affaire.

François Becquart
Pays: GB
Rockaway Beat 001
Sortie: 2009/05/22


Lu: 3743
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 14
• Semaines de présence au Top 30: 8
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

Francois Becquart
le 09/11/2009
Petite précision de dernière minute, qui m'a été communiquée par Thierry Sergoynne, du management des Bollock Brothers : la chanson "Harley David son of a bitch" n'est pas à proprement parler une reprise, puisque c'est Serge Gainsbourg lui-même, devenu ami de Jock McDonald, qui a autorisé les Bollock Brothers à disposer de cette chanson comme bon leur semblait. C'est donc plus un cadeau d'ami qu'une transaction commerciale dont il est question, et c'est un beau geste dont il faut remercier le grand Serge. Chapeau!

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium