Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 157 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 413 498
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ATOMIC PARACELZE - Atomic Paracelze
/ paru le 04-09-2011 /

Lançant le CD sur le lecteur, je suis immédiatement saisi par le chant. Plus Mike Patton que ça, il n’y a que le vrai ! Une production helvétique, un chanteur pattonien ? Bon sang, mais c’est bien sûr ! Il s’agit d’Antoine Läng, le chanteur de Zwegh, groupe genevois dont j’ai eu le plaisir de chroniquer l’album l’hiver dernier.

Atomic Paracelze est une formation suisse de rock avant-gardiste constituée par Antoine Läng (chant, lo-fi electronics), Jamasp Jhabvala (violon), Alexis Hanhart (basse), Jean-François Gandolfo (fender rhodes) et Grégoire Quartier (batterie). Cet album éponyme est le premier du groupe. La musique est de Jamasp Jhabvala, à l’exception d’"Atomic Love" dû à Alexis Hanhart, les textes sont d’Antoine Läng.

Vous l’aurez compris, l’influence de Mr Patton est omniprésente, mais contrairement à celle de Zwegh, la musique d’Atomic Paracelze se rapproche plus de Mr Bungle ou The Melvins que de Faith No More. Ces deux influences sont d’ailleurs revendiquées par le groupe, au même titre que Sleepytime Gorilla Museum, The Jesus Lizard ou… Igor Stravinski ! On nage souvent dans le free-jazz. Le jeu des musiciens est époustouflant, Jamasp fait virevolter son violon et la section rythmique a un de ces jus ! Le jeu de batterie, plein de contretemps est particulièrement impressionnant. Inutile de préciser que la voix d’Antoine est à la hauteur.

Parlons maintenant du climat du disque : inquiétant. Des passages très mélodieux sont entrecoupés de hurlements quasi convulsifs et de coups d’archet stridents. Ceci vous donne l’impression de vous trouver face à un prédicateur fou, au cœur d’un asile d’aliénés. L’écoute de l’album "d’une traite" est donc quelque peu ardue ! Par contre, au milieu de ce disque, vous trouverez deux perles dignes d’être écoutées en boucle "Batcave" et "Awkward Leftlovers", titres pêchus, mais superbement mélodieux, miam !

Voilà donc un album intéressant, qui s’adresse il est vrai à un public d’amateurs d’avant-garde. On ne devrait pas retrouver nos amis en tête des charts, mais leur musique est réellement digne d’intérêt !

Pascal Laurent
Pays: CH
Invaders Records
Sortie: 2011/06/03


Lu: 2031
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 32
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium