Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 160 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 413 589
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ELECTRIC RED - In This Machine
/ paru le 19-07-2010 /

Début août 2010, Electric Red déboule de Belfast (Irlande du Nord) avec sous ses bras velus et probablement tatoués ce "In This Machine", un premier album heavy rock rempli jusqu’au goulot de riffs encore plus lourds qu’une pinte de Guiness tiède sur un estomac fragile.

Bien que le combo n’ait, théoriquement, été fondé qu’en 2008, ses membres se côtoient déjà depuis un bon nombre d’années puisqu’ils sont amis depuis 1997 et qu’ils ont tous joué dans Involution, un obscur groupe irlandais qui a publié trois CDs entre 2001 et 2006. Déjà auteur d’un EP trois titres intitulé "ION" (NDR : disponible en téléchargement gratuit sur son site web officiel, le poids lourd irlandais a choisi notre label national Buzzville Records pour sortir son premier album entièrement autoproduit.

Electric Red s’inscrit dans cette lignée de groupes au style indescriptibles dont la musique s’inspire autant du heavy rock des seventies que des groupes lourdingues modernes qui pratiquent le post-hardcore, le stoner ou le sludge. Les guitares de Dee Cleland et Gareth White sont aussi lourdes qu’inspirées quant à la section rythmique assurée par les frères Rory Sweeney (basse) et Conor Sweeney (batterie), elle martèle autant qu’une casquette plombée le lendemain d’un jour de fête.

S’il faut donner un avis personnel (NDR : c’est un peu mon boulot quand même), ce serait que le point faible d'Electric Red, c'est le chant. Assurés en alternance par Rory et Gareth, les vocaux sont monocordes, sans relief et, il faut bien le dire, assez lassant à la longue.

Si la musique de Baronness, Torche ou des premiers albums de Mastodon vous interpelle, il est vous est fortement conseillé de jeter une oreille sur cet album.

Michel Serry
Pays: IA
Buzzville Records ERCD001
Sortie: 2010/08/02


Lu: 1479
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 35
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium