Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 155 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 413 469
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BANG TOWER - Casting Shadows
/ paru le 22-11-2010 /

Formé aux États-Unis, ce nouveau Power trio regroupe trois artistes d’horizons différents. Avec le batteur Phil Collins et le guitariste John Goodsall, le bassiste gallois Percy Jones est à l’origine du groupe de Jazz-Rock anglais Brand X en 1974. Il s’est aussi investi quelques années dans Tunnels, un autre projet Jazz-Rock, et a publié deux albums solos. Ses collaborations sont nombreuses avec notamment Brian Eno, David Sylvian, Project Lo, Steve Hackett (« Voyage of the Acolyte »), … En 1976, il avait intégré Soft Machine un cours moment.

Plus jeune, le Canadien Neil Citron passe le plus clair de son temps aux manettes ou à la production, en studio. Dans ce rôle, Steve Vai lui fait confiance depuis plus d’une décennie. En 2001, il fut aussi primé pour son travail sur l’album « No Subtitutions : Live in Osaka » de Steve Lukather et Larry Carlton. Comme guitariste, Lana Lane l’utilise sur la plupart de ses productions depuis de nombreuses années. C’est aussi un passionné d’arts martiaux coréens, tout comme son partenaire américain Walter Garces, membre actuellement des Electric Prunes. Ceux-ci se connaissent de longue date et travaillent ensemble en solo ou pour d’autres (Quiet Riot, …).

À l’écoute, la différence de filiation artistique du Britannique et des deux Nord-Américains est évidente, mais ne choque jamais. Le mariage est harmonieux. Si le bassiste incarne le Jazz-Rock, la teneur de son jeu et l’étendue de son registre ne l’y limitent pas. Elles lui permettent de circuler dans n’importe quelles configurations. Comme Jack Bruce ou Jeff Berlin auxquels il fait penser, il dépasse largement le strict cadre de la rythmique. Ses solos sont d’ailleurs nombreux et de grande classe. Il peut aussi bien les intégrer dans la ligne du morceau qu’au dehors. Lourd ou léger, son jeu reste toujours riche, ample et rond. Peu connu, le guitariste surprend positivement. Son panel est vaste et varié, tant au niveau du style que du jeu. Il sait jouer fort vite, mais éviter la démonstration gratuite, et se traîner sans affadir. Ses changements de tempo sont parfois stupéfiants. À l’occasion, il apprécie beaucoup l’effet et la distorsion. Il peut se montrer tranchant, proche du Heavy Rock, avec un son métallique, mais sait aussi arrondir la forme et s’engouffrer dans un Jazz-Rock plus classique et affiné. Il reste bien en phase avec son partenaire bassiste qu’il cherche parfois, sans ego, à installer sur du velours. Il se crée ainsi un style original qui le place quelque part entre Steve Vai, Joe Satriani, Jeff Beck, Steve Morse et Jimi Hendrix.

De son côté, le batteur ne quitte jamais vraiment son domaine de prédilection, le Heavy Rock. S’il remplit son rôle à la perfection, il ne fait ni dans la complication ni dans le cérébral. Il rappelle Carmine Appice (Vanilla Fudge, Cactus, Beck, Bogert & Appice). Les claviers sont peu utilisés, mais bienvenus. Leur rôle se limite à couvrir ou à poser une atmosphère. L’ensemble est réussi et, qualité supplémentaire, diversifié.

Le premier titre « BBA », les initiales de Beck, Bogert & Appice (un hasard ?), sonne comme les grands trios Hard-Rock créés à partir de la fin des années soixante. C’est bien tourné et ça déménage ! « Sex Me Up » poursuit dans la même voie, mais l’intensité s’est réduite et l’ouverture vers le Jazz se confirme avec le fantastique solo de basse final.

Avec « Hair of the Dog » et « Let Em Drown », on entre pleinement dans une Fusion Jazz-Rock énergique. Langoureux, « Ballad of Wealth » est tout dévolu à la six-cordes. Le rappel au Jeff Beck Jazz-Rock de l’époque «Blow by Blow » et « Wired » est manifeste.

Dans « Main in the Middle », la basse tonne, ronfle et vibre en rythmique ou en solo. La guitare évolue dans un long solo équilibré où toutes les qualités de son exécutant s’expriment. Jeff Beck, Steve Vai et même Steve Salas pourraient se sentir à l’aise dans cette fête.

Avec « Groove Snake », le tempo s’accélère et l’atmosphère se plombe. La Fusion Jazz-Rock incorpore le Heavy Rock Américain. Le batteur frappe fort. Le guitariste durcit le ton. « 1%ters » calme le jeu. Il s’agit d’un petit bijou de Fusion. La composition est à la fois fluide et complexe. Le ton, l’atmosphère et le rythme changent autant que le jeu des instrumentistes. Les suivre individuellement ou dans l’ensemble de cette mécanique alambiquée est un plaisir de chaque instant.

Sans hésitation, « Casting Shadows » plaira aux amateurs de Fusions. Il faut espérer que ce trio poursuivra tant ses qualités sont évidentes. À soixante-trois ans, Percy Jones est au sommet de son art. Quant à Neil Citron, c’est une découverte : il est à classer parmi les Grands et mérite mieux que son relatif anonymat actuel.

Les titres (41’02) :

  1. « BBA » (6’53)
  2. « Sex Me Up » (4’46)
  3. « Hair of the Dog » (5’26)
  4. « Let Em Drown » (3’49)
  5. « Ballad of Wealth » (6’33)
  6. « Man in the Middle » (5’04)
  7. « Groove Snake » (3’20)
  8. « 1%ters » (5’11)
Le trio :
  • Neil Citron : Guitares & Claviers
  • Percy Jones : Basse & Claviers
  • Walter Garces : Batterie & Percussions

JPS1er
Pays: US
Declassified Records DR-1001-P
Sortie: 2010/09/28


Lu: 2444
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 36
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium