Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Mails en vrac
7 derniers jours:
Lacuna Coil au Moonlight Music Hall
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 161 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 473 319
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DEFEATER - Empty days and sleepless nights
/ paru le 24-04-2011 /

Defeater est un groupe hardcore originaire du Massachusetts et assemblé en 2004 autour de Derek Archambault (chant), Jason Maas (guitare), Jake Woodruff (guitare), Mike Poulin (basse) et Andy Reitz (batterie). Le groupe ne tarde pas à se distinguer avec son style très imprégné de discours politique militant en faveur de l’environnement et sa propension à écrire des chansons complexes, idéales pour être intégrées dans des albums concept.

C’est donc tout à fait logiquement que leur premier album "Travels" (2008) apparaît comme un disque dense, articulé autour d’une histoire qui parcourt tout l’album, celle d’un foyer de l’après Seconde Guerre mondiale, où chaque chanson est un chapitre distinct. De plus, ce premier album est réalisé à partir de matériaux entièrement recyclés. Cette approche plutôt élaborée pour un groupe de hardcore attire l’attention des auditeurs et de la presse et c’est le label Bridge Nine qui se propose de rééditer cet album de manière plus ambitieuse pour lui assurer une distribution plus étendue.

Après s’être fait les dents en tournée américaine et européenne au cours de l’année 2009, Defeater édite un EP du nom de "Lost ground" qui raconte l’histoire d’un homme qui s’engage dans l’armée juste après la Seconde Guerre mondiale. On y retrouve des personnages qui avaient déjà pris corps dans l’album précédent. Cette fois, pas de doute, Defeater est un groupe qui a de la suite dans les idées et qui est animé par une véritable force créatrice : des écrivains qui chantent, en quelque sorte.

Le processus d’écriture aboutit cette année au deuxième album du groupe, un "Empty days and sleepless nights" qui s’inscrit parfaitement dans la philosophie de Defeater : une nouvelle histoire racontée tout au long d’un album qui se présente sous la forme d’un livre, avec une table des matières qui annonce les morceaux et les paroles des chansons présentées sous forme de prose avec une chanson par page, introduite comme un chapitre. Tout ce que l’on peut dire, c’est que contenu et contenant méritent toute l’attention. Defeater joue une musique hargneuse, plaintive, tendue, où il n’est pas question d’entendre tout ce que les groupes de hardcore traditionnels ont l’habitude de raconter. Ici, pas d’histoires de beuveries, de vie en tournée, ni même de revendications politiques ou sociales mais des thèmes sur la vengeance et la déception.

C’est du lourd, du complexe ; on n’écoute pas ça par-dessus la jambe et il faut prendre sa chaise pour s’asseoir et entrer pleinement dans l’univers torturé et littéraire de Defeater. Il y a néanmoins lieu d’avertir l’auditeur qui souhaite se lancer dans l’aventure. D’une part, le chant est plutôt éraillé et est susceptible d’énerver un tantinet (question de goût). D’autre part, l’album comporte la partie "Sleepless nights" qui se compose de quatre morceaux folk indépendants du concept album "Empty days". Les deux sont séparés par dix minutes de silence, ce qui en rajoute encore un peu plus à l’originalité. Mais en elle-même et prise comme un tout, cette œuvre est tout à fait captivante.

François Becquart
Pays: US
Bridge Nine B9R 144
Sortie: 2011/03/21


Lu: 2178
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 76
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium