Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Screamin' Jay Hawkins (1929)
  • Papa Dee Allen (1931)
  • Brian Auger (1939)
  • Martha Reeves (1941)
  • Lonnie Mack (1941)
  • Robin McDonald (1943)
  • Danny McCulloch (1945)
  • Tim Lynch (1946)
  • Phil Harris (1948)
  • Wally Bryson (1949)
  • Cesar Zuiderwijk (1950)
  • Richard Branson (1950)
  • Glenn Hughes (1950)
  • Terry Chambers (1955)
  • Nigel Twist (1958)
  • Jack Irons (1962)
  • †Bobby Fuller (1966)
  • †Christa Paffgen (Nico) (1988)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 174 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 979 114
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ASGÆRD - In The Realm Of Asgærd
/ paru le 30-12-2010 /

Asgærd était un groupe de rock progressif anglais constitué par James Smith (chant), Rod Harrison (guitares, chant), Dave Cook (basse), Peter Orgil (violon), et Ian Snow (batterie). Le groupe signa en 1971 chez Threshold, le label des Moody Blues. Sorti de cette collaboration, "In The Realm Of Asgærd" est largué dans les bacs en 1972.

Tentons donc de décrire cet objet, cette musique. En fait, Asgærd est comme une synthèse entre divers courants de la musique progressive, en pleine jeunesse en ce début de décennie 1970. Les voix en chœur, un peu grinçantes, évoquent des groupes tendance hard anglais tels que Deep Purple ou Uriah Heep, mais également les Américains de Blue Oyster Cult. On n’est pas loin non plus des premiers Doobie Brothers et des vocalises de Tommy Johnston. Les envolées de violons et le style phrasé façon "Hair" se rapproche plutôt de Curved Air. Enfin, les rythmiques jazz-rock aux accents progressifs flirtent avec l’école de Canterbury et en particulier avec Caravan.

Le nom du groupe était donné dans la mythologie nordique au domaine du centre du monde. L'histoire est inspirée du "Seigneur Des Anneaux" de J.R.R. Tolkien, les textes sont truffés de références aux mythologies médiévales et scandinaves, ce qui est assez courant dans le rock progressif. Plusieurs fresques rythmées canterburiennes ornent le début du disque, ensuite, violons en avant, Asgærd plonge dans l’univers de la musque folk britannique, sur "Children Of A New Born Age" et surtout "Time", avec son final tout en "fiddle". La fin de l’album revient aux ambiances du début. Tout ceci est parfaitement exécuté, le jeu des musiciens est irréprochable, le chant est techniquement parfait, les rythmes jazz donnent une touche swing qui rend l’ensemble plus que plaisant. Les passages de violon fixent le caractère, offrent la touche personnelle à la musique du groupe. Malheureusement, les morceaux étant chantés en duo, du premier au dernier, mis à part l’intermède folk cité plus haut, aucun titre ne sort du lot.

Il n’en est pas moins vrai que nous sommes en présence d’un bon album de rock progressif qui méritait largement une réédition en CD. C'est chose faite, grâce à Esoteric Recordings. Une pièce non essentielle, mais très intéressante de l’histoire du rock progressif. Je vous laisse juges.

Pascal Laurent
Pays: GB
Esoteric Recordings ECLEC2209
Sortie: 2010/07/26 (réédition, original 1972)


Lu: 1951
Partager sur :
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium