Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 178 lecteurs, dont 2 membres.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 460 882
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


COLLINS, Phil - Going Back Live At Roseland Ballroom NYC (DVD)
/ paru le 03-12-2010 /

La mode est aux reprises, alors Phil Collins, l’Albert Frère du charleston, le Bettencourt de la grosse caisse, ou le Bill Gates du microphone ne devait pas être en reste ! Au vu et à l’écoute des dernières superproductions de l’ex batteur et chanteur de Genesis, vous pourriez penser cela, d’ailleurs cette pensée vous a sans doute effleuré l’esprit, avouez ! Vous en arriveriez presque à oublier l’immense batteur, l’excellent arrangeur, le très bon chanteur, bref, le grand musicien qu’est monsieur Collins. Après que son ex-comparse Peter Gabriel nous ait gratifiés d’un album de reprises, originales certes mais figées par les accents d’un orchestre symphonique pourtant techniquement irréprochable, après que Rod Stewart nous ait sorti sa énième version de son "Great American Songbook", que Santana ou Herbie Hancock nous aient pondu des compilations de standards, parfois très bien foutues d’ailleurs, l’ami Phil arrive avec un CD, "Going Back", fait de hits rhythm and blues de la Tamla Motown, le tout agrémenté d’un DVD dont j’ai l’honneur de vous entretenir dans ces lignes.

Le décor est planté, soyons dans l’air du temps, un petit disque de reprises, un bon moyen de se faire un maximum d’argent sans trop se fatiguer à écrire du nouveau. C’est oublier que Phil a toujours fait part de sa passion pour la soul music, que le succès d’une telle aventure anachronique est loin d’être garanti et qu’il ne semble pas au vu des considérations écrites plus haut que l’artiste ait vraiment besoin d’argent ! Sir Collins a d’ailleurs déclaré n’avoir aucune prétention d’apporter quoi que ce soit de nouveau aux Hits qu’il interprète ici, mais d’avoir simplement envie de partager avec son public les trésors de sa jeunesse. Après avoir lu mes considérations profondément métaphysiques sur le produit dont il est ici question, vous aurez compris qu’il me semble que la démarche de l’artiste est tout à fait sincère.

Les 26 standards, présentés ici devant un public new-yorkais enthousiaste, sont interprétés par un "big band" formé d’une section de cuivres (tiens donc !), de choristes, d’un percussionniste, d'un bassiste, de Brad Cole (claviers et direction de l’orchestre), sans oublier les fidèles Darryl Stuermer (guitare) et Chester Thompson (batterie). Le tout sous une présentation d’époque, une grande partie des musiciens se tenant debout derrière des panneaux flanqués des initiales de la star : PC. Au programme : une compilation de tubes produits pour la plupart dans les années soixante par la Motown. Les originaux furent interprétés par les Temptations, les Marvelettes, Smokey Robinson pour ne citer qu’eux. Des incontournables tels que "Papa Was A Rolling Stone", "The Tears Of A Clown", "Dancing In The Street" (chanson qui avait été reprise en 1985 par Mick Jagger et David Bowie), ou encore "Going To A Go Go". Pour l’anecdote, épinglons "Ain’t That Peculiar", interprété à l’origine par Marvin Gaye et qui figurait au répertoire de la première tournée solo de… Peter Gabriel, et "Blame It On The Sun" de Stevie Wonder. En rappel, nous avons évidemment droit au célèbre "You Can’t Hurry Love" des Supremes que Phil reprenait déjà sur son deuxième album "Hello, I Must Be Going" en 1982.

Tout est interprété selon un show sans tache, fignolé au micropoil, à l’américaine. Rien à dire sur la qualité du jeu des musiciens, c’est irréprochable ! Le chant du maître est techniquement très bon, mais il manque de vie, comme si Phil avait peur d’écorcher les trésors de sa jeunesse en y apportant sa touche personnelle. Son jeu de scène manque également de punch, pas de clins d’œil, de bons mots, de plaisanterie. Phil est statique, ce qui ne lui ressemble guère. Autre remarque, pour avoir lu dans les années 80 une interview séparée des (ex)membres de Genesis concernant leurs influences, pour la rubrique "Plein l’oreille" du magazine Télémoustique (ça fait un peu ancien combattant quand j’écris ça, mais bon…), je me souviens qu’à la question "Quel chanteur vous a le plus impressionné sur scène?", les artistes avaient quasiment tous répondu : Otis Redding. Ce dernier me semble-t-il était un des pionniers de la soul music. Sur la liste des chansons ici présentes, aucune des siennes… Ah ? Aretha Franklin, "The Queen of Soul" ? Nada ! James Brown ? Nichts ! Et ne parlons pas de Ray Charles. Il faut dire que Mr Brown enregistrait chez Polydor et les trois autres monstres sacrés chez Atlantic. Rendre hommage à la soul music, excellente initiative, sir, mais pourquoi se limiter à une seule firme de disques ? Phil a-t-il eu peur de dénaturer son idole Otis et les autres grands ?

Un hommage sincère, j’en suis sûr, travaillé avec le plus grand sérieux, mais un peu plat. Un produit fait surtout pour les inconditionnels, mais qui a le mérite de faire découvrir quelques perles de cette musique qui a influencé tant de grands du rock’n’roll aux jeunes générations. Libre à elles de découvrir ensuite les originaux. N’était-ce pas là le seul but poursuivi par Mr Collins ?

Pascal Laurent
Pays: GB
Eagle Rock EREDV808
Sortie: 2010/11/01


Lu: 2029
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 54
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium