Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 168 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 419 532
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BRUTUS - Brutus
/ paru le 31-03-2010 /

Birmingham, Grande-Bretagne, 1969 – Oslo, Norvège, 2010 ; même combat. Sortez les pantalons à pattes d’éléphant et les cigarettes qui font rire, car Brutus vous emmène pour un voyage psychédélique dans le temps. Cap sur les seventies à la (re)découverte de la grande époque du Heavy Rock.

Première étape, 2006, Olso. Trois Suédois et deux Norvégiens passent de longues soirées à discuter musique dans leur bar préféré. Tous les échanges de points de vues houleux et interminables au sujet des premiers albums de Black Sabbath et les débats éclairés sur la meilleure période de la carrière de Jimi Hendrix mènent immanquablement à cette conclusion impitoyable : ‘décidément, tout sonnait bien mieux avant’ ! Étape suivante : les greniers où nos cinq chevelus redécouvrent et comparent leurs collections de vinyles respectives. Le garage ensuite, où, armés de leurs instruments Jokke au micro, Knut-Ole à la batterie, Krille à la basse, Johan et Kim aux guitares réinventent le son du heavy rock vintage. Été 2009, détour par Gothenburg en Suède. Enfermés onze jours et onze nuits au Music-A-Matic Studio (Hellacopters, Sator, DAD) avec le producteur Henryk Lipp et l’ingé-son Micke Nilsson, Brutus met en enfin boite les huit titres de son premier album éponyme.

Les cinq heavy-rockers scandinaves peuvent se réjouir. Leur but est atteint. "Brutus" sonne comme s’il avait été enregistré dans les seventies. Tout y est : la voix de Jokke est aussi nasillarde que celle du Ozzy Osbourne des quatre premiers albums de Black Sabbath, la basse ronfle et groove pour soutenir les riffs gras et psychédéliques. Toutes les influences du groupe sont là. Sabbath et Hendrix bien sûr, mais aussi Blue Cheer, Grand Funk, Mountain et Sweet. Sur le bluesy "Golden Town", c’est Ozzy qui rencontre Led Zeppelin, tandis que "Swamp City Blues" fait revivre le Deep Purple Mark III de Tommy Bolin, Glen Hughes et David Coverdale.

Si les albums de Witchcraft, Fuzz Manta, Wolfmother, Gravayard ou ceux de n’importe lequel des combos seventies cités ci-dessus encombrent vos étagères, il y a de fortes chance que le "Brutus" de Brutus puisse s’y trouver lui aussi une place de choix.

Michel Serry
Pays: NO
Transubstans Records
Sortie: 2010/03/26


Lu: 2042
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 39
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium