Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 177 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 455 886
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BRAINTICKET - Psychonaut
/ paru le 26-08-2010 /

Le label Esoteric Recordings est maintenant bien connu des amateurs de rock progressif Seventies pour rééditer de petites perles de cette grande époque. Esoteric a étendu ses activités avec son sous-label Atomhenge qui réédite spécifiquement les œuvres de Hawkwind et de ses musiciens, et voici maintenant qu'il se développe encore un peu plus avec un nouveau sous-label appelé Reactive, dédié au rock progressif allemand des années 70.

Le rock progressif teuton, également appelé krautrock, est un univers dans l'univers du rock progressif classique. La scène allemande était en effet extrêmement riche d'une multitude de groupes, qui officiaient dans l'électronique ou le planant (Ash Ra Tempel, Tangerine Dream, Popol Vuh, Klaus Schulze), dans le progressif déjanté (Guru Guru, Amon Düül II) ou bien lourd (Birth Control, Silberbart, Message). Outre l'Allemagne, le krautrock avait aussi englobé les autres pays germanophones : l'Autriche (Eela Craig, Kapputer Hamster) ou la Suisse qui nous intéresse plus particulièrement ici avec le groupe Brainticket.

Ce groupe devrait plutôt être qualifié d'européen, car on trouve dans ses rangs un fondateur belge (Joel Vandroogenbroeck) et des musiciens suisses, italiens et même américains. Brainticket est formé à Bâle en 1968 par Joel Vandroogenbroeck (claviers, chant et flûte), Ron Bryer (guitare), Werni Frohlich (basse), Helmuth Kolbe (claviers), Cosimo Lampis (batterie), Dawn Muir (chant) et Wolfgang Paap (percussions, tabla). Nous sommes alors en pleine effervescence psychédélique et le krautrock est en train d'émerger. Avant de sortir un premier album, certains membres de Brainticket se retrouvent sur un projet appelé Drum Circus qui sort en 1971 un album complètement fou, "Magic circus". Les textes des chansons ont été écrits par le fameux Thimothy Leary, le pape du LSD alors en exil en Suisse.

C'est aussi en 1971 que Brainticket sort son premier album "Cottonwoodhill". On est ici encore en plein délire expérimental, dans le croisement entre Frank Zappa et Funkadelic. Une chanson décrit ce qui se passe dans l'esprit lors d'un trip au LSD, vous voyez l'ambiance ? Brainticket se place alors en précurseur de la musique psychédélique d'obédience électronique avec cet album que les spécialistes considèrent comme un des tout grands de la scène musicale progressive européenne.

En 1972, Joel Vandroogenbroeck remanie complètement son groupe et part jouer en Italie. Carol Muriel (chant, petite amie de Joel Vandroogenbroeck), Barney Palm (batterie), Jane Free (chant et tambourin), Rolf Hug (guitare) et Martin Sacher (basse et flûte) se retrouvent en studio à Rome autour de Joel Vandroogenbroeck et accouchent de "Psychonaut", un album moins complexe que le précédent, ce qui ne veut pas dire qu'il est très facile d'accès pour autant.

Plus progressif que psychédélique, "Psychonaut" navigue dans des ambiances musicales diverses. On y sent du Hawkwind première époque ou des sonorités venant de groupes comme Quintessence ou les Néerlandais de Group 1850. Les effets électroniques sont utilisés moins massivement que sur le premier album, mais restent encore assez présents. "Radagacuca" débute avec un orgue psychédélique et des échos de flûtes. Le beau "One morning" est tenu par un piano mélancolique et est suivi par le heavy progressif "Watchin' you". "Like a place in the sun" est sombre et cosmique, avec un orgue inquiétant, une rythmique pesante et un chant féminin sépulcral. C'est un grand contraste par rapport à "Feel the wind blow", beaucoup plus détendu et acoustique, juste avant que l'instrumental "Coc'o Mary" ne vienne refermer les débats sur une note progressive issue d'un croisement entre Santana et Jethro Tull.

Cet album vaut vraiment le coup pour tous les amateurs de progressif et de rock allemand de l'époque. Il plaira aussi à tous ceux qui n'ont pas peur des expérimentations musicales et du dépassement des frontières sonores. Braintitcket commettra encore un troisième album durant les années 70, "Celestial ocean".

François Becquart
Pays: CH
Reactive EREACD 1005
Sortie: 2010/06/28 (réédition, original 1972)


Lu: 2762
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium