Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 22-04-2018
› FINALE HUMO ROCK RALLY (Bruxelles)

Les 7 prochains jours:
23-04 UADA + ZURIAAKE + ALDA (Bruxelles)
23-04 WALK OFF THE EARTH + DARENOTS (Bruxelles)
23-04 YOUNG GUN SILVER FOX + Anna RUNE (Bruxelles)
23-04 TAMINO + PITOU (Antwerpen)
24-04 WARHAUS (Leuven)
24-04 HINDS (Bruxelles)
24-04 TIGERS JAW + SLAUGHTER BEACH, DOG + WORRIERS (Borgerhout)
24-04 ANGELE (Gent)
24-04 CONVERGE + CROWBAR + THOU + GRAVE PLEASURES (Hasselt)
25-04 Jasper STEVERLINCK (Gent)
25-04 Milo MESKENS + ESTHER and FATOU (Bruxelles)
25-04 Charlotte GAINSBOURG + JAWHAR (Bruxelles)
25-04 WARHAUS (Liège)
25-04 Lisa STANSFIELD (Antwerpen)
25-04 Fred WESLEY and His NEW JB's (Leuven)
26-04 TAMINO + PITOU (Gent)
26-04 MOUNTAINS TO MOVE (Borgerhout)
26-04 Mélissa LAVEAUX + MIDGET! (Bruxelles)
26-04 Die NERVEN + TEEN CREEPS (Bruxelles)
26-04 WARHAUS (Leffinge)
26-04 Jasper STEVERLINCK (Antwerpen)
26-04 The VAN JETS (Leuven)
26-04 Hollie COOK (Liège)
26-04 MILLIONAIRE + BED RUGS (Bruxelles)
26-04 MUJERES + OKAY MONDAY + WHATEVER! (Bruxelles)
27-04 OI POLLOI + CORRUPT MORAL ALTAR + 164SPEEDPUNK + MATRAK ATTAKK (Bruxelles)
27-04 FACES ON TV + LOHAUS (Kortrijk)
27-04 AMEN DUNES + Lauren AUDER (Bruxelles)
27-04 LOOSE LICENSE + DOOMFORGE + GROWING HORNS (Lens)
27-04 Horace ANDY (Sint-Niklaas)
27-04 INSECURE MEN + YELLOW DAYS + Lenny PISTOL (Bruxelles)
27-04 GOOD TIME ROLLERS (Jodoigne)
27-04 LEAVES' EYES + MAYAN + ALMANAC (Vosselaar)
27-04 COSMO SHELDRAKE + Ora COGAN + I SEE RIVERS (Bruxelles)
27-04 BLANCHE + ROYAUME (Bruxelles)
27-04 Dee Dee BRIDGEWATER (Antwerpen)
27-04 Typh BARROW (Charleroi)
28-04 WARHAUS (Sint-Niklaas)
28-04 DISCHARGE + CRUSTENUNIE + SILENCE MEANS DEATH (Bruxelles)
28-04 Jasper STEVERLINCK (Liège)
28-04 Horace ANDY (Leuven)
28-04 SHHT. + The GLUCKS (Bruxelles)
28-04 BRNS + ROPOPOROSE (Bruxelles)
28-04 Catherine RINGER + CHARLOTTE (Bruxelles)
29-04 NO TRIGGER + NOT NO TOUR + GET DEAD + YOUNG HEARTS + BOXING DAY (Opwijk)
29-04 FEU! CHATTERTON + CALYPSO VALOIS + MORTALCOMBAT (Bruxelles)
29-04 A PLACE TO BURY STRANGERS + BUCK GOOTER (Borgerhout)
29-04 Luke HOWARD + Martin KOHLSTEDT (Bruxelles)
29-04 Lilly HIATT + Christopher Paul STELLING (Bruxelles)
29-04 Tsar B + RUMOURS (Bruxelles)
29-04 TEME TAN + NAKHANE + ESINAM (Bruxelles)
29-04 NEBULA + MAJESTIC SUN (Bruxelles)
29-04 PORCHES + PALE GREY (Bruxelles)
29-04 Angel OLSEN (Kortrijk)
29-04 ANGELE (Leuven)
29-04 Sarah BLASKO (Gent)

Mois en cours:
Avril 2018
 
LuMaMeJeVeSaDi
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 


Anniversaires

  • Charlie Mingus (1922)
  • Glen Campbell (1936)
  • Jack Nitzsche (1937)
  • Peter Frampton (1950)
  • Paul Carrack (1951)
  • Kenny Lyons (1956)
  • Craig Logan (1969)
  • †Richie Havens (2013)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 176 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
110 061 436
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BOUCHER, Butterfly - Flutterby
/ paru le 22-10-2004 /

C’est un premier album parfois intimiste, parfois tonique mais toujours intelligent, très bien fait et d’une rare maturité que nous a concocté la jeune australienne Butterfly Boucher, qui le dédie à sa grand-mère, décédée en 2002. Elle en a composé et arrangé seule tous les titres à l’exception de « Another White Dash », composé avec Joshua Thompson. Bénéficiant d’une éducation très libre, elle ne doute de rien et n’a pas de sujets tabous.

Particularité, elle joue elle-même de tous les instruments (principalement guitare, basse et claviers – et de quelle manière !) et chante très bien, mais elle se fait parfois aider par quelques musiciens triés sur le volet, principalement à la batterie. Elle produit l’album avec Brad Jones et Robin Eaton.

Sa musique n’est pas géniale mais elle est primesautière, variée et très agréable à écouter. De plus, sa voix capte immédiatement l’attention par sa fraîcheur. On pourrait l’apparenter plus ou moins au style de Joni Mitchell, Sheryl Crow, Suzanne Vega, Kristin Hersh ou même Tanya Donelly, mais en plus positif et en plus jubilatoire, en partie en tout cas.

« Je suis jeune mais j’ai déjà vécu. Quand tout est dit et que l’on a fait plein de choses, on se dit que la vie est courte ». Voici ce que nous dit « Life Is Short », sur une musique pleine de vie, comme la philosophie de Butterfly, qui porte bien son prénom. Elle butine et prend tout ce qui est bon pour elle.

Jusqu’où vas-tu aller pour voir la lumière ? Combien de temps vas-tu attendre pour la trouver ? « Can You See The Lights » est une réflexion sur le sens de la vie. Faut-il aller chercher le bonheur ou faut-il l’attendre ?

Lindsay Jamieson joue de la batterie et imprime un rythme assez soutenu qui illustre bien le texte de « I Can’t Make Me », dans la mesure où c’est un message positif et plein d’espoir : « Je ne suis pas maître de mes sentiments pas plus que toi des tiens mais patience, pas de précipitation, j’ai besoin d’amour et qui sait ? »

Très belle musique avec « Another White Dash », pour ce titre composé avec Joshua Thompson. Il est facilement mémorisable et comporte son lot d’émotion, tout ce qu’il faut pour devenir un succès potentiel. David Henry y joue du violoncelle additionnel qui contribue à créer ce climat si particulier fait de gravité et d’espoir fou. « C’est excitant de tout quitter et de laisser derrière soi des choses que l’on croyait indispensables et que l’on gardait jalousement à portée de main. »

« La musique me fait tout oublier, même ce que j’ai de plus cher » est le message de « Soul Back ». « Mais quand les lumières s’éteignent, je me rends compte de ce que j’ai perdu et je voudrais retrouver mon âme. » Déjà expérimentée, la coquine, qui ne doute de rien et surtout pas d’elle. Plus prosaïquement, c’est de nouveau Lindsay Jamieson qui joue de la batterie sur ce morceau.

Sur « A Walk Outside », elle se demande si elle est d’abord tombée amoureuse ou si c’est la chanson qui l’a rendue amoureuse. Mais en fin de compte, cela ne la tracasse pas trop car la musique est dans ce qui est important, comme dans ce baiser qu’elle échange avec l’être cher. Elle a tout compris.

« Prendre des risques plutôt que laisser son coeur inoccupé » est le message que nous apporte « Never Leave Your Heart Alone », une belle ballade où les claviers s’imposent et où David Henry joue du violoncelle additionnel. Voilà qui nous change de la morosité ambiante, même si une mélancolie sous-jacente est omniprésente.

Ouvrons une parenthèse pour permettre au lecteur de souffler un peu. Ce n’est pas du Søren Aabye Kierkegaard (1813-1855), bien sûr, mais ça se rapproche de ce qu’il appelle le stade esthétique (c’est un clin d’œil à C., qui se reconnaîtra). Fin de la première digression.

La musique de « Busy » est un folk rock dont le message, qui n’a rien de subliminal, est d’essayer un maximum de choses quand elles se présentent. Tout ce qu’elles risquent, c’est de nous procurer du plaisir. Elle s’abandonne complètement, sans garde-fou. Ce conseil hédoniste semble indiquer qu’elle a lu Ronsard (1524-1585).

Vous vous souvenez ? « Ode à Cassandre » ? « Mignonne, allons voir si la rose … » dont la conclusion est un pied de nez totalement anachronique au stade éthique de Kierkegaard (hé hé, ils n’étaient pas si cons, nos ancêtres, finalement, il ne leur manquait que les moyens contraceptifs. Mais on s’égare …) :

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

Retenez bien cela, vous ne le verrez pas souvent dans une critique rock. Fin de la deuxième digression et deuxième clin d’oeil.

Dans un autre domaine, l’environnemental, même si ce n’est qu’un rêve, il faut faire les choses est le propos de « A Beautiful Book ». Sauver la nature est sans doute un cas désespéré mais il faut le faire. Lindsay Jamieson l’aide dans sa tâche musicale en jouant de la batterie.

« Don’t Point, Don’t Scare It » est un hymne à l’amour sur lequel David Henry joue du violoncelle. Le morceau nous conte les premiers émois amoureux généralement accompagnés d’angoisse. « Il ne faut pas les craindre mais les apprécier », nous dit-elle. N’empêche, le ton est plutôt bittersweet, il s’égrène sur le mode low key et on y perçoit comme une langueur.

« Quand on rencontre l’amour, il ne faut jamais le laisser partir », nous susurre « Never Let It Go ». Lindsay Jamieson y joue aussi de la batterie additionnelle. Même si le message semble sympa, ce n’est pas le meilleur titre de l’album.

Apprécier les bonnes choses de la vie quand elles se présentent est le message de « Drift On », une ballade irrésistible où la nostalgie apparaît en toile de fond. La voix pleine de sensibilité de Butterfly Boucher y fait merveille. Mais cette philosophie ne laisse pas de place à la prise de tête car on ne vit qu’une fois.

Avec ce premier album, dont les morceaux traitent de l’amour avec beaucoup de fraîcheur, illustrent des tranches de vie et vont à l’essentiel, Butterfly Boucher frappe fort. Pris séparément, presque tous les titres se défendent. Elle mélange avec bonheur les ups et les downs, comme dans la vraie vie, quoi.

De petits joyaux comme « I Can’t Make Me », « Another White Dash », « A Walk Outside » ou « Never Leave Your Heart Alone » s’incrustent très vite dans la mémoire pour ne plus la quitter. Un détail : malheureusement, la cover photo n’est pas à la hauteur du reste. Nothing’s perfect. Mais le talent de la mutine ne fait pas de doute, même si elle devra confirmer. Quand elle aura de vrais bleus au cœur, elle deviendra grande. Une découverte.

MM
Pays: AU
A & M Records B0000818-02
Sortie: 2004/02/24


Lu: 1551
Partager sur :
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium