Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 160 lecteurs, dont 2 membres.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 460 688
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CLOUD CONTROL - Bliss Release
/ paru le 09-05-2011 /

Cloud Control est un jeune groupe originaire d'Australie, d'une région qui s'appelle Blue Mountains. Cela se trouve en Nouvelle-Galles-du-Sud, à l'ouest de Sydney. La soeur d'un des musiciens les entraîne un jour à participer à un concours de groupes de leur université. Ils n'avaient alors jamais écrit une seule chanson. C'est la révélation. Ils se consacreront à la musique.

En fait, ils sont quatre. Il y a le bassiste Jeremy Kelshaw, le batteur Ulrich Lenffer, la claviériste et chanteuse Heidi Lenffer (la soeur en question) ainsi que le chanteur et guitariste Alister Wright. C'est dans le salon des parents de Jeremy qu'ils décident d'enregistrer ce premier opus dont le design psyché fait la part belle à leur région.

Dans la musique de Cloud Control, il y a justement une bonne dose de psyché. D'ailleurs, "Meditation Song #2" transpire des influences de la fin des sixties, début des seventies. On y décèle même un zeste de Led Zep avec cette disco à fond les manettes. Mais Could Control, c'est aussi du folk rock. "There's Nothing In The Water We Can't Fight" sonne un peu Decemberists. Le jeu de voix rend l'ensemble intense. "Death Cloud" joue sur une réverbe profonde. Le titre est plus pop rock avec un peu d'Arcade Fire dans les veines.

Quand arrive "Ghost Story", impossible de ne pas taper dans les mains. Le côté tribal nous séduit. Et cela continue avec "Gold Canary" et son ambiance aborigène, ses choeurs envoûtants et son chant incantatoire. "This Is What I Said" est un titre qui nous rappelle le "Graceland" de Paul Simon. Voilà un enchaînement parfait. Rythmique tranchée et voix intenses au programme. "Just For Now" est lui entièrement acoustique.

Le côté psyché revient avec "The Rolling Stones". Cela sent ressent dans l'ambiance et les sons. Plus intime est "Hollow Drums", juste voix et guitare acoustique. Enfin, l'album se termine de manière transcendante avec des percussions façon timbale et un chant enivrant.

Voilà un premier album qui augure du meilleur pour l'avenir de Cloud Control. C'est un groupe à découvrir sans tarder et surtout à suivre, car nul doute qu'il va encore se bonifier.

JPL
Pays: AU
Infectious Music INFECT127CD
Sortie: 2011/05/23


Lu: 1977
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 51
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium