Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 193 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 461 116
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


FLOWER KINGS (The) - Adam & Eve
/ paru le 26-07-2004 /

Après le superbe double album "Unfold the Future" sorti en 2002, The Flower Kings nous reviennent avec ce nouvel opus "Adam & Eve". Roine Stolt et sa bande allaient-ils pouvoir faire mieux ? Tout d'abord, notons que la chanteur de Pain Of Salvation, Daniel Gildenlöw, est à nouveau présent. Mais cette fois, il semble faire partie intégrante du groupe. Un plus indéniable pour les Flower Kings comme on avait déjà pu le constater lors de la tournée qui était passée par le Spirit of 66 en novembre 2002. Quant à Hasse Bruniusson, même s'il ne suit pas le groupe lors des tournées, il est bien présent aux percussions sur chaque album. Côté production, exit Don Azzaro. C'est Maître Stolt qui s'y colle.

Cette fois, l'album qu'ils nous proposent est un simple. Il débute avec "Love Supreme", un épique de près de vingt minutes. Roine Stolt nous invite à la recherche de l'amour ultime, celui qui est plus fort que tout, plus que la relation entre une femme et un homme, la famille ou même la race humaine. Ce morceau est une parfaite continuation de "Unfold The Future". Les arrangements sont sophistiqués et subliminaux. La basse de Jonas Reingold est extraordinaire. Il confirme qu'il est actuellement un des meilleurs bassistes au monde. Les voix de Hasse Fröberg et de Roine Stolt sont superbes et celle de Daniel Gildenlöw démontre si besoin est que son apport au groupe est de la plus haute importance. Ce "Love Supreme" est sans aucun doute une des pièces maîtresses de l'opus.

Les mystères de la vie nous sont ensuite contés avec "Cosmic Circus". Ce titre est terriblement accrocheur et ferait un excellent simple, ce que ses trois minutes lui permettent. Il est suivi par le court instrumental "Babylon", une composition de Tomas Bodin et Roine Stolt qui nous emmène au coeur des meilleures mélodies d'un Genesis du temps de "Selling England By The Pound" ou "Wind & Wuthering".

Dès les premières notes de "A Vampires View", on comprend que ce morceau sera aussi un grand moment. Il décrit le monde vu par un vampire. L'occasion est trop belle. Voici donc une critique du monde politique mais aussi de celui des affaires et du profit. Le chant invective, interpelle, nous suce jusqu'au sang tant que faire se peut. Frissons garantis avec à nouveau un mélange exceptionnel des voix, une des forces des Flower Kings. Ce sont souvent les "vieux" chefs d'oeuvres qui nous filent les frissons. Et bien ici, c'est un morceau tout neuf tout frais qui le fera et cela est indéniablement un gage de très haute qualité. Suit "Days Gone By", à nouveau composé par Bodin et Stolt. C'est un court instrumental où le piano aura la part belle.

Nous plongeons ensuite au sein de "Adam & Eve". C'est la complexité des relations homme-femme qui y sont décrites, jusqu'à l'exploitation de la sexualité dans les magazines, à la télévision ou sur internet. Le morceau est plus violent, beaucoup plus violent, tant vocalement que musicalement. Adam et Eve ne peuvent vivre ensemble tant leurs différences sont grandes, mais ils ne peuvent non plus vivre séparément. Ils ont besoin l'un de l'autre. C'est presque comme une maladie génétiquement incurable que Dieu leur aurait laissée. "Starlight Man" est un peu comme "Cosmic Circus". C'est un titre au format single, sans connotation péjorative ! Il aborde les relations d'amitié.

Vient alors "Timelines", composé par Roine Stolt et Jonas Reingold. Avec son côté acoustique tout en douceur, c'est presqu'une ballade à la Flower Kings qui nous est proposée avec, en prime, un petit passage jazzy très affriollant. Elle séduit de bout en bout, mais de ballade elle deviendra très rock et violente sur la fin. Autre pièce maîtresse, c'est "Drivers Seat". Tout comme "Love Supreme", cette pièce forte de plus de 18 minutes s'inscrit bien dans la continuité de "Unfold the Future" avec ses arrangements complexes et variés, la basse virevoltante de Jonas Reingold et ce mélange extasiaque des voix. Il faut aussi noter l'excellent travail du batteur Zoltan Csörsz. Le thème abordé est la façon dont nous sommes quotidiennement manipulés par les médias.

L'album se termine alors avec un instrumental. C'est "The Blade Of Cain". A l'origine, Roine Stolt l'avait composé comme un final pour le titre "Adam & Eve". Il a ensuite décidé d'en faire un morceau à part entière. Pour cela, il faut l'en remercier. C'est un superbe titre qui clôture ainsi l'album. L'emprise des mélodies est totale. C'est l'apothéose.

Ce "Adam & Eve" est indéniablement le chef d'oeuvre à ce jour des Flower Kings. D'un bout à l'autre, il n'y a absolument rien à jeter. Tout est de la plus haute importance. Mais, attention ! A la première écoute, vous aurez peut-être des doutes. A la seconde aussi sans doute... Aussi, il vous faudra encore l'écouter, et le ré-écouter, et cela plusieurs fois avant d'en percevoir tous les instants de bonheur qu'il contient. Mais, n'est-ce pas là le secret des tous grands albums ?

The Flower Kings seront au Spirit of 66 le 16 octobre prochain pour nous dévoiler sur scène cet excellent nouvel opus. En novembre 2002, leur concert avait duré plus de 3 heures ! A ne manquer sous aucun prétexte !

JPL
Pays: SE
InsideOut IOMCD 174
Sortie: 2004/07/26


Lu: 5680
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium