Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Spencer Davis (1941)
  • Wolfgang Flur (1947)
  • Ron Asheton (1948)
  • Geezer Butler (1949)
  • Mick Tucker (1949)
  • John Wetton (1949)
  • Chet McCracken (1952)
  • Bruce Crump (1957)
  • †Billie Holiday (1959)
  • Lou Barlow (1966)
  • †John Coltrane (1967)
  • †Chas Chandler (1996)
  • †Gordon Waller (2009)
  • †Johnny Winter (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 131 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 949 962
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BARDENS, Peter - The Answer
/ paru le 07-12-2010 /

Né le 19 juin 1944, Peter Bardens est plus connu pour sa participation au fameux Camel dans les seventies. Mais il avait déjà une belle carrière avant de rejoindre le légendaire chameau. Il étudie à la Byam Shaw School of Art de Londres au début des années 1960. C'est là déjà qu'il entre dans le groupe Hamilton King's Blues Messengers qui a vu passer un certain Ray Davies. Après leur séparation, Peter rencontre le batteur Mick Fleetwood avec lequel il forme The Cheynes. Ils enregistrent un single qui est produit par... Bill Wyman. Lors de leur séparation, Bardens s'en va rejoindre le légendaire Them de Van Morrison, mais il n'y reste que six mois. Il forme alors Peter B's Looners avec deux anciens The Cheynes, à savoir Mick Fleetwood et Phil Sawyer. Le guitariste Peter Green les rejoint. Après un single, le groupe évolue et change de nom pour devenir Shotgun Express, avec Rod Stewart au chant. Avouez que déjà là, nous sommes en 1966-1967, on peut dire que Peter Bardens a déjà réalisé une belle carrière. Mais à l'époque, tous ces futurs grands noms étaient encore quasi inconnus...

Bardens forme en 1968 le trio The Village avec le bassiste Bruce Thomas et le batteur Bill Porter. Ils enregistrent un 45 tours qu'on retrouve en bonus sur cette réédition. C'est à cette époque que Bardens décide d'enregistrer son premier album solo. Cela se fera en deux temps, lors de sessions fin 1969 et début 1970. Il garde à ses côtés Bruce Thomas et s'entoure notamment du guitariste Andy Gee, du batteur Reg Isadore et du percussionniste Rocky.

"The Answer" est un album qui laisse la part belle aux improvisations. Seulement six titres sur cet opus. C'est dire s'ils se laissent aller. Pourtant, jamais on ne se lasse. Au contraire, nous sommes captivés du début à la fin. Le morceau titulaire débute en mettant en valeur le guitariste Andy Gee. Le chant se fait enveloppant, mélangeant les voix. Sur "Don't Goof With A Spook", même le chant semble faire de l'impro. L'ambiance est psyché et planante. Il y a là un petit côté Doors. Le feeling du guitariste nous éblouit. "I Can't Remember" nous offre une facette musicale qu'on retrouvera en partie au sein de Titanic dans les années suivantes.

Viennent alors deux morceaux avec le guitariste Peter Green en invité. Son ancien collègue de The Cheynes avait alors formé Fleetwood Mac avec Green. "I Don't Want To Go Home" a un format plus structuré chanson. Linda Lewis est dans les choeurs. Une flûte est à l'honneur, mais le livret n'indique pas qui en joue. "Let's Get It On" est plus rock avec un petit côté Rolling Stones. Enfin, l'album se termine avec "Homage To The God Of Light" sur lequel Bardens et Gee s'en donnent à coeur joie, une longue improvisation hypnotique qui dépasse les treize minutes et nous fait tourner la tête.

Notons encore le livret qui nous raconte l'histoire de Peter Bardens, les photos sont nombreuses, et la réalisation de l'album. Pour la petite histoire, il enregistrera encore un opus studio avant de rejoindre Camel.

Les fans de Camel voudront sans aucun doute se procurer cet album. Mais tous ceux qui aiment le rock psychédélique et les longues improvisations inspirées de la fin des sixties et du début des seventies doivent aussi s'y pencher sans quoi ils manqueraient une perle.

JPL
Pays: GB
Esoteric Recordings ECLEC 2221
Sortie: 2010/09/27 (réédition, original 1970/09)


Lu: 1799
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium