Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Vikki Carr (1941)
  • George Frayne (1944)
  • Allan Gorrie (1946)
  • Brian May (1947)
  • Bernie Leadon (1947)
  • Keith Godchaux (1947)
  • Allen Collins (1952)
  • Kevin Haskins (1960)
  • Leroy Wolfgramm (1966)
  • Ged Lynch (1968)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 174 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 004 150
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BROTHERS OF THE SOUTHLAND - Blue Sunrise
/ paru le 02-08-2010 /

Imaginé en 2006 par le guitariste George McCorkle (Marshall Tucker Band), décédé peu après d’un cancer, et le producteur D. Scott Miller, ce projet regroupe quelques personnalités notoires de l’univers du Southern Rock, en tête desquelles il faut citer Jim Hall (Wet Willie) et Henry Paul (Outlaws, Henry Paul Band, BlackHawk), réputés dès les années septante et déjà leader ou co-leader de leur groupe respectif.

Seconds couteaux de talent, disposant d’une réputation déjà ancienne auprès de groupes ou d’artistes d’envergure, ayant parfois rencontrés un succès personnel, « Dangerous » Dan Toler (Dickey Betts, Allman Brothers, Greg Allman Band), Steve Grisham (Outlaws à partir des années 1980), Mike Brignardello (des sessions à la pelle), Steve Gorman (Black Crowes) et Jay Boy Adams méritent aussi leur étoile. De la génération suivante, Bo Bice s’est fait connaître par le retentissant succès de son album « The Real Thing » en 2005.

Déjà sorti l’année dernière aux États-Unis sous le titre de « Brothers of the Southland », cet album sans réelle surprise, mais construit sur de bonnes compositions, est indéniablement réussi. En fait, il représente un joli condensé d’une certaine musique du Sud. Le ton général rappelle tour à tour Marshall Tucker Band, Charlie Daniels, la grande famille de l’Allman Brothers, Wet Willie et les Outlaws. Par contre, Lynyrd Skynyrd est peu représenté ; Blackfoot et Molly Hatchet quasiment pas.

A l’écoute, le chant est toujours d’excellente qualité, évidemment différent en fonction de l’histoire et du style de l’interprète. Le seul regret vient du fait qu’ils ne chantent pas ensemble. Les six-cordes sont nombreuses. Dans la tradition du Sud, elles finissent toujours par assurer une bonne part du spectacle. Les solos et les duels sont fréquents et attrayants. L’harmonica et les cuivres collent particulièrement bien au Rhythm & Blues chatoyant de Jim Hall. La basse et la batterie tiennent leur rôle avec une efficacité indiscutable, mais sans flamme particulière.

« Can’t You See » et « Dreams » sont les seuls titres chantés par Bo Bice. Sa voix chaude et épaisse leur convient parfaitement. De plus, les guitares sont omniprésentes et glissent à souhait. Cependant, il faut reconnaître qu’il n’a pris aucun risque avec ces reprises célèbres, maintes fois interprétées depuis leur création dans la première moitié des années septante.

Par contre, chaque plage chantée par Henry Paul est une petite merveille en soi. Il faut rappeler que l’homme quitta les Outlaws après leurs trois premiers albums, littéralement étouffé au milieu des deux fantastiques duellistes, maintenant décédés, Billy Jones et Hughie Thomasson. Leurs qualités de chanteur ajoutées à celles de Harvey Dalton Arnold, remplaçant du bassiste Frank O’Keefe (aussi décédé), n’avaient rien arrangé, le repoussant encore un peu plus à la marge. La formation du Henry Paul Band et la reformation d’Outlaws sous sa houlette dans les années quatre-vingts remirent mieux en avant sa valeur réelle. Elle s’apprécie ici. Excellent mélodiste et chanteur, amateur de ballades, plus Country, il sait aussi laisser la place aux guitares pour qu’elles croisent le fer et s’expriment en solo.

Wet Willie fut un de mes groupes favoris tout au long des années 1970. Le groupe mené par Jim Hall fut souvent remanié, pour le faire évoluer selon ses dires. Dans la constellation des groupes du sud, il fut l'un des rares à oeuvrer sur un panel aussi large, tant au niveau des styles que des instruments utilisés. Rock, Rhythm & Blues, Soul, Gospel, Blues et Jazz firent partie de l’aventure. Voix, guitares, claviers, cuivres et harmonica furent placés sur le même pied. Toutes ces saveurs se retrouvent avec la même acuité dans les plages interprétées ici par cet artiste exceptionnel, qui chanta aussi sur l’album « Flash » de Jeff Beck.

Le formidable « Pray for Me » se positionne à part. Il s’agit du seul titre où la construction, les guitares, le chant et ton général rappellent la famille Lynyrd Skynyrd ; en fait, plus précisément, le Rossington Collins Band.

En conclusion, « Blue Sunrise » intéressera, à coup sûr, les amateurs du grand Southern Rock des années septante. Cependant, cet enregistrement confirme une fois de plus que la vraie relève tarde à apparaître.

Les titres :

  1. « Rock and Roll Survivor » (D. Scott Miller/Jim Weatherly/George McCorkle)(3’52)
  2. « Can’t You See » (Toy Caldwell)(7’30)
  3. « Brothers of the Southland » (Henry Paul/Dave Robbins/Jim Peterick)(6’57)
  4. « Travelin’ Light » (D. Scott Miller/Steve Grisham/George McCorkle)(3’46)
  5. « Dreams » (Greg Allman)(5’38)
  6. « Blue Sunrise » (Jaime Hanna/Charles English/Alan Miller)(3’42)
  7. « Love Don’t Care » (Jim McCormick/Dallas Davidson)(2’55)
  8. « Dixie Highway » (Henry Paul/Chuck Glass)(4’28)
  9. « Pray for Me » (D. Scott Miller/Steve Grisham)(3’34)
  10. « Black in the Day » (D. Scott Miller/Henry Paul)(3’53)
  11. « Change a Comin’ » (Jimmy Hall/Mark Selby)(3’39)
  12. « The Long Goodbye » (Jimmy Hall/Jeff Silbar)(5’56)
  13. « Can’t You See » (Toy Caldwell)(*)(3’57)
(*) bonus

Les interprètes :
  • Jimmy Hall : Chant (1,4,7,11,12) Saxophone & Harmonica
  • Henry Paul : Chant (3,6,8,10), Guitares & Mandoline
  • Bo Bice : Chant (2,5,13) & Guitares
  • « Dangerous » Dan Toler : Guitares
  • Jay Boy Adams : Guitares
  • Steve Grisham : Guitares & Chant
  • Mike Brignardello : Basse
  • Steve Gorman : Batterie
    +
  • D. Scott Miller : Production & Guitares
  • Mark Selby : Guitares
  • Charlie South : Guitares
  • Pat Buchanan : Guitares
  • Reece Wynans : Claviers
  • Mike Rojas : Claviers
  • Derek Wolford : Batterie
  • Mark Beckett : Percussions
  • David Herrera : Cuivres
  • Rufus Long : Cuivres
  • Alan Javorcky : Cuivres
  • Quintman Dennis : Cuivres
  • George McCorkle : Chœurs
  • Charity White : Chœurs
  • Mona Lisa French : Chœurs
  • Russell Terrell : Chœurs

JPS1er
Pays: US
Blues Boulevard Records 250270
Sortie: 2010/06


Lu: 2615
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 32
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium