Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Phil Everly (1939)
  • Janis Joplin (1943)
  • Joe Butler (1943)
  • Rod Evans (1945)
  • Dolly Parton (1946)
  • Harvey Hinsley (1948)
  • Robert Palmer (1949)
  • Francis Buchholz (1950)
  • Dewey Bunnell (1951)
  • Mickey Virtue (1957)
  • Caron Wheeler (1963)
  • †Carl Perkins (1998)
  • †Joe Stubbs (1998)
  • †Wilson Pickett (2006)
  • †Denny Doherty (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6820 membres.
- En ligne, nous sommes 182 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 694 904
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


AVENGED SEVENFOLD - Nightmare
/ paru le 02-09-2010 /

Après avoir subi de plein fouet la mort de leur batteur Jimmy Sullivan en décembre 2009, Avenged Sevenfold surmonte l'épreuve avec son cinquième album "Nightmare", qui fait suite à "Avenged Sevenfold" sorti en 2007. Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce groupe, disons qu'il est catalogué dans le metalcore à tendance mélodique, un peu de thrash metal, un peu de hardcore et beaucoup de mélodies. Ce genre est exigeant, car il prête vite le flanc à la multiplication de groupes faisant tous plus ou moins la même musique, surtout destinée à la frange la plus adolescente des amateurs de rock, en attendant qu'ils terminent leur âge ingrat avant de passer à des groupes plus sérieux.

Avenged Sevenfold est malheureusement en plein dans cette masse de groupes qui ont du mal à se renouveler dans ce genre de musique. On l'a connu assez hardcore lors de son premier album "Sounding the seventh trumpet" (2001), où le chanteur M. Shadows hurlait ses paroles devant un mur de guitares agressives. On n'était pas dans le génie pur, cependant, mais cet album est maintenant à considérer comme un des meilleurs du groupe, suite à la lente évolution d'Avenged Sevenfold vers un métal de plus en plus mélodique et de plus en plus prévisible. Le virage s'amorce déjà avec "Waking the fallen" (2003) puis surtout sur "City of evil" (2005), une œuvre qui leur attire de nouveaux fans mais leur fait perdre ceux de la première heure.

Depuis, Avenged Sevenfold a gagné en popularité, surtout aux États-Unis où son premier album devient finalement disque d'or en 2009 et où le groupe est classé deuxième des meilleurs groupes de la décennie 2000 par le magazine Ultimate Guitar, juste après Metallica. Là, je dois admettre qu'il convient tout de suite de prendre des distances avec ce classement car Avenged Sevenfold juste après Metallica dans les grands groupes de la décennie, il ne faudrait quand même pas trop déconner. Il n'y a que les Américains pour s'aventurer dans de telles affirmations.

Surtout avec la sortie de ce "Nightmare" qui, il faut bien le dire, n'a jamais aussi bien porté son nom. Avenged Sevenfold ne fait plus peur du tout avec cet album. Le seul intérêt du disque est la présence du batteur Mike Portnoy (de Dream Theater) qui vient écraser les fûts. C'est le seul instrument qui attire l'attention, car les guitares se perdent en solos pompeux et les harmonies vocales sonnent comme du Beach Boys entouré de heavy metal. Dès que le groupe attaque une phase agressive, sa course est coupée par des effets mal placés (les petites trompettes sur "Danger line" !) où des phases mélodiques langoureuses qui ôtent aux morceaux leur cohérence rythmique. Une première ballade, encore assez puissante ("Buried alive") intervient au bout du quatrième morceau, annonciatrice d'une vague de morceaux plaintifs et ennuyeux qui vont rendre très difficile l'écoute du dernier tiers de l'album ("So far away", "Victim", "Tonight the world dies", "Fiction").

Il faut faire beaucoup d'efforts pour trouver un bon morceau sur cet album. Une chance se dessine sur "Natural born killer" et ses riffs brutaux et rapides qui s'en sort malgré quelques petits ralentissements. "God hates us" sort également un peu du lot, si on a la patience d'attendre la fin d'une introduction insipide. On espère un dernier titre baston, histoire de finir sur une bonne impression, mais "Save me" et son démarrage calamiteux suivi de guitares pompeuses et d'un chant à la limite du niais rate complètement la cible.

A moins que vous ne soyez fan du groupe ou impliqué dans le metalcore, "Nightmare" est à éviter. C'est sans doute l'album le plus décevant d'Avenged Sevenfold.

François Becquart
Pays: US
Roadrunner RR 7739-2
Sortie: 2010/08/30


Lu: 2659
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 94
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium