Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Arthur Brown (1942)
  • Jeff Beck (1944)
  • Colin Blunstone (1945)
  • Mick Fleetwood (1947)
  • Patrick Moraz (1948)
  • John Illsey (1949)
  • Derrick "Duckie" Simpson (1950)
  • Terence Wilson (1957)
  • Jeff Cease (1957)
  • Andy McCluskey (1959)
  • Curt Smith (1961)
  • Emppu Vuorinen (1978)
  • †Thomas Iain Smith (2007)
  • †Dave Carpenter (2008)
  • †Peter Quaife (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 153 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 549 681
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ENGINES OF LOVE (The) - Hermetic
/ paru le 06-05-2011 /

Les Engines Of Love mettent les moteurs sous tension à Liège vers 2007 avant de lancer leur bolide sur les scènes du pays et finalement mettre sur le marché un premier album capable de développer assez de puissance pour atteindre des vitesses qui sauront convaincre les amateurs de sensations fortes.

Gabriel Dozin (chant et guitare), Pierre-Alain Bernard (guitare, claviers et chant), Benjamin Leduc (guitare et claviers), Jérôme Mardaga (guitare, basse, claviers et chant), Geoffroy Sculfort (basse et chant) et Thomas Jungblut (batterie) sont les équipiers qui font tourner la machine. On constate que ces garçons sont des multi-instrumentistes accomplis et que leur polyvalence va contribuer à forger un album de rock costaud et inspiré, puissant et volatile, massif et subtil. Ce premier album des engins de l’amour est en effet une belle réussite qui incorpore des ambiances diverses, entre quasi-stoner et rock psychédélique glacial.

"Sysmobomb", martial premier titre, aligne de petits riffs carrés qui glissent sur des nappes de claviers et soutiennent un chant caillouteux. "Sue" se veut plus suave, ambiant et new wave dans l’esprit. On reste un peu dans cet univers triste à la Joy Division avec "Seconds" et son chant désabusé et robotique sur lit de guitare aride. L’accélération reprend sur "Inaugurate" et sa rythmique puissante, presque zeppelienne. À ce stade des combats, on se dit que ça se présente bien. Et le mieux est qu’Engines Of Love continue sur sa lancée avec un "Parasite" aérien, tout en progressisme et en montée en puissance. L’émotion s’invite sur "The engines of loves", instrumental gracile marqué par une rythmique raffinée mais néanmoins rapide. Avec une voix féminine anémique là-dessus, on aurait eu un beau titre de Sonic Youth. "Arlon" est bluesy et rauque, armé d’une guitare menaçante et d’une rythmique cogneuse. L’album se termine avec le long et planant "The analyst", gonflé en basse sinueuse, à la guitare cristalline et à la voix claire et aiguë.

De bien belles promesses se tiennent derrière ce groupe qui sait mettre sa maîtrise des instruments au service d’une inspiration intéressante et cultivée. Le groupe sera en concert au Kiosque d'Avroy à Liège le 18 juin prochain. Si vous passez dans le coin…

François Becquart
Pays: BE
Skohl Records TEOL001
Sortie: 2011


Lu: 2758
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 45
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium