Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 382
7 derniers jours:
News en vrac : volume 380
30 derniers jours:
News en vrac : volume 371

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • David Ruffin (1941)
  • David Greenslade (1943)
  • Mark Collie (1956)
  • Tom Bailey (1957)
  • Jeremy Healey (1962)
  • Dan Spitz (1963)
  • Jonathan Davis (1971)
  • Crispian Mills (1973)
  • †Kate McGarrigle (2009)
  • †Dallas Taylor (2015)
  • †Glenn Frey (2016)
  • †Mike Killie (2017)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6820 membres.
- En ligne, nous sommes 199 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 661 854
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


FERRY, Bryan - Olympia
/ paru le 11-03-2011 /

Le crooner britannique est de retour ! Cela faisait huit ans qu’il ne nous avait plus gratifiés d’un album, enfin d’un disque de compositions personnelles puisqu’en 2007 sortait un album de reprises de Bob Dylan intitulé "Dylanesque". Pour son grand retour, le beau sexagénaire s’est offert une brochette de musiciens de marque. Dans le groupe proprement dit, citons Nile Rodgers à la guitare et Marcus Miller à la basse. Et que dire des invités ! Flea (Red Hot Chili Peppers, faut-il le rappeler) bassiste sur trois titres, David Gilmour à la gratte sur deux chansons, Chis Spedding, deux fois également, Dave Stewart, Jonny Greenwood (Radiohead), j’en oublie certainement. Sans compter les vieux comparses de Roxy Music : l’inévitable Phil Manzanera à la six cordes lui aussi, Andy Mackay (haut-bois sur "Heartache By Numbers") et même… Brian Eno aux synthés à trois reprises ! Le fiston Tara Ferry s’occupe de la batterie.

Nous entamons l’écoute avec "You Can Dance", accords saccadés de claviers quasi semblables à ceux de "True To Life", avant-dernière plage de l’ultime album de Roxy Music "Avalon". Le ton est donné, en fait, le beau Bryan eût pu intituler son nouvel opus "Back To Avalon", tant l’atmosphère qu’il a créée ici est avalonienne. Cette plage d’ouverture rappelle également le très feutré "Boys And Girls" et son hit "Don’t Stop The Dance", la voix est juste marquée par une légère raucité, présente sur tout le disque. "Alphaville", poursuit, sautillant, obsédant même, par instants. S’ensuit un très accrocheur, commercial peut-on dire "Heartache By Numbers". Flea y est crédité d’un solo. À vrai dire, si l’auditeur attentif remarquera un "frappé" de basse agrémenté de réverb, assez typique, et une ligne discrètement placée derrière le chant de Mr Ferry, on ne peut pas vraiment parler de solo ! Mais bon, il s’agit d’un album de Bryan Ferry, pas des Red Hot !

Retour du côté d’Avalon avec la belle ballade "Me Oh My". Touche dansante, électro même sur "Shameless", dont l’habillage électronique a été confié à Groove Armada. S’envient le rayon reprises : "Song To The Siren" de Tim Buckley, à la sauce Ferry, convaincant, même si cette version n’atteint pas le niveau de celle d’Elisabeth Frazer avec This Mortal Coil, ni celle de Robert Plant sur "Dreamland". "No Face, No Name, No Number" de Traffic, pour suivre, tellement "ferrysée" qu’il faut savoir qu’elle a été écrite par la bande à Steve Winwood, il y a plus de quarante ans. On repart sur les dancefloors avec "BF Bass" et son refrain accrocheur : "Love, you fit me like a glove". On croit vraiment enter dans le format des programmations FM actuelles, mais Sir Ferry nous attend au tournant en clôturant avec deux ballades dont il a le secret. Le superbe "Reason Or Rhyme", avalonien au possible, arpèges de piano distillés par le maître. Velours total ! Bryan conclut avec un "Tender Is The Night" très sobre, voix, piano et habillage léger au synthé, juste pour donner à l’œuvre une touche de simplicité bienvenue.

Pas de grande surprise donc, du Bryan Ferry pur jus. On se dit que c'est du réchauffé à la première écoute, puis on se laisse bercer par la musique du chef, et elle est drôlement bien foutue ! L’artiste ne change pas de cap, s’en tient à ses valeurs sûres, mais nous livre simplement un bon album, n’est-ce pas déjà fort bien ?

Pascal Laurent
Pays: GB
Virgin CDV 3086
Sortie: 2010/10/25


Lu: 1977
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 33
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium