Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • June Carter (1929)
  • Stuart Sutcliffe (1940)
  • Terry Nelhams (1940)
  • Rosetta Hightower (1944)
  • Paul Goddard (1945)
  • Myles Goodwyn (1948)
  • Glenn Danzig (1955)
  • Lee John (1957)
  • Richard Coles (1962)
  • Steve Shelley (1962)
  • Paul Arthurs (1965)
  • James MacPherson (1966)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 144 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 538 788
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BABY FIRE - No fear
/ paru le 16-03-2011 /

Le nom de ce groupe belge va chercher ses racines dans des références quasi ésotériques. Il faut remonter à la vie du tristement célèbre Ottis Toole, tueur en série américain cannibale et pyromane mort en prison en 1996 et qui avait servi de modèle au film culte "Henry, portrait of a serial killer" en 1986. Celui-ci a eu l’occasion d’expliquer au cours d’une interview qu’il aimait mettre le feu à des matelas et qu’il appelait ces petits incendies des baby fire. D’où le nom Baby Fire adopté par Diabolita et Cha! , les deux filles qui fondent le groupe en 2009.

Ces dernières écrivent rapidement un paquet de chansons et défendent leur duo sur scène en première partie de groupes comme HRSTA, CJ Boyd, Part Chimp ou Lydia Lunch & The Big Sexy Noise. En septembre 2010, Baby Fire est en studio et enregistre une quinzaine de titres avec l’aide d’Eugène Robinson, le patron d’Oxbow, et Dana Schechter, inquiétante chanteuse de Bee And Flower.

Cette première œuvre est destinée à se répandre dans les esprits en ce mois de mars et va sans doute laisser quelques traces. Diabolita et Cha! semblent ici décidées à se démarquer du style de leurs groupes d’origine. Diabolita est par ailleurs toujours dans Keiki et Cha! joue chez Lem. Avec Baby Fire, on est dans un rock angoissé, brut, malsain. Les paroles des chansons évoquent le cannibalisme d’Ottis Toole ("I love to cook", "Everybody’s got a hungry heart"), parlent d’alcoolisme ("Sober") ou de Timothy Treadwell, un écologiste spécialiste des grizzlis qui périt dévoré par l’un d’entre eux ("Insect/Flower"). La guitare est tranchante, la batterie suit de près ses moindres mouvements et le chant, entre plainte névrosée et halètement douloureux, souligne l’aspect agressif et inquiétant de la musique, composée de chansons courtes qui frappent là où ça fait mal. Les amateurs des Pixies, de Siouxie & The Banshees ou des Kills première époque trouveront ici de quoi satisfaire pleinement leurs instincts.

Baby Fire interviendra en première partie de Lydia Lunch & The Big Sexy Noise et de Zëro au Magasin 4 le 19 mars prochain, en prélude au lancement de son album.

François Becquart
Pays: BE
Cheap Satanism Cheap666 006
Sortie: 2011/03/21


Lu: 2304
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 107
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium