Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 382
7 derniers jours:
News en vrac : volume 380
30 derniers jours:
News en vrac : volume 371

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • David Ruffin (1941)
  • David Greenslade (1943)
  • Mark Collie (1956)
  • Tom Bailey (1957)
  • Jeremy Healey (1962)
  • Dan Spitz (1963)
  • Jonathan Davis (1971)
  • Crispian Mills (1973)
  • †Kate McGarrigle (2009)
  • †Dallas Taylor (2015)
  • †Glenn Frey (2016)
  • †Mike Killie (2017)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6820 membres.
- En ligne, nous sommes 190 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 661 491
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DESACCORDES - Cordeyades
/ paru le 04-09-2004 /

Pour pénétrer dans le monde d’Erik Baron, il est nécessaire de se débarrasser de tout préjugé. Pour bien cerner la démarche de celui qui a joué de la basse sur l’album « Pseu » (du groupe Pseu, dont nous avons publié la chronique), il faut savoir qu’il a travaillé avec des personnes aussi différentes que Jac Berrocal (free jazz), Noël Akchoté (free jazz) ou Charles Tyler (jazz et classique), des noms pas très connus des rockers. Par contre, Robert Fripp et Brian Eno ont une réputation d’expérimenteurs de génie.

L’esprit curieux d’Erik Baron, artiste inclassifiable, l’a poussé vers Stockhausen, Gyorgi Kurtag et John Kenny, pour n’en citer que quelques-uns. Il a joué de la musique dite contemporaine, du rock, de l’afro, de l’ambient, du jazz et de la world music. Pas moins de huit guitaristes, huit bassistes, deux percussionnistes et une harpiste font partie du line-up. L’improvisation y tient naturellement une place de choix et les compositions relèvent du génie. Cela dit, sa musique hermétique est un régal pour les esprits ouverts et les amateurs de découvertes.

« Jacksmorse » est une très courte introduction en forme de bruitage musical qui évoque un syntoniseur et va crescendo. « Basstrompes », qui lui succède, évoque le monde sauvage dans la nature puis dans le monde civilisé. Lequel est le plus à craindre ? « Blackjuju », c’est une suite de bruitages divers martelés sur un rythme hypnotique et parsemés de très courtes phrases musicales entrecoupées de percussions savamment dosées qui rappellent les sons collectés dans les usines ou les endroits publics. L’organisation de la musique est très élaborée. Pour qui se donne la peine de faire un effort soutenu de compréhension et d’imagination, c’est une très belle musique, une sorte de philharmonique électrique ou de symphonie cacophonique. Ces rythmes issus d’éléments disparates mais savamment organisés sont de petits chefs-d’oeuvre et ils atteignent les fibres les plus sensibles de notre univers sensoriel.

Très court, « Lovezombies » se déroule sur un thème récurrent qui sert de transition. « Abacouna » fait appel aux rythmes tribaux africains ou à la musique indienne qui apportent leur part de mystère et de menace potentielle larvée. L’adjonction des instruments à cordes ajoute à la tension omniprésente. Leur utilisation peu conventionnelle transforme les perceptions que l’on peut en avoir et suscite la remise en cause de nos propres facultés sensorielles et leurs conséquences sur le plan émotionnel.

« Rockaille » suggère des tentatives de démarrage du moteur d’un engin motorisé qui finalement atteint progressivement sa vitesse de croisière mais toute interprétation est abusive dans la mesure où, c’est un truisme, les perceptions de chacun sont différentes. C’est un peu comme lors de l’observation des formes d’un nuage qui se déplace lentement et se transforme ; chacun y voit ce qu’il veut, ou plutôt ce qu’il peut : les formes se font et se défont et nos perceptions évoluent dans le temps et dans l’espace. En musique, chaque écoute modifie et transforme ce que l’on a cru entendre. Par ailleurs, le nombre de musiciens présents donne à cet album une ampleur exceptionnelle, même si cela est peu perceptible dans les sons repris à l’unisson. De plus, chaque objet familier devient un instrument dont on peut tirer des sons harmonieux.

« Kwad » se décline sur un thème répétitif qui se termine en un long bruitage mélodieux et rythmé. « Pluie de cordes » fait appel à toutes les facettes des sons que l’on peut tirer des instruments à cordes. Débutant sur le mode discret, voire confidentiel, le morceau s’égrène comme une plainte lancinante lorsque, brutalement, des bruits et des sons inattendus créent la tension. La menace se précise et se transforme en outil de destruction. Sommes-nous en train de réduire en cendres notre belle planète bleue ? Sommes-nous en train de transformer notre havre de paix en enfer ? L’amas de sons divers sortis de nulle part suggère le chaos gigantesque qui nous entoure et nous entraîne, sur fond de bruit de sirène stridente qui nous glace le sang dans les veines. Génial !

« Koda » serait alors le symbole de ce monde abstrait qui nous sépare du bonheur et « Funambules » le mode d’emploi pour tenter d’en déjouer les obstacles. Le très lugubre « Marines » vient à point nommé pour suggérer et comptabiliser les pertes encaissées par la destruction : toute cette beauté galvaudée est perdue à jamais et l’équilibre fragile est rompu pour toujours. La longue tirade en forme de complainte malsaine a fait son temps, il nous faut réagir s’il en est encore temps.

Enfin, « Cut & Copy » est le point d’orgue de ce CD magique. Son rythme syncopé évoque un tir groupé. Les percussions assassines sont les témoins acoustiques de la destruction : nous avons réagi trop tard, ce monde de mutants ne nous appartient plus, nous n’avons plus qu’à payer le prix de notre insouciance.

Cet excellent album expérimental et élitiste, qui évoque quelquefois Stockhausen, comporte des moments de génie pur et, par ses nombreuses improvisations, il contient son lot de surprises pour les oreilles les plus averties. Chacun y trouvera une interprétation différente selon ses propres critères et c’est ce qui en fait à la fois la richesse et la faiblesse, car il peut susciter la controverse et inciter les esprits chagrins à crier à la supercherie.

Ils auraient tort : une remise en cause de nos perceptions les plus habituelles est un exercice très salutaire dans la mesure où il nous oblige à nous remettre en question et à reconsidérer ce que nous croyons être nos certitudes. Cet album est tout sauf facile à écouter et surtout à comprendre, mais on y décèle un peu plus de richesse à chaque écoute. Un must pour les esprits curieux, les amateurs de découvertes et les auditeurs imaginatifs, réceptifs et hypersensibles !

MM
Pays: FR
CipAudio / Orkhestra CIP 0403
Sortie: 2003/10/03


Lu: 2265
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium