Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Vikki Carr (1941)
  • George Frayne (1944)
  • Allan Gorrie (1946)
  • Brian May (1947)
  • Bernie Leadon (1947)
  • Keith Godchaux (1947)
  • Allen Collins (1952)
  • Kevin Haskins (1960)
  • Leroy Wolfgramm (1966)
  • Ged Lynch (1968)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 176 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 004 016
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


EELA CRAIG - One Niter
/ paru le 06-01-2011 /

Eela Craig était un groupe autrichien de rock progressif, fondé en 1970 et dissout en 1988. Les principaux membres étaient : Hubert Bognermayr : claviers (chant), Fritz Reidelberger (guitares, piano, chant), Hubert Schnauer (claviers, flûte), Harald Zuschrader (claviers, flûte, guitare), Gerhard Englisch (basse, percussions), et Franz Hüber (batterie, percussions). La musique du groupe tient à la fois du rock progressif et du jazz, le tout agrémenté de textes chrétiens. Cette combinaison de paroles aux accents religieux et de rock progressif permet de considérer le groupe comme le Barclay James Harvest autrichien.

"One Niter" est le deuxième album d’Eela Craig, sorti chez Vertigo en 1976. L’œuvre débute sur une introduction (destinée à servir de préambule à une entrée en matière, comme disait Pierre Dac), tout en fanfare médiévale. Un long, très long titre agrémenté de passages de flûte et de synthés à la Mike Oldfield. Un climat un peu lunaire au cœur du morceau rappelle "Moonmadness" de Camel. La partie chantée quant à elle est tout à fait dans la lignée de BJH. Un passage funk, amusant est également à souligner. Vient ensuite un très Pink Floyd "Loner’s Rhyme", entre "Echoes" et "Shine on you crazy diamond", entrecoupé de touches de Camel.

"One Niter Medley", mélange les genres, comme son nom l’indique. Intro baroque, son de clavecin et de basson, extrait d’une fugue de Bach, puis jazz-rock canterburien ou style Return To Forever. "Venezuela" revient au baroque, puis au folk au son des flûtes et de la guitare acoustique. Pour ce qui est de la plage de clôture, "Way Down", elle s’inscrit tout à fait dans la lignée du jazz-rock fusion.

En conclusion, un album certes non révolutionnaire (en 1976, on ne comptait plus les albums proches de celui-ci), mais bien écrit, agréable à l’écoute, même si certaines plages, en particulier l’intro, sont quelque peu longuettes. La musique est avant tout superbement interprétée par d'excellents musiciens. Alors voilà : essentiel ? Pour moi, non. Intéressant ? Certainement !

Pascal Laurent
Pays: AU
Esoteric Recordings EREACD 1007
Sortie: 2010/07/26 (réédition, original 1976)


Lu: 2492
Partager sur :
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium